COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES MARXISTES, documents et apports communistes > Octobre n’appartient pas au passé histoireetsociete

Octobre n’appartient pas au passé
histoireetsociete

vendredi 14 novembre 2014, par Comité Valmy


Octobre n’appartient pas au passé,

Le temps est venu de rappeler les engagements de Lénine et de Staline »

Le 7 Novembre à Moscou, grande manifestation et meeting du Parti communiste pour le 97e anniversaire de la Grande Révolution socialiste d’Octobre

11/07/2014

http://kprf.ru/party-live/cknews/136301.html

Pour le pouvoir des Soviets !

En tête de la colonne de manifestants marchaient les dirigeants du Parti communiste et parmi eux le Président du Comité central, GA Ziouganov. Sur un cheval fougueux et vêtu en cosaque, bonnet de fourrure et sabre au clair caracolait le chef des communistes moscovites Valéry Rachkine, suscitant un vif intérêt de la part des journalistes et des manifestants. Comme il l’a expliqué aux représentants des médias, son geste est un hommage aux héros de la guerre civile qui se sont battus pour le pouvoir soviétique.

Au milieu de la colonne de manifestants roulait également une voiture blindée de l’époque de la révolution. Des membres du Komsomol portaient des portraits des héros de l’époque soviétique et les symboles des réalisations de l’URSS. Malgré la pluie torrentielle, les manifestants ont défilé de la place Pouchkine à la Place du Théâtre (Bolchoï), où s’est tenu le meeting.

L’ouverture solennelle du meeting a débuté avec l’hymne de l’URSS. Le premier à prendre la parole a été le chef du Parti communiste, GA Ziouganov.

« Toute révolution et tout pays n’ont de valeur que s’ils sont capables de se défendre »

- Chers amis ! Chers camarades, – a dit Gennady Andreyevich à l’assemblée réunie. – Nous ne devons pas seulement célébrer la Journée de la Révolution d’Octobre, mais aussi en tirer les leçons. Sur la Place Rouge a eu lieu un défilé aujourd’hui. En regardant la façon dont il a été réalisé, je me suis souvenu des paroles de Gueorgui Joukov, l’un des généraux les plus brillants, dont les opérations sont étudiées dans les académies militaires du monde entier. On lui a demandé : Quels sont les principaux événements qui ont le plus influencé le moral et l’humeur du peuple soviétique pendant la guerre ? Il a dit qu’il y en avait trois. En tout premier lieu le discours de Staline début Juillet 1941, qui a commencé avec les mots « frères et sœurs », et s’est conclu par : « Notre cause est juste, l’ennemi sera vaincu, la victoire sera la nôtre ! ». Le deuxième événement fut le défilé du 7 novembre 1941, à l’issue duquel 30 000 soldats se sont immédiatement rendus au front pour défendre notre capitale. Et le troisième événement le feu d’artifice en l’honneur de la libération d’Orel et Belgorod, quand nous avons brisé les reins de la bête fasciste.

« Mais je tiens à vous rappeler – poursuivit le chef du Parti communiste – que, dix ans avant son discours de 41, Staline a prononcé un autre discours au 31e Congrès des travailleurs de choc. A l’époque, s’adressant à l’ensemble du pays, il a dit que nous étions en retard. Et que plusieurs fois dans l’histoire nous avions été battus à cause de notre retard par les khans mongols et les beys turcs. Et aussi par la noblesse polono-lituanienne et les seigneurs féodaux suédois, par les bourgeois d’Angleterre et de France. Mais que nous n’avions pas le droit de reculer. Que nous étions en retard sur l’Europe de près de 100 ans, et que nous devions couvrir cette distance en 10 ans, sinon ils nous écraseraient. « 

« Et à l’époque le pays a entendu – a dit Guennadi Ziouganov – et l’étendard d’Octobre, les plans de Lénine pour l’électrification et la NEP nous ont inspiré de nouvelles victoires. A un rythme accéléré s’est effectuée l’industrialisation, des dizaines d’écoles scientifiques, des centaines d’universités pédagogiques ont été ouvertes. Nous avons en dix ans réussi à éliminer l’arriération et dès 41 avons accompli des progrès gigantesques pour tous les indicateurs techniques majeurs « .

« L’an prochain, nous célébrerons le 70e anniversaire de la Victoire – a dit le chef du Parti communiste. – Aujourd’hui, il convient de rappeler à tous ceux qui parlent de réformes que les bases de la victoire ont été posées dans la décennie d’avant-guerre. En 10 ans ont été formés des soldats et des commandants brillants, capables de résoudre les tâches les plus audacieuses et les plus désespérées. C’est à cette époque que notre pays s’est uni sous la bannière de l’amitié des peuples. Nous n’étions pas divisés en Russes, Ukrainiens, Tatars, Moldaves, Juifs. Nous étions le peuple soviétique uni, et nous étions dirigés par le Parti bolchevik, capable de nous inspirer de grandes victoires. « 

« Mais nous devons être honnêtes au regard de la Révolution d’Octobre et devant la mémoire de nos ancêtres, nous n’avons pas aujourd’hui dix ans à notre disposition. Nous sommes de nouveau en arrière. Le pays soviétique produisait 20% de la production industrielle mondiale, la Russie d’aujourd’hui - moins de 3%. Les Américains et l’Union européenne ainsi que les membres de l’OTAN produisent 60%. Nous faisons désormais partie des BRICS, avec la Chine, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud. Cela est extrêmement important. Par conséquent, la plupart des initiatives des autorités russes en politique étrangère, nous les soutenons. Nous croyons qu’elles sont correctes, mais il faut encore les développer et les approfondir « , – a souligné GA Ziouganov.

« On nous avait promis, – a poursuivi le chef du Parti communiste – que l’OTAN ne serait pas étendue en direction de la Russie. Mais elle est déjà à nosportes. On nous avait promis que nous ne serions pas divisés, mais la mère des villes russes – Kiev a été capturée par les nazis et les Banderistes. On nous avait promis que nous serions sous un ciel paisible, et que nous vivrions comme en Suède et en Suisse. Mais sous la direction de Boris Eltsine et consorts, traîtres au pays, on nous a transformés en un mélange de Colombie et de Bangladesh. Il semble que ces dernières années on ait fini par comprendre une chose : dans ce monde personne sauf nous n’a besoin que notre peuple soit fort, intelligent et instruit. On commence à comprendre que pour les Américains nous ne sommes pas des partenaires mais des clients. On commence à comprendre qu’il est nécessaire de développer notre haute technologie et investir dans la formation des ingénieurs. La conscience est venue que pour regarder avec confiance l’avenir, il est nécessaire d’avoir des arrières solides « .

« Aujourd’hui, les Américains – a dit GA Ziouganov – sont le plus grand débiteur du monde. Ils doivent 17 billions de dollars. Brûler la dette et la jeter sur les épaules de quelqu’un d’autre n’est possible qu’en alimentant une guerre d’intensité moyenne, tout en restant à l’écart, et en s’emparant des marchés européens. Tout ce que vous voyez aujourd’hui en Ukraine, qui est devenu un territoire sous mandat américain, est une réalisation de leur plan perfide et criminel. La signification d


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>