COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > COLOMBIE : RIPOSTE POLITIQUE DES GUERILLAS A LA POLITIQUE AGRESSIVE DES (...)

Source : Comaguer - Au fil des jours et des lectures n°56

COLOMBIE : RIPOSTE POLITIQUE DES GUERILLAS A LA POLITIQUE AGRESSIVE DES ETATS-UNIS - Comaguer

vendredi 8 janvier 2010, par Comité Valmy

La réactivation de la IV° flotte (par BUSH) l’ouverture de sept nouvelles bases militaires US en Colombie (par OBAMA) l’ouverture de deux nouvelles bases navales au panama (par OBAMA) ont démontré que les Etats-Unis ont décidé de s’opposer par tous les moyens y compris par la violence armée aux transformations politiques et sociales en cours en Amérique Latine. La Colombie devient la principale base de la contre-révolution en cours. Les guérillas colombiennes viennent d’en tirer les conséquences.

Voir leur communiqué conjoint – traduction COMAGUER


DECLARATION COMMUNE FARC ET ELN

Dimanche 20 décembre 2009 La réunion entre les deux guérillas colombiennes met fin aux affrontements entre révolutionnaires

AUX COMBATTANTS DES FARC-EP ET DE L’ELN

Le Secrétariat National des Forces Armées Révolutionnaires de la Colombie Armée du Peuple FARC-EP et le Commandement Central COCE de l’Armée de Libération Nationale ELN, transmettent à tous les guérilleros et à toutes les guérilleras des deux organisations nôtre salut le plus chaleureux, le plus fraternel et le plus révolutionnaire. Nous les informons que nous nous sommes réunis dans une atmosphère de fraternité et de camaraderie qui nous a permis de nous consacrer avec franchise et transparence à l’analyse de la situation actuelle, aux perspectives et à l’engagement que comme révolutionnaires elle nous impose d’aborder également les difficultés qui ont existé entre les deux organisations.

Le capitalisme est en crise. L’empire, comme il l’a toujours fait, essaye de la conjurer au moyen de la guerre, et c’est ainsi qu’il augmente les troupes d’occupation en

Afghanistan en envoyant des dizaines de milliers d’hommes s’ajouter à ceux déjà existants.

La Colombie est aujourd’hui transformée en une grande Base Militaire à sa disposition pour noyer dans le sang la résistance de notre peuple et il prétend, depuis cette base, faire reculer le nouveau projet pour notre Amérique qui galope par ses vallées et ses montagnes.

Comme réponse à cette prétention guerrière, il faut de toute urgence lever le drapeau de la paix en Colombie comme un engagement pour tout le continent. A ce moment précis, où les diverses expressions du mouvement social et populaire résistent et où elles sont mobilisés, nous faisons le choix de travailler pour l’unité pour combattre avec fermeté et ardeur l’actuel régime que le gouvernement d’Alvaro Uribe a transformé en la marionnette la plus perverse des plans de l’empire en humiliant la dignité nationale, aspiration des colombiens, et en s’ imposant à la pointe du canon paramilitaire et par une répression institutionnelle inspirée d’une conception fourbe, corrompue et mafieuse.

Des évaluations récentes montrent que les deux mandats d’Uribe sont un échec économique, le politique, social, comme en matière de justice et dans tous les autres domaines, et par conséquent rien ne serait plus erroné et plus dangereux pour le destin de la patrie qu’une nouvelle réélection d’Uribe ou de l’un de ceux qui appliquent la « Sécurité Démocratique ». Seules l’unité et l’action déterminée des patriotes colombiens, des démocrates, des révolutionnaires et de tous ceux qui gardent espoir dans une solution politique pourront arrêter la guerre, ramener la paix et rendre possible la construction d’une Colombie nouvelle qui nous intègre dans la définition de son destin, lequel ne sera pas étranger aux nouvelles dynamiques que vit aujourd’hui notre Amérique.

La compréhension des exigences de la période et notre condition révolutionnaire nous conduisent à donner à toutes nos unités les ordres suivants :

1. Arrêter la confrontation entre les deux forces à partir de la publication de ce document.

2. Ne permettre aucun type de collaboration avec l’ennemi du peuple, ni faire des signalements publics.

3. Respect de la population non combattante, de ses biens, de ses intérêts et de ses organisations sociales. 4. Faire usage d’un langage pondéré et respectueux entre les deux organisations révolutionnaires.

Nous prenons l’engagement d’organiser les espaces et les procédures qui permettent d’éclaircir et de trouver les véritables causes qui nous ont conduites à cette confrontation absurde dans quelques régions du pays, de les dépasser et de travailler

pour éliminer les dommages causés. Il faut favoriser l’analyse et la controverse critique, franche et constructive qui contribue à l’unité et à la fraternité révolutionnaire.

Notre seul ennemi est l’impérialisme américain et son oligarchie servile, contre lesquels nous engageons toute notre énergie combative et révolutionnaire.

Nous réaffirmons la validité des normes de comportement avec les masses décidées et approuvées dans le sommet de Commandants de 1990.

Les déclarations publiques relatives à l’unité et au traitement des difficultés entre les deux organisations sont du seul ressort du Secrétariat et du Commandement Central.

Manuel Perez Martinez, Manuel Marulanda Velez, les exemples que nous devons suivre Pour le respect de la patrie, les yankees hors de Colombie !

Comaguer, mode d’emploi

Pour s’abonner gratuitement au bulletin et nous écrire : comaguer@orange.fr Nous écouter : sur Radio galère 88.4 MHZ (région marseillaise) ou sur Internet : http://www.radiogalere.org Les carnets : chaque mardi de 15h à 16h - Rediffusion Jeudi de 11h à 12h Les dossiers : le 2° mercredi de chaque mois de 20h à 21h30


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>