COMITE VALMY

Accueil du site > > Rapport sur les tortures menées par la CIA ou le comble du cynisme (+18ans) (...)

Rapport sur les tortures menées par la CIA ou le comble du cynisme (+18ans)
par Karine Bechet-Golovko

jeudi 11 décembre 2014, par Comité Valmy


Rapport sur les tortures menées par la CIA ou le comble du cynisme (+18ans)

Dans une mise en scène digne d’un blogbuster hollywoodien, les Etats Unis viennent de rendre public un ersatz vidé de sa substance du rapport d’enquête de 6700 pages du Sénat américain sur les pratiques de torture utilisées par la CIA dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appelé les pratiques d’interrogatoire élargies. Privation de sommeil, noyade, coups ...

Autrement dit comment les attentats du 11 septembre ont pu servir d’excuse pour lancer un programme d’Etat de recours systématique à la torture et de violation de tous les droits liés à la personne humaine sous couvert de lutte contre le terrorisme.

Autrement dit, par le Patriot Act, qui est censé couvrir légalement ces pratiques, comment les Etats Unis sont devenus un Etat terroriste, dont le régime devrait, en tant que tel, être jugé par une Cour internationale. Les responsables, à savoir les Présidents concernés, les ministres de la justice, les responsables et les membres de la CIA, doivent être arrêtés, jugés et condamnés. Le régime doit être changé pour entrer dans une phase de transition démocratique, sous tutelle internationale.

C’est ce qui se passerait pour n’importe quel autre Etat. Ça ne se passera pas pour les Etats Unis. Car ce sont les Etats Unis. Ils le savent et c’est pourquoi ils ont joué cette parodie de transparence démocratique. En toute conscience. Au comble du cynisme.

Attention, en ouvrant le lien, vous risquez d’être choqué par les images en fin de texte.

L’on peut déjà admirer le sens du commerce dans l’esprit américain, qui ne perd pas une bonne occasion de lier l’utile à l’agréable : mettre la torture en outsourcing. Concrètement, déléguer à deux psychologues qui ont fondé deux compagnies privées la conduite d’un plan de torture efficace pour faire parler les présumés terroristes, terroristes qui leur furent également envoyés pour interrogatoire. Leurs noms évidemment ont été effacés. L’on sait simplement qu’ils n’avaient strictement aucune expérience en matière d’interrogatoire et travaillaient avec les militaires sur les conditions de survie en milieu hostile. Pour cela ils touchèrent quelques millions de dollars. Par exemple, ils touchèrent 180 millions de dollars en 2006.

Pour continuer sur le plan financier, ce programme spécial de la CIA qui a officiellement duré de 2001 à fin 2009, a coûté au bas mot 300 millions de dollars aux contribuables américains. Sans compter les dégâts collatéraux. Par ailleurs, comme le souligne le rapport d’enquête, les informations obtenues n’ont pas permis de mettre en place des actions efficaces pour lutter contre le terrorisme. Bref, cher et inefficace. Ce qui perturbe manifestement le sens du commerce inné chez ces gens et semble être une des raisons de l’indignation des membres du Sénat. Bien plus que les tortures elles-mêmes.

Car, sur le plan moral, ils ne semblent pas trop perturbés. A part quelques indignations correctement exprimées et filmées, le ministre de la justice a affirmé ne pas voir de fondement pour poursuivre qui que ce soit, puisque chacun a agit dans le cadre du Patriot Act adopté par le Président Bush Jr., Act pour la peine très largement interprété. La CIA dit qu’elle n’a fait que ce qui était attendu d’elle. La présidence, aujourd’hui, est un peu mal à l’aise, mais n’a pas l’intention d’agir particulièrement, la CIA reste quand trop utile.

D’un autre côté, à part quelques associations qui demandent des actions en justice, où quelques exécutants pourront être jetés en pâture aux médias devant un tribunal, la communauté internationale est outrageusement paisible. Comme le souligne la presse française, c’est un acte de courage, de démocratie, de transparence. L’UE le félicite. Bravo ! Personne ne cherche trop à discuter sur le fond : évidemment c’est atroce, mais il a fallu aux américains surmonter un véritable traumatisme avec le 11 septembre et ils en ressortent fortifiés. Peu importe les victimes. Il y a bien sûr l’Iran ou la Russie, par exemple, qui condamnent réellement ces actes de barbaries et les attribuent à un système de gouvernance et non seulement à un écart momentané. Mais qui va les écouter ?

Certainement pas les européens qui sont mouillés jusqu’au cou avec les prisons secrètes de la CIA. La Lithuanie commence à s’inquiéter, elle ne reçoit aucune aide, même juridique, des Etats Unis suite à ces incriminations et a peur de devoir encore et payer des compensations aux familles des victimes. Elle est par ailleurs choquée d’avoir été citée comme pays de liaison de la CIA pour ces interrogatoires musclés, ces tortures. Il faut la comprendre, elle a fait tout ce qui était attendue d’elle, et le grand show du Pardon l’entraîne dans une télé-réalité dont elle se serait bien passée. La Pologne aussi voit le secret de polichinelle jeté à la face du monde. Ce grand pays démocratique, l’image de la transition réussie à l’Est. Que se passe-t-il ? Rien, la transition est réussie. Le pays est correctement passé sous domination américaine. Et pour tout l’investissement fait dans les structures démocratiques polonaises par les Etats Unis, le moment est venu de payer une partie de la facture. Et ce n’est pas fini en réalité, puisque l’Ukraine est envisagée pour recevoir des prisonniers "spéciaux" en provenance des Etats Unis.

Car soyons clairs, les Etats Unis ne vont pas payer la facture. Ce sont les pays collaborateurs qui seront les plus touchés, car les plus faibles. Leur réputation va encore chuter, moins que celle des Etats Unis, mais comme ils sont plus bas dans la chaîne alimentaire, ils seront en premières lignes.

Qui va mettre en place une cour internationale pour juger des crimes commis par les Etats Unis ? Personne, puisque les Etats Unis ne reconnaissant pas la compétence de la justice pénale internationale, elle ne pourra leur être appliquée. Qui va tenter une compétence universelle pour juger des crimes touchant les droits de l’homme ? Aucun Etat, car tous ceux qui la reconnaissent sont des alliés impliqués des Etats Unis.

Ils bénéficient donc d’une impunité de fait. Ce qui leur permet de fanfaronner en publiant quelques centaines de pages sur les presque 7000 existantes, des pages dont les noms ont été enlevés, dont tous les lieux n’ont pas été indiqués, des pages qui ne renvoient qu’à ce qui était connu, le reste ne devant pas être public. Le Mea Culpa a des limites, surtout qu’il ne s’agit pas d’un Mea Culpa et pas plus de transparence. Et même cela a conduit à renforcer immédiatement le niveau de sécurité des infrastructures, bâtiments et personnels liés aux Etats Unis de part le monde. Un risque de vengeance étant, selon la Maison Blanche, plus que réel.

Mais maintenant que ces pages sont publiées, on va pouvoir passer à autre chose, finir de bombarder les civils du Donbass par exemple ou d’autres peuples. Ce n’est pas grave, il suffira ,si cela se sait trop, de faire une autre enquête, dans quelques années, et tout ira bien.

Bonne nuit. Elle promet d’être longue, très longue. Avant que nous ne sortions du cauchemar.

par Karine Bechet-Golovko
jeudi 11 décembre 2014

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette