COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > Le dernier coup anti-OTAN de Russie/Iran ?! IRIB

Le dernier coup anti-OTAN de Russie/Iran ?!
IRIB

dimanche 5 octobre 2014, par Comité Valmy


Le dernier coup anti-OTAN de Russie/Iran ?!

Une revue électronique russe, Eurasia.net, se penche sur la déclaration du récent Sommet d’Astrakhan, en y voyant une grande victoire, pour l’axe Iran/Russie : "Le Sommet des pays du pourtour de la Caspienne a empêché, en réalité, la présence militaire des Etats Unis, dans cette grande mer.

Via des accords de coopérations militaires, les deux grandes puissances du littoral ont, ainsi, bloqué toute présence des Etats Unis et de l’OTAN".
"La déclaration finale a été, en réalité, un message très clair, à l’adresse de l’Etat le plus proche de l’OTAN du littoral de la Caspienne, à savoir, l’Azerbaïdjan. Les coopérations de Bakou avec l’OTAN a, en quelque sorte, réduit, de façon très sensible, les liens azéris avec le dossier de la sécurité, en mer Caspienne. Moscou et Téhéran n’entendent, nullement, laisser les Azéris jouer le rôle du cheval de Troie, dans cette mer".

Poutine a souligné, le 29 septembre, à Astrakhan, "le principe de garantir la stabilité et la sécurité de la Caspienne, auquel ne peuvent participer que, seuls, les cinq pays riverains. En ce sens, seuls, ces Etats ont le droit de détenir des forces militaires, dans cette mer".
De son côté, Rohani a affirmé : "Tous les pays du bassin de la Caspienne sont unanimes à affirmer qu’ils sont, parfaitement, à mêmes d’assurer, eux-mêmes, la sécurité de la Caspienne, et qu’aucune force étrangère ne devra s’engager, dans ces eaux".

La revue souligne que cette prise de position conjointe intervient, dans un contexte de haute tension entre l’Iran et la Russie, d’une part, et les Etats Unis et l’Occident, de l’autre. Les deux Etats se sentiront, directement, menacés, en cas d’une présence militaire "extrarégionale", en Caspienne". "La Russie connaît une période de très grande turbulence avec l’Occident, autour du dossier ukrainien, période qui remémore l’époque de la guerre froide. Quant à l’Iran, le pays, engagé dans des négociations nucléaires, n’a aucun doute sur l’intention des pays occidentaux d’utiliser les alliances avec les pays de la Caspienne, dans le sens de davantage de pressionsn sur Téhéran.

Aussi bien l’Iran que la Russie ont les yeux rivés, sur les moindres gestes et actes de l’Azerbaïdjan. Cet ex-république sovétique, détentrice de vastes gisements de pétrole et de gaz, entretient des relations stratégiques, depuis 91, avec l’OTAN et l’Occident. L’oléoduc Bakou-Tblissi-Jeyhan et celui de Bakou-Tblissi-Erzeroum sont deux constructions, placées, géographiquement, dans une zone hors de la portée stratégique de Moscou.

Le président azéri n’a, d’ailleurs, pas hésité à rappeler, au cours du dernier Sommet de l’OTAN, que son pays est un " partenaire fiable", pour l’Alliance. Depuis 2002, Bakou a fourni, d’ailleurs, une partie des forces de l’Issaf, en Afghanistan, et, en ce moment, il fait tout, pour renforcer le soutien logistique à l’OTAN. Il en va de même, pour le Kazakhstan, qui devra mener des discussions, pour installer une base militaire US et de l’OTAN, dans le port de Aktao.

Les Etats Unis soudoient, aussi, l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, et le Kirghizistan, en leur accordant des aides destinées à étendre leur puissance défensive, et, surtout, leur force navale. L’accord du Sommet d’Astrakhan prend, ainsi, tout son sens. Le fait que les cinq pays du pourtour aient décidé, sous la pression russo-iranienne, d’interdire une présence militaire occidentale, dans la Caspienne, signifie, de facto, l’impossibilité de la formation d’une base de l’OTAN, aux portes de l’Iran et de la Russie.

C’est une décision, qui pourrait avoir, aussi, des répercussions énergétiques. La Russie s’oppose à ce qu’un gazoduc reliant le Turkménistan à l’Azerbaïdjan traverse la Caspienne, et elle compte faire des pressions sur ces deux Etats. Si l’OTAN avait trouvé l’occasion d’avoir une présence militaire, en Caspienne, elle aurait pu imposer ce "gazoduc", via un déploiement de force militaire. Une base navale otanienne, en Caspienne, aurait été une menace, pour la Russie. Sans l’OTAN, la Russie pourra négocier le projet de la construction de ce gazoduc et tout pourra être réglé à l’amiable.
La Russie et l’Iran ont réussi, ensemble, à empêcher la Caspienne de devenir un nouveau golfe Persique.

vendredi, 03 octobre 2014


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>