COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES MARXISTES, documents et apports communistes > AU NOM de l’UNION POPULAIRE à CONSTRUIRE - AU NOM DE NOTRE NON PIETINE A (...)

sanctionner les parlementaires qui ont trahi la souveraineté du peuple !

AU NOM de l’UNION POPULAIRE à CONSTRUIRE - AU NOM DE NOTRE NON PIETINE A VERSAILLES : NON à la PARTICIPATION du PCF à des LISTES PS-MODEM !

Déclaration d’anciens élus communistes de Gironde

dimanche 10 février 2008, par Comité Valmy

Le Comité Valmy diffuse avec un grand intérêt cet appel d’anciens élus communistes de Gironde qui converge avec ses propres analyses. Depuis quelques temps, un chemin se trace pas à pas, pour une alternative politique nouvelle et crédible : La construction méthodique d’un rassemblement populaire, autour de la République, de la Nation et du progrès social. Cette union populaire, déjà potentiellement majoritaire, devrait selon nous, s’inspirer de la résistance et d’une réactualisation du programme du CNR, que les amis de Sarkosy et de Hollande entendent précisément, à travers leur programme commun néo-libéal et euro-atlantiste, "défaire méthodiquement".

Ils ont osé !

Versaillais unis dans la forfaiture, ils ont défait ensemble, sans vergogne, ce vote d’insurrection qui avait, le 29 mai 2005, donné espoir aux autres peuples d’Europe privés de ce pouvoir de rejeter un texte , pièce mortifère d’un édifice européen construit contre les besoins de démocratie , de progrès social, de paix , de souveraineté nationale. Jamais dans l’histoire de la République, moins de mille citoyens, au prétexte d’un mandat électif , n’avaient pris la responsabilité écrasante de déclarer nul et non advenu le verdict souverain d’une consultation par référendum.

« Seul ce que peuple a fait peut être défait par le peuple » , voilà un des fondamentaux de la République.

C’est , unis, complices , qu’ensemble , députés et sénateurs de droite et du Parti socialiste ont accompli en catimini cette agression .Pour une raison simple : ces formations politiques sont , à quelques exceptions près , fondamentalement d’accord , depuis des décennies, sur cette construction d’un Etat européen qui, mettant les peuples à l’écart des processus d’« Union » et d’« élargissement » , ne répond qu’à une volonté : affaiblir, démanteler, ligoter la Nation française, son histoire unique de luttes et de conquêtes de droits sans égal sur ce continent, pour la noyer dans un ensemble dominé par les capitalistes décideurs d’« harmonisations » par le bas de la vie sociale . Il s’agit d’enfermer dans un carcan supranational cette France rebelle du Front populaire , du programme social et démocratique avancé de la Libération, cette France de mai 68, cette France de la formidable lutte victorieuse de notre jeunesse contre la précarisation par C.P.E. , bref cette France qui sans cesse remet en cause la domination du capital .

Alors , au diable les promesses de campagne électorale d’un Parti socialiste qui , pour ratisser les voix populaires tout en « draguant » les pro-européens du marais centriste , jurait de faire respecter les décisions souveraines des Français ! A Versailles , on s’allie sur l’essentiel ! On garde les soi-disant divisions subalternes pour les proches élections !

C’est scandaleux, c’est un déni de démocratie , c’est l’expression d’un profond mépris pour le peuple français . Car le Parti Socialiste et les Verts pouvaient permettre d’envisager de mettre Sarkosy en échec à Versailles. Le résultat du vote le prouve ; Il aurait manqué12 VOIX à SARKOSY pour obtenir une majorité nécessaire à ce DENI de démocratie si ces Partis s’étaient opposés à ce coup de force.

Dans notre département qui a voté NON majoritairement , les députés et sénateurs socialistes ont , à l’exception notable et courageuse de Mesdames Faure et Lacuey ((Socialistes) , déroulé un tapis rose sous les pieds de Sarkosy. C’est leur abstention qui a mis en pièces notre NON de mai2005

Ce sont : Mmes Delaunay(PS), Pascale GOT(PS) , MM.Noël Mamère( Verts), Michel Sainte Marie (PS) , Alain Rousset(PS) , Philippe Plisson (PS) , Philippe Madrelle (PS)et Bernard Dussaut(PS) .

Ils ont préféré capituler à Versailles devant les prétentions du capitalisme qu’écouter , qu’ entendre , que respecter ceux qui leur avaient fait confiance !

Le texte du « Traité » dit simplifié entend s’en prendre à nos structures institutionnelles que sont les communes et les départements pour préparer des espaces semblables aux « landers » allemands, où l’on élaborera , en éloignant encore plus le « citoyen » des lieux de décision , les politiques de chômage, de précarité, de mal vivre . Nous voici depuis ce quatre février de lâche renoncement , à cause de la droite et de l’immense majorité des dirigeants et élus socialistes, devant un obstacle de taille pour empêcher encore plus de desserrer l’étau de la politique des puissances de l’argent et du gouvernement qui les sert.

Rien à voir ce calendrier de capitulation et de collaboration avec les votes en mars prochain ? Allons donc ! Au contraire , voilà qui explique les convergences qui transforment les prochaines élections municipales et cantonales en grande foire de l’ouverture, du partage entre les listes dites de « gauche » ou de « droite » des militants du MODEM…Comme à Bordeaux et Mérignac, les deux plus importantes villes où les deux candidats socialistes ont voté avec leurs collègues centristes ou UMP lorsqu’ils se sont retrouvés loin des Bordelais et des Mérignacais ...

Nous comprenons , nous partageons la colère de milliers de girondins, exaspérés de voir la direction du parti communiste français se prêter localement à des pratiques qui ne sont pas de nature à aider à ce que s’organisent , s’amplifient les luttes face au déferlement de mauvais coup de ce gouvernement Le mode de scrutin à deux tours permet , au premier , la constitution d’une liste de large rassemblement unitaire initiée par le Parti Communiste . Ce qui, à St Médard-en-Jalles, Parempuyre, St-Louis-de-Monferrand (Gironde) , à Mantes-la-Jolie, Angers ou Dijon par exemple , évite à l’électorat populaire , aux militants communistes , de vivre la pitoyable situation d’alliances politiciennes où les travailleurs , les familles dans la souffrance , sont privés d’une possibilité d’expression claire , d’un vote de résistance et d’espoir. Nous partageons leur exigence de construction d’une réelle alternative d’union populaire . Nous les appelons à le faire savoir par tous moyens à ceux qui tous les cinq ou six ans viennent chercher les voix qu’ils n’écoutent jamais , ou pire encore , qu’ils étouffent en duo avec la droite ! Ce peuple , notamment celui qui souffre le plus durement , ne veut plus être considéré comme les « supporters » que l’on déplace un ou deux dimanches de temps à autre pour départager ceux qui occuperont des places et qui , ensuite , mettront en œuvre les politiques dont les axes principaux sont décidés à Bruxelles, « grâce » à la forfaiture de Versailles ! Il faut en finir avec ce mépris des citoyens si l’on ne veut pas que s’élargisse davantage encore le fossé entre les « décideurs » et un peuple que l’on entend tenir à l’écart de ce qui détermine l’essentiel de sa vie , de son avenir et celui de ses enfants .

Michel PEYRET , ancien député communiste de la GIRONDE , ancien conseiller à la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB) .

Paul LAGOURGUE , ancien conseiller municipal communiste de Bordeaux et conseiller à la C.U.B .

Alain CHANCOGNE, ancien conseiller municipal communiste de Mérignac et conseiller à la C.U.B.

3 Messages de forum

  • AU NOM DE NOTRE NON PIETINE A VERSAILLES !

    12 février 2008 14:12, par Instit

    http://www.elysee.fr/documents/index.php ?lang=fr&mode=view&cat_id=7&press_id=1024

    Extrait du discours de Nicolas Sarkozy dimanche 10 février :

    « Un traité simplifié, ne conservant que les dispositions institutionnelles qui avaient paru recueillir un consensus assez large pendant la campagne du référendum était une solution qui permettait de dépasser les oppositions entre partisans et adversaires de la Constitution. »

    En réalité, il y a trois énormes mensonges dans une seule phrase.

    Premier mensonge : le traité de Lisbonne n’est pas un traité simplifié.

    Deuxième mensonge : le traité de Lisbonne ne conserve pas que les dispositions institutionnelles.

    Troisième mensonge : les dispositions institutionnelles n’avaient pas recueilli un consensus assez large pendant la campagne du référendum, c’est le moins qu’on puisse dire ! Vous vous rappelez la campagne du référendum en 2005 ?

    Pendant la campagne du référendum de 2005, de nombreux partis politiques avaient vivement condamné les dispositions institutionnelles :
    - le parti de Daniel Gluckstein
    - le parti d’Arlette Laguillier
    - le parti d’Olivier Besancenot
    - le parti de Marie-George Buffet
    - le parti de Jean-Pierre Chevènement
    - le parti de Nicolas Dupont-Aignan
    - le parti de Philippe de Villiers
    - le parti de Jean-Marie Le Pen
    - le parti de Bruno Mégret.

    Les dispositions institutionnelles avaient été rejetées par beaucoup de partis politiques. 55 % des Français avaient finalement voté NON au référendum sur la Constitution européenne.

    Nicolas Sarkozy a prononcé trois mensonges en une seule phrase.

    Nicolas Sarkozy vient d’établir une espèce de record.

    • AU NOM DE NOTRE NON PIETINE A VERSAILLES ! 13 février 2008 22:52, par Instit

      Le jeudi 7 février 2008, le MEDEF a tenu son Conseil Exécutif dans les locaux de la Commission européenne ! Le MEDEF a pu ainsi discuter tranquillement avec 9 des 27 membres de la Commission européenne !

      Le vendredi 8 février 2008, le MEDEF a tenu sa convention dans l’hémicycle du Parlement européen ! Je vous jure que c’est vrai ! Voici le début du discours de Laurence Parisot :

      « Chers amis entrepreneurs, chers amis amoureux de l’entreprise et de l’esprit d’entreprise, bonjour ! Quel plaisir, quelle fierté de vous accueillir dans le temple même de la démocratie européenne, le Parlement européen ! Hier le Conseil Exécutif de notre mouvement s’est tenu dans les locaux du pouvoir exécutif de l’Union, dans les locaux de la Commission : au Berlaymont. Nous avons pu librement et utilement échanger avec neuf des vingt-sept commissaires euro¬péens, et ce pendant près de deux heures. Aujourd’hui, nous nous réunissons ensemble dans l’hémicycle du Parlement, à Bruxelles. D’emblée, je remercie très chaleureusement Hans-Gert Pöterring qui a accepté que nous organisions ici-même notre grand rassemblement annuel, notre Convention. Et merci, merci beaucoup à Ernest-Antoine Seillière, le Président de Business Europe sans le soutien duquel cet événement n’aurait pas été possible ! »

      http://www.benchmarkercestlasante.eu/files/intro_lp_bxl08.pdf

      Laurence Parisot s’est félicitée de la ratification du traité de Lisbonne par les députés français et les sénateurs français.

      Ernest-Antoine Seillière est l’ancien président du MEDEF. Il est aujourd’hui le président de Businesseurope, le patronat européen. Businesseurope regroupe 39 syndicats de patrons venant de 33 pays. Ernest-Antoine Seillière s’est lui-aussi félicité de la ratification du traité de Lisbonne par les députés français et les sénateurs français :

      “ BUSINESSEUROPE’s President Ernest-Antoine Seillière addressed the MEDEF Convention which gathered more than 1,000 company representatives in the European Parliament in Brussels on 8 February. Speaking in the opening session on “the New Europe”, he highlighted why Europe matters for companies, now more than ever considering the major changes which will be introduced by the Lisbon Treaty. He also welcomed the ratification of the Lisbon Treaty by the French Parliament on 7 February. France joins Hungary, Malta, Slovenia and Romania as the fifth country ratifying the Treaty since its endorsement by the Heads of State and Government at the EU Council on 13 December 2007. “

      http://www.businesseurope.eu/Content/Default.asp ?PageID=520

      Récapitulons.

      - Laurence Parisot s’est félicitée de la ratification du traité de Lisbonne.
      - Ernest-Antoine Seillière s’est félicité de la ratification du traité de Lisbonne.
      - Nicolas Sarkozy s’est félicité de la ratification du traité de Lisbonne.
      - Christine Lagarde s’est félicitée de la ratification du traité de Lisbonne.

      Je sens que les pauvres vont encore s’en prendre plein la gueule !

      • AU NOM DE NOTRE NON PIETINE A VERSAILLES ! 15 février 2008 14:05, par Instit

        " L’impôt de solidarité sur la fortune a encore enfoncé de nouveaux records l’an dernier.

        Selon nos informations, près de 528 000 contribuables auraient réglé cet impôt en 2007, contre 457 000 en 2006. La barre symbolique du demi-million de redevables est donc franchie pour la première fois. Ce n’est pas tout. Selon la situation de l’État au 31 décembre 2007, un document mis en ligne hier en catimini par le ministère du Budget, l’ISF a rapporté à l’État la bagatelle de 4,42 milliards en 2007, contre 3,68 milliards un an plus tôt. D’une année sur l’autre, le rendement de l’ISF est en hausse de 735 millions d’euros, soit 19,9 %.

        Certes, il ne s’agit là que de données brutes qui ne prennent pas en compte les restitutions faites au titre du bouclier fiscal à 50 %. Mais elles n’en sont pas moins embarrassantes pour le ministère du Budget, Matignon et l’Élysée. « Le gouvernement est coincé, explique un bon connaisseur des questions fiscales. S’il communique sur ce qui a été reversé aux redevables de l’ISF grâce au bouclier, il va réveiller les critiques de l’opposition. En ne donnant aucun élément sur le sujet, il attise celles d’une partie de la majorité. » Le même dilemme va se poser cette année encore, car en dépit des mesures votées l’été ­dernier, Bercy s’attend à ce que l’ISF rapporte 4,2 milliards en 2008. "

        http://www.lefigaro.fr/impots/2008/02/15/05003-20080215ARTFIG00320—foyers-ont-payel-isf-l-an-dernier-.php

        En 1985-1986, les Restos du Cœur ont distribué 8,5 millions de repas. En 1987-1988, les Restos du Cœur ont distribué 22 000 000 de repas. En 1991-1992, les Restos du Cœur ont distribué 29 000 000 de repas. En 1994-1995, les Restos du Cœur ont distribué 50 000 000 de repas. En 1996-1997, les Restos du Cœur ont distribué 61 000 000 de repas En 2005-2006, les Restos du Cœur ont distribué 70 000 000 de repas. En 2006-2007, les Restos du Coeur ont distribué 81 700 000 repas.

        http://www.restosducoeur.org/chiffres.php


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette