COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Poutine, Strelkov et la sixième colonne Par Alexandre Douguine

Opinion

Poutine, Strelkov et la sixième colonne
Par Alexandre Douguine

lundi 29 septembre 2014, par Comité Valmy


Poutine, Strelkov et la sixième colonne

Par Alexandre Douguine

mardi 9 septembre 2014

Igor Strelkov est vivant et en bonne santé. Il a été forcé de quitter la République Populaire de Donetsk et les charges qu’il y occupait. En tant qu’homme fidèle au seul Monde Russe, il ne pouvait accepter de jouer selon les règles dictées par le parti qui veut liquider la Novorossia et qui a commencé à reprendre l’initiative à Moscou à la mi-mai. Strelkov était devenu un danger mortel pour la « sixième colonne ». Au moyen de basses intrigues, cette dernière parvint à convaincre la direction russe de rappeler Strelkov.

Dès le début du conflit, j’ai pronostiqué une lutte cruelle entre les patriotes et la sixième colonne au sujet de la bataille pour la Novorossia. Sourkov, de retour au pouvoir incarnait le personnage opposé à Strelkov. Il incarnait le clan oligarque, les réseaux d’influence, la bourgeoisie compradore et les restes ratés de la famille Eltsine, c’est-à-dire le pôle du parti de la liquidation.

Mais Strelkov n’allait pas partir dans n’importe quelles circonstances, si ce n’était un ultimatum : tu sors de la République Populaire de Donetsk, et on fournit une aide suffisante pour créer un revirement des forces sur le terrain. Strelkov est devenu le nom du Printemps Russe, une figure du mythe russe. Si l’aide lui avait été fournie, il aurait pris la tête de la Grande Offensive, et le réveil populaire aurait été irréversible, non seulement en Novorossia, mais en Russie même. Avons-nous bien accordé attention au revirement, au sens militaire, à la fin juillet, à peu près au moment du départ de Strelkov ? Avons nous bien compris la déclaration de Zakharchenko au sujet du renforcement de 1200 hommes ? Nous souvenons-nous du moment où les médias de la junte ont commencé à glapir au sujet des « soldats russes » ? Quand donc fut rompu le siège de Donetsk et de Lougansk et commença la marche vers Marioupol ?

De sombres intrigues politiques se nouaient, en parallèle aux succès militaires. A Moscou, d’un côté, on se chargeait de l’aide concrète ; d’un autre on s’occupait de technologie politique. Les récits des uns et des autres diffèrent. Le départ de Strelkov priva la RPD d’un centre politico-militaire. Alors débutèrent les processus destructifs dans la direction des deux républiques du Donbass. Le parti de la liquidation se vit face à un système plus malléable. S’en suivirent des déclarations contradictoires, du type de celles de Minsk, et puis vinrent les démarches très ambiguës d’Antioufeev, qui contribuèrent à ce que commencent à s’effondrer les forces qui était à la source même de la RPD.

Là où se trouve Sourkov, là sévissent le mensonge, l’intrigue, la vilenie, le gâchis, le simulacre, les manigances de Kourganine, et l’échec. Dans un tel milieu, semblable à l’acide sulfurique, un personnage héroïque tel Strelkov ne peut subsister.

Mais il ne faut pas accuser Sourkov seulement. Il est intégré au réseau ramifié de l’oligarchie pro-américaine de la Russie des années ’90, oligarchie réformatrice libérale et s’appuyant sur des réseaux d’influence. Il a des alliés à tous les étages du pouvoir russe, depuis l’administration présidentielle jusqu’au sein du gouvernement. De telles coteries existent chez les militaires et dans les services spéciaux. A la fin des années ’80 et pendant les années ’90, c’est à peine si on n’encourageait pas la collaboration de nos services spéciaux avec ceux des Américains et des Européens. Pendant longtemps, Primakov, partisan de Gorbachev et de la perestroïka, a dirigé le Service des Renseignements Extérieurs et a promu plus d’un personnage douteux dans les hautes sphères du pouvoir.

Après la Crimée, tout ce réseau a été mis sur le pied de guerre. Une série de personnes (très) proches de Poutine sont intervenues directement et ouvertement contre son attitude décidée envers l’Ukraine et envers la Crimée. Mais lorsque commença l’insurrection en Novorossia, la sixième colonne s’insurgea véritablement contre Poutine. Jusqu’ici, il s’agit d’une insurrection matérielle, d’un sabotage actif. Mais les agents de la sixième colonne, stimulés par l’Occident vont clairement passer à une nouvelle étape, et pousseront les choses jusqu’à susciter un maïdan russe. Dans de telles circonstances, le patriote Igor Strelkov, fidèle à Poutine et incarnant l’éveil populaire, ne pouvait être qu’une pierre d’achoppement. Voilà la raison de son péremptoire rappel hors de la RPD. Pour Strelkov, une aide à la RPD, suffisante pour créer un revirement militaire, c’est fondamental, et Poutine , c’est le chef suprême. Voilà les deux motifs de son départ. L’aide est arrivée, de même que l’ordre de partir. Mais pour autant que je comprenne, il n’est pas résigné à demeurer inactif et veut poursuivre son combat pour la Russie et le Monde Russe, combat entamé il y a longtemps, mené sur les fronts de Bosnie, de Transnistrie, de Tchétchénie, de Crimée et du Donbass, de même qu’au sein du FSB de la République de Russie, où il a servi 16 ans en tant que colonel.

