COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > L’enquête sur le crash du Falcon du PDG de Total à Vnukovo 3 - par Karine (...)

L’enquête sur le crash du Falcon du PDG de Total à Vnukovo 3 - par Karine Bechet-Golovko

mercredi 29 octobre 2014, par Comité Valmy


L’enquête sur le crash du Falcon du PDG de Total à Vnukovo3

Le crash de l’avion du PDG de Total, Christophe de Margerie, à l’aéroport Vnukovo 3 dans la nuit de lundi à mardi fut un choc, tant en France qu’en Russie. En effet, le PDG de Total était l’image des véritables chefs d’entreprise qui ne suivent pas la politique mais veulent l’influer, sinon en être indépendants. Il n’a jamais soutenu les sanctions économiques, ni contre la Russie, ni en général comme instrument de pression, car il ne s’agissait que de la démonstration de l’échec de la diplomatie.

En voyage en Russie où, démonstrativement, il continuait et développait les activités de l’entreprise, son avion privé s’est écrasé lors du décollage en percutant un camion de déneigement des pistes. Voici la version officielle. Mais elle soulève baucoup de questions et la communication sur le sujet est plus qu’étrange.

La liste des questions est plus longue que celle des réponses possibles. Voyons certains éléments surprenantsconcernant les raisons de l’accident.

En ce qui concerne le camion de déneigement des pistes

Selon les versions, au moment du décollage, le Falcon a percuté le camion qui nettoyait la piste pour enlever la neige. Il l’aurait percuté soit avec l’aile gauche, soit avec le chassis. Le doute commence déjà. Ensuite l’avion, à plus de 200 km/h vire et s’écrase.

Et le camion n’a rien ? Je n’ai trouvé aucune photo du véhicule sur le net. Mais en voyant aux informations hier soir le conducteur du véhicule marcher normalement à côté des policiers, j’étais très surprise. Comment la percussion entre un avion et un simple camion peut détruire l’avion, tuer les passagers et laisser le chauffeurs sans une égratignure ? Kommersant parle d’un miracle ... Soit.

En ce qui concerne le conducteur du véhicule

Première question : mort ou vivant ? Imédiatement après le crash, les médias annoncent la mort du conducteur du camion. Ce qui semble assez logique si son véhicule a percuté un avion au point d’en provoquer le crash. Ensuite, on annonce qu’il est grièvement blessé et sous contrôle médical. Finalement, il est vivant. Une étrange communication.

Deuxième question : ivre ou sobre ? A peine arrivé sur les lieux, Markine (Comité d’enquête) affirme que le conducteur était ivre. Et l’on a pu voir toute la russophobie en profiter pour faire de la Russie un pays arriéré et dégradé par l’alcool. Il est surprenant que la communication, au moins en Russie, ait été aussi mal maîtrisée. Car bien avant toute enquête, toutes les versions possibles et impossibles ont été affirmées, notamment par les enquêteurs.

Et les médias ont repris. Pour NTV, il y a plusieurs versions, à savoir le conducteur, l’aiguilleur et les conditions climatiques, mais le conducteur était ivre et il constitue la raison principale du crash. Pour sa part, Pervy Kanal semble plus réservé et s’appuie sur la position de l’avocat du conducteur rappelant que son client ne peut boire d’alcool en raison d’un problème cardiaque. Position également défendue par la famille. La chaîne soulève également la question de la responsabilité de la direction de l’aéroport en raison d’un dysfonctionnement plus généralisé. Enfin,RBK est encore plus claire, V. Martynenkov travaille depuis plus de 10 ans à l’aéroport de Vnukovo ; avant de prendre son service, il a passé comme d’habitude une visite médicale et était considéré comme apte au travail (donc sobre) ; il a perdu le sens de l’orientation en raison des conditions climatiques. L’avocat demande une expertise indépendante. La chaîne dément toute responsabilité de la direction de l’aéroport.

Ces versions sont très étranges et très divergeantes. Pour finir, rappelons que l’aiguilleur était un stagiaire, mais là aussi des contestations sont en cours. Le déchiffrage des conversations entre le pilote et l’aiguilleur permettra de mieux comprendre ce qui s’est passé. De même pour les boîtes noires.

En ce qui concerne l’entreprise Total, le poste de PDG sera divisé en deux, et donc attribué à deux personnes différentes. La question va se poser sur la poursuite des activités en Russie.

Bref plusieurs questions restent sans réponses :

1.Pourquoi avoir tout de suite affirmer que le conducteur était mort et finalement vivant mais ivre, quand le livret médical dit le contraire ? Comme s’il fallait un responsable tout de suite. 2.Comment un camion peut "survivre" à la percussion avec un avion ?
3.Pourquoi des mesures particulières de sécurité ne sont pas prévues pour les personnalités de premier plan, surtout quand les relations sont, pour le moins, tendues ?

Photos du crash :

Karine Bechet-Golovko
mercredi 22 octobre 2014

Russie politics

Mise en ligne CV : 22 octobre 2014


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette