COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Poutine n’ira plus à la Horde Israël Shamir

Poutine n’ira plus à la Horde
Israël Shamir

dimanche 25 janvier 2015, par Comité Valmy


Poutine n’ira plus à la Horde.

Relayé par Mikhaïl Deliaguine sur son blog, ce texte a été publié dans la Komsomolskaia Pravda le 14 janvier 2015, superbe par sa puissance évocatrice, écrit par Israël Shamir, journaliste, écrivain, citoyen israélien, né en Russie, converti au Christianisme Orthodoxe et résidant en Suède. Accusé tantôt d’être d’extrême droite, tantôt d’être d’extrême gauche. Il dérange, extrêmement, par l’acuité de ses propos et la puissance de son verbe.

Nos éditorialistes sont fiers de ce que le Président de Russie ne se rendra pas aux cérémonies du 70e anniversaire de la libération d’Auschwitz. Car il n’a rien à faire, en compagnie de ces gens-là.

C’était bien, quand les dirigeants européens accueillaient le Président de Russie avec les honneurs. Mais c’est encore mieux, quand il ne doit aller nulle part. J’aime bien (pour reprendre l’expression des réseaux sociaux) le revirement de Poutine vers la Russie, et le revirement de la Russie vers elle-même. Ce revirement, il est devenu incontournable. Le Président n’ira plus à la Horde. Pour régner, il n’a plus besoin de « iarlyk », de décret du Khan, il a l’assentiment du peuple auquel il est venu.

Il n’est pas allé se profiler devant des foules brandissant la pancarte « Moi aussi je suis Charlie », il n’a pas joué des coudes comme Netanyahou pour paraître au premier rang sur la photo. Il n’est pas allé flâner dans les rues de Paris comme un premier ministre européen moyen. Il n’a pas besoin de cracher sur Mahomet. Il n’est pas Charlie. Et son peuple n’est pas Charlie. En Russie, on ne tue pas de tels blasphémateurs. Le pouvoir soigne leur folie avec deux ans de travaux de rééducation.

Les problèmes des Européens, c’est l’affaire des Européens, enchevêtrés dans leurs jeux très compliqués. Les grands dirigeants des États-Unis, de la Russie et de la Chine n’y sont pas allés. Poutine n’a pas besoin de préparer d’invasion en Syrie ou au Yemen. Quand il se rend là-bas, les peuples locaux déroulent le tapis rouge pour lui. Le Proche Orient aime Poutine. Il a toujours soutenu la Palestine. La Palestine, c’est le cœur de l’Orient.

Poutine n’a pas besoin de resserrer les boulons et d’imposer une matrice de contrôle totalitaire comme le Premier britannique ou le Président français. Son peuple le soutient. Personne ne jouit d’un soutien populaire tel que le sien, dans le monde actuel. Le dernier dans ce cas fut Hugo Chavez.

Il n’ira pas à Auschwitz, jurer allégeance à l’empire judéo-américain construit sur la privatisation du triomphe de l’Armée Rouge. Les Russes ont libéré Auschwitz, sauvé les prisonniers, les rendant à la vie. Le Président russe n’a rien à prouver à personne à cet endroit. Que Yatseniouk y aille puisque d’après lui, les Russes ont non seulement envahi et occupé l’Allemagne nazie, mais aussi la Banderovchtchina yatsenioukovienne, empêchant le papa de Yatseniouk de laisser pourrir le papa du Premier Ministre israélien à Auschwitz. Que Kolomoïsky y aille et qu’il y justifie son soutien aux nazis de « Aidar » et d’ « Azov ». Que les Français aillent à Auschwitz, eux qui y ont envoyé leurs juifs. Que les Américains y aillent, couvrant la félonie de ceux qui furent leurs alliés. Ceux-ci ont à se justifier. Pas les Russes.

Si les Polonais et les juifs ne se lèvent pas pour exiger que leurs dirigeants fassent venir le maître de Moscou, par qui leur population fut sauvée, alors, il ne faut pas y aller. Finalement, la Russie a retrouvé sa fierté, la fierté d’antan, manifestée par son sévère Maréchal moustachu, amateur de « fleur d’Herzégovine », son fidèle « Mr Niet ». Il était temps. Cela faisait mal de voir Poutine s’en aller en Irlande à la rencontre du « G8 », et en Australie, à celle du « G20 ». Il avait l’air d’un prince russe se rendant à la Horde au milieu des Khans et Baskaks arrogants. Ils l’humiliaient, se prévalant de leur puissance. Mais la Russie s’est renforcée. Elle n’a plus besoin d’aller à la Horde.

Si vous me demandez quand ce revirement s’est produit, de la longue station sur la rive de la Ougra, jusqu’à la libération de la Rus’, je vais vous le dire : ce fut la nuit de Noël quand Poutine se rendit aux Vigiles et à la Liturgie, non pas en costume d’apparat dans une des grandes églises de Moscou ou de Saint-Petersbourg, non pas aux côtés du Patriarche, mais dans la lointaine campagne de Voronège où il a fêté la Nativité du Christ, en simple chandail, aux côtés des réfugiés de Lougansk. Cela ressemblait à un mariage avec la Russie profonde.

Il s’agissait d’un choix religieux. Pareil à celui du Prince Vladimir. Pas le culte de l’Holocauste, pas le culte de la tolérance des genres, pas le culte de l’Europe, pas la vénération des valeurs américaines. Il a choisi le Christ pour la Russie.

Je ne suis pas le seul a avoir saisi le sens de cette démarche. Mikhaïl Deliaguine, le politicien expérimenté a murmuré : « Il s’est éloigné des libéraux de la capitale. Ils ne lui pardonneront pas. Parviendra-t-il à toucher la Russie ? » Il y est parvenu. Nous le voyons à sa superbe absence lors de la disgrâce parisienne et de la cérémonie du tribu au Khan à Auschwitz. Son conseiller Serguei Lavrov l’a bien compris. A Paris, il a abandonné le reste des dirigeants lors de la séance photo et s’en est allé à l’église orthodoxe russe.

De lourdes épreuves nous attendent. Ceux qui en 1991 ont lancé au visage des vétérans : « Vous auriez mieux fait de perdre la guerre, maintenant on boirait de la bière de Bavière », disent aujourd’hui « Il aurait mieux fait d’aller baiser la main du maître, on boirait du champagne, maintenant ». La volonté est plus chère que le luxe, et la Russie, lors de son étrange vieux nouvel an a retrouvé non seulement la volonté, elle s’est retrouvée elle-même, ainsi qu’un dirigeant digne d’elle.

Israël Shamir

Sources :


Russie Sujet Géopolitique

22 janvier 2015


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>