Il y en a qui servent sous l’effet de la peur. D’autres sont mus par leur conscience. Strelkov sert en conscience, une conscience combative. Il sert la Russie en tant qu’Idée, en tant qu’Histoire, en tant que Peuple, en tant qu’Empire.

Depuis son départ, on observe deux tendances en Novorossia :

1.l’arrivée de l’aide en contrepartie de son départ (le début de l’offensive).

2. le parti des liquidateurs se conduit en Novorossia comme chez lui, ne rencontrant plus l’opposition de l’inflexible patriote Strelkov et des révolutionnaires de la première vague, qui s’appuyaient sur lui.

Voilà les circonstances dans lesquelles les négociations de paix furent entamées. Porochenko est hanté par l’effroi face à l’effondrement de son opération militaire et à un quasi effondrement. Mais le parti russe des liquidateurs, en échange de la promesse de levée des sanctions, ou encore du retrait d’une nouvelle série de celles-ci, accourt à l’aide de la junte, acculée au bord du gouffre par les succès militaires de la Novorossia. En Finlande des oiseaux de la nichée de Primakov ont mené des entretiens secrets avec le Council of Foreign Relations, tentant de concrétiser le lâchage de la Novorossia. Il s’agit, fondamentalement, du sabotage des décisions patriotiques de Poutine.

En Russie même, les réseaux libéraux ont repris la chasse aux patriotes. Ceux-ci sont démonisés, noircis, calomniés, salis, accusés de « fascisme » et de tous les péchés mortels. Bien entendu, Igor Strelkov est une des cibles principales.

Nous entrons dans une période extrêmement difficile, la sixième colonne liquide la Novorossia, mais elle prépare aussi le renversement de Poutine. Bien sûr, il est fort et décidé. Mais l’élite russe formée dans les années ’80 et ’90 consiste presqu’exclusivement en libéraux, en partisans de l’Occident et fondamentalement en traîtres à la cause nationale. Ce milieu corrompu a transformé, lavé, et corrompu jusqu’aux militaires et forces de sécurité arrivés au pouvoir avec Poutine. Comment ? On le constate avec l’exemple de la Novorossia : on fait entrer dans l’affaire des technologues de la politique, les intrigues démarrent, et puis les affrontements, la corruption, la tromperie, et la liquidation.

Si on laisse échapper la Novorossia, on perdra la Crimée, quelles qu’aient pu être les promesses que nous aurait faites l’Occident à travers ses réseaux d’influence. Et surtout : nous laisserons échapper l’Idée Russe, trompant les attentes du peuple russe qui commence à s’éveiller, à s’unir et retrouver confiance en lui-même. On en reviendra à un point critique, semblable à celui de la Période des Troubles (au début du 17e siècle), à celui des révoltes en 1917. Et de nouveau, comme si souvent au cours de l’histoire russe, le Guide est arraché et isolé du peuple, et entouré d’une élite traîtresse qui le hait et hait le peuple et joue lâchement à les opposer.

Toutes les conversations concernant un « plan astucieux » ne sont que rêveries naïves. Aujourd’hui, la situation est très difficile pour Poutine. Il n’ a pu se décider à miser sur le peuple et à mener jusqu’à la victoire (si proche !) la guerre dans laquelle l’Occident l’a fait entrer. Mais son élite (la sixième colonne), l’a trompé ouvertement. Derrière leur dévouement personnel se cache le réseau d’influence, au service du seul capital, ceux qui espionnent Poutine. Dans la Bible, il est écrit : « Là où est ton trésor, là est ton cœur ». Leur trésor se trouve dans les banques étrangères et offshore, leurs familles et leurs villas sont en Occident. C’est pourquoi leur loyauté est mensongère et intéressée. Ils servent un autre dieu : mammon, leviathan. Dans les situations critiques, seul le peuple peut être un soutien réel pour le Guide, le peuple et son avant-garde patriotique. Le nom de cette avant-garde est Igor Strelkov.

Nous n’avons pas besoin d’un cessez-le-feu. Nous avons besoin de la libération de toute la Novorossia. Nous avons besoin qu’il soit mis un terme au déchaînement de la junte. Il est fini, le temps du faux patriotisme sur commande, dans l’esprit du Seliger et des « nachis ». Nous avons besoin d’une réelle révolution conservatrice, et si elle vient d’en haut, elle ne sera que molle et apprêtée.

Alexandre Douguine,

le 06 septembre 2014

(Trad. SP-BDD)
Source : http://topwar.ru/57713-aleksandr-dugin-putin-strelkov-i-shestaya-kolonna.html

Publié par Bertrand Gaideclin et repris sur son blogue.

Mise en ligne CV : 10 septembre 2014


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette