COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > Thierry Le Paon se moque du monde ! Jean-Pierre Page + La CGT et le CRIF (...)

Thierry Le Paon se moque du monde !
Jean-Pierre Page
+ La CGT et le CRIF par Action Communiste 76

dimanche 2 février 2014, par Comité Valmy


Thierry Le Paon se moque du monde !

Confronté à une avalanche de protestations d’organisations et de militants de la CGT Thierry Le Paon dans un courrier adressé au Président du CRIF cherche bien maladroitement à se justifier. Après le compte rendu de la rencontre qui en a été fait par le CRIF, il cherche à noyer le poisson !

1- Si s’agissant de la campagne BDS il est un fait que la CGT ne condamne pas, faut il rappeler qu’elle ne la soutient pas. La CGT est aussi en désaccord avec la directive Alliot Marie, mais que fait elle devant les risques de condamnation et singulièrement de militants de la CGT en application de cette disposition : rien ! Pour une raison simple, elle désapprouve le boycott d’Israël ce que souligne Le Paon dans sa lettre, mais approuve celui vis à vis des colonies. Mais qui incite à la colonisation, la justifie et l’encourage si ce n’est la politique du gouvernement Israélien ! Faut il rappeler à ce sujet les multiples condamnations y compris des USA sur la poursuite de la colonisation comme obstacle principal à la négociation entre Palestiniens et Israël ! De plus comment distinguer les produits des colonies, suggérer un tri comme le fait Thierry Le Paon. C’est se moquer du monde !

2- Curieusement Le Paon demande la modification du titre de l’article rendant compte de la rencontre avec le CRIF mais pas de l’article qui suit et pour cause, celui-ci est très explicite ! De plus Thierry Le Paon n’exige pas comme c’est la pratique de faire publier sa lettre à Roger Cukierman président du CRF. Changer le titre ça change quoi ? Rien !

3- Car au fond ce qu’il faut retenir c’est bien que cette rencontre a eu lieu et cela c’est sans précèdent ! Imagine t on une rencontre avec des organisations sur la même ligne ethniciste comme les identitaires les " issus de l’immigration", les ultranationalistes ukrainiens, tibétains, hutus etc ou dans le registre religieux les salafistes, les chrétiens intégristes, etc. Evidemment non ! Alors pourquoi avec le CRIF ? Est ce parce que la CGT aurait fait le choix de rejoindre la cohorte des conformistes qui semblent croire qu’il faut être bien avec le CRIF car il serait influent ! ? En rompant avec les principes d’indépendance du syndicalisme c’est avec un esprit de soumission que Le Paon pensait se pavaner après cette rencontre tout en s’asseyant sur les principes fondateurs du syndicalisme internationaliste !

4- Enfin Thierry Le Paon évoque les relations traditionnelles de la CGT avec les syndicats de la région en faisant référence à une délégation de la CGT conduit par B. Thibault ! En fait ces relations se résument à des rapports avec la Histadrout Israélienne dont on ne saurait dire qu’elle milite pour la paix ce serait même plutôt l’inverse ! Il faut savoir que son précèdent secrétaire général Amir Peretz se retrouva Ministre de la Défense et contribua à l’agression contre le Sud Liban qui se termina face à la résistance libanaise par un échec cuisant ! Le travailliste et ancien syndicaliste Amir Peretz est toujours Ministre mais cette fois il l’est dans le gouvernement Netanyahu. La Histadrout que plusieurs organisations syndicales affiliés à la CSI ex CISL ont exigé qu’elle soit suspendue de ses rangs a cause de son soutien à la politique criminelle du Gouvernement Israélien ! Qu’en pense la CGT ?

5- La CGT contrairement à ce qui est affirmé dans le courrier de Le Paon entretient également des relations avec le syndicalisme palestinien mais seulement avec un courant de celui-ci et non comme c’était le cas dans le passé avec l’ensemble des composantes du syndicalisme Palestinien. Voila la réalité de l’étendue des relations de la CGT ! Ce qui est intéressant c’est que Le Paon fait lourdement référence à la délégation de B.Thibault en omettant celle de Louis Viannet quelques années plus tot ! Est ce parce qu’ avant de se rendre a Gaza pour y rencontrer Yasser Arafat considéré comme un terroriste, puis dans les territoires occupés et enfin en Israel, la delegation avait rencontré à Beyrouth l’ensemble du Mouvement syndical Libanais dont la FENASOL avec laquelle la CGT entretenait une relation historique, mais également le Hezbollah et sa branche syndicale. Alors pourquoi cette omission ? Est ce parce que le CRIF considère le Hezbollah comme une organisation terroriste ? Poser la question c’est y répondre ! Pourquoi enfin ne pas parler de toutes nos relations anciennes, celles entre autre avec les syndicats Syriens ? On se garde bien de l’évoquer car évidemment cela ferait un peu désordre dans le paysage du syndicalisme policé, institutionnalisé et bien ordonné de la CES et de la CSI.

6- Ce que furent les relations de la CGT dans cette région, le crédit, le respect et l’autorité dont elle disposait aurait du lui permettre aujourd’hui de véritables initiatives et des actions unitaires en faveur de la paix. Nous en sommes loin et cette rencontre avec le CRIF ne va évidemment pas dans cette direction. Mais finalement était ce là l’intention de la direction de la CGT et de Thierry Le Paon ?
A l’évidence : NON !

Jean-Pierre Page
Ancient responsable du département international de la CGT et de la Commission exécutive confédérale.


La CGT et le CRIF

Une polémique s’est ouverte à propos d’une rencontre de Thierry Le Paon avec le CRIF. Nous publions le texte trouvé sur le site du CRIF et la mise au point faite par le dirigeant de la CGT. Nous nous demandons si il était opportun que le secrétaire de la CGT qui s’est battue contre le colonialisme français rencontre le représentant d’une organisation qui soutient la politique de colonisation de l’Etat d’Israël. Par ailleurs certaines organisations de la CGT, confrontées à ces questions de partenariat avec des entreprises israëliennes participant à la colonisation, ont pris position contre ces accords. Nous avons d’ailleurs mis en ligne il y a quelque temps une intervention de la CGT d’Orange demandant à l’entreprise de rompre son partenariat avec Partner, une entreprise israëlienne participant à la conolisation.

Ci-dessous le communiqué du CRIF

" La CGT condamne le BDS

Au cours de l’entretien avec le Président du CRIF, les responsables de la CGT Thierry Lepaon, Secrétaire Général et Éric Laffont, secrétaire confédéral, ont démenti tout soutien au BDS (Boycott Désinvestissement Sanction), contre Israël ; ils ont affirmé que si des militants de la CGT ont pu, ici ou là, afficher un tel soutien, ils n’avaient aucun mandat pour le faire."

. .

La réponse de Thierry Le Paon .

Thierry Lepaon écrit à Roger Cukierman

"vendredi 31 janvier 2014 .

Suite à la rencontre entre le CRIF et la CGT du 28 janvier dernier et la référence qui en est faite sur leur site, voici le courrier que Thierry Lepaon a adressé ce jour à Roger Cukierman, Président du CRIF.

Monsieur le Président,

Je suis très étonné de découvrir un compte-rendu à la fois partiel et erroné de la rencontre que nous avons eue avec vous-même et des représentants de votre association. Rappelons que cette rencontre faisait suite à une invitation de votre part afin d’évoquer les questions d’actualité et notamment la question de la montée de l’extrême droite et notre inquiétude commune face aux relents d’antisémitisme, d’islamophobie et plus globalement de racisme dans notre pays.

Sur la méthode d’abord, lorsqu’une rencontre de ce type est prévue avec des dirigeants de la CGT et notamment le Secrétaire général, il est d’usage de nous faire part au préalable de l’intention de rendre compte publiquement de l’échange et d’en faire vérifier le contenu par les participants. Ce manque de rigueur de la part d’une organisation comme le CRIF est de nature à entacher une relation de confiance entre nos organisations.

Cette démarche aurait permis de corriger une grave inexactitude dans les propos que vous me prêtez concernant la position de la CGT vis-à-vis de la campagne BDS (Boycott Désinvestissement Sanction). En l’occurrence, je n’ai fait que confirmer que la CGT ne s’inscrivait pas dans la campagne BDS. En revanche, la CGT n’a jamais condamné ni ce mouvement ni ses acteurs dont certains sont d’ailleurs des adhérents de la CGT.

Le titre de l’article « La CGT condamne le BDS » posté sur votre site sous la rubrique « Le CRIF en action » me paraît relever d’une intention qui n’est pas respectueuse à l’égard de la CGT et de ses prises de positions.

Je vous demande donc de le supprimer. Afin qu’il ne subsiste aucune ambiguïté sur ce sujet, je me permets de vous rappeler brièvement la position de la CGT et les actions qu’elle mène, aussi bien en faveur de la paix entre les peuples israéliens et palestiniens que de la liberté d’expression des militants du BDS en France.

Ces actions s’inscrivent dans la solidarité de la CGT à l’égard des travailleurs de tous les pays et en faveur de la paix dans le monde. Elles partent du constat de la situation dramatique de la Palestine qui s’enracine dans l’occupation illégale des territoires conquis par Israël et le renchérissement de sa politique de colonisation. La CGT a toujours œuvré aux côtés de celles et de ceux qui se mobilisent pour la paix, en Israël comme en Palestine. Elle entretient des contacts syndicaux avec les travailleurs de cette région et c’est en lien avec ces organisations syndicales qu’elle recherche les moyens les plus efficaces et participe aux campagnes en faveur d’une paix juste et durable au proche-orient.

C’est le sens de la délégation conduite par Bernard THIBAULT en février 2013 en Palestine, à Gaza et en Israël. Forts de cette approche, nous considérons que le boycott global d’Israël ne favorise pas cette stratégie de paix et la coexistence de deux Etats, l’Etat Palestinien et l’Etat d’Israël. Par contre, la CGT s’inscrit totalement dans la campagne d’interdiction des produits fabriqués dans les colonies et dans l’obligation de transparence sur l’origine des produits israéliens destinés à l’exportation afin que l’Etat d’Israël soit contraint de respecter le droit international.

Enfin, je vous rappelle que la CGT, par la voix de Bernard THIBAULT, alors Secrétaire général, est signataire de l’appel initié par Stéphane HESSEL pour la relaxe des militants poursuivis pour leur participation à des actions de boycott. Ce soutien a été renouvelé le 17 décembre dernier, par une délégation de la CGT, de la LDH, de l’AFPS et de parlementaires auprès de la Ministre Christiane TAUBIRA demandant le retrait des circulaires Alliot-Marie et Mercier. Je tiens à vous préciser que je rendrai ce courrier public et vous prie d’agréer, Monsieur le Président, mes salutations distinguées.

Thierry Lepaon
Secrétaire général de la CGT


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>