COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Instrumentalisation des agences de notation Par Jacques Sapir

Instrumentalisation des agences de notation
Par Jacques Sapir

mercredi 28 janvier 2015, par Comité Valmy


Instrumentalisation des agences de notation

Par Jacques Sapir

27 janvier 2015

La décision de l’agence Standard and Poors de dégrader la note de la Russie n’a à l’évidence aucune raison économique. Mais elle s’explique parfaitement d’un point de vue politique. Pour justifier sa décision, qui désormais fixe à "BB+" cette note, ce qui la fait passer en catégorie spéculative, cette agence a mis en avant la détérioration de la flexibilité monétaire du pays, ainsi que la dégradation de ses perspectives de croissance. Par ailleurs, elle n’exclut pas un abaissement ultérieur. Or, la « note » d’un pays dépend de plusieurs paramètres.

Sur quoi se base une notation ?

Le premier est la solvabilité du pays. Or, avec une dette publique qui se monte à 9% du PIB (soit 10 fois moins que la France) et un déficit budgétaire pour 2015 qui devrait se situer entre 0,7% et 1,5% du PIB, la Russie apparaît comme particulièrement solvable. L’ampleur des paiements que devront faire les entreprises à leurs créanciers étrangers ne devrait pas dépasser les 65 milliards de dollars pour 2015. Or, le solde du commerce extérieur devrait être de 100 à 120 milliards de dollars dans la même période. Les entreprises russes sont donc en général très solvables. On peut objecter que les perspectives de croissance sont aussi prises en compte. Mais, si la croissance devrait être négative en 2015, la baisse ne devrait pas dépasser les -1,5%. En réalité, on s’attend à une forte chute au 1er trimestre 2015, puis une stabilisation progressive au 2ème et 3ème trimestre, et un retour de la croissance au 4ème trimestre. Que la Russie ne soit pas notée AAA se comprend. Qu’elle soit notée en « risque spéculatif » n’a aucune base économique. Il n’y a aucun risque de défaut en Russie, ce que reconnaissent implicitement de nombreux acteurs des marchés financiers[1]. Notons qu’une autre agence, Fitch avait dégradée la Russie de BBB à BBB ce qui correspondait à une notations juste avant le défaut. On voit bien qu’il n’y a aucune rationalité économique[2] derrière cette notation sinon le discrédit politique imposé par les Etats-Unis sur les marchés vis à vis de la Russie. Cette dernière devra donc payer un coût supplémentaire évalué entre 20 et 30 milliards d’euro en 2015. On peut donc considérer que cette dégradation arbitraire de la note de la Russie correspond à une sanction qui ne dit pas son nom. C’est d’ailleurs ce qu’a déclaré Vassili Nebenzia, vice-ministre des Affaires étrangères. Il faut signaler qu’Anton Silouanov, le ministre russe des Finances, a estimé que l’agence d’évaluation financière faisait preuve d’un "pessimisme excessif", appelant à ne "pas dramatiser".

La dynamique d’une hystérie anti-russe

On voit donc que seules des raisons politiques peuvent expliquer cette dégradation. D’ailleurs, l’agence chinoise Dragon Global Credit (DGC), au contraire confère à la Russie une excellente note. Si les Etats-Unis sont notés A- et la Russie reste avec une note A. On peut contester bien entendu que la Russie soit un moindre risque que les Etats-Unis. Mais il est vrai que sur des critères purement financiers, cette notation est bien plus logique que celle de Fitch ou de Standard and Poors. Les réserves de la Russie sont importantes, qu’il s’agisse de celles de la Banque Centrale de Russie ou que celles des différends souverains gérés par le Ministère des Finances.

Sur le fond, cela pose la question de la crédibilité des agences de notations. Tant que l’on fera commerce des dettes, que ce soit celles des Etats ou celles des compagnies privées, il faudra bien porter un jugement sur la solvabilité de l’emprunteur. C’est la raison fondamentale de l’existence des agences de notations. Or, leur existence implique que des raisons politiques n’interviennent pas, ou du moins n’interviennent qu’à la marge, sur leur jugement quant à la solvabilité d’un emprunteur. En se prêtant au jeu politique des Etats-Unis, ces agences ont compromis leur crédibilité générale.

Les conséquences de long terme de l’hystérie anti-russe.

Par la même occasion, elles ont retiré du marché un instrument important, quoiqu’imparfait, et l’on se souvient du revirement brutal de ces mêmes agences au moment de la crise des « subprimes », d’évaluation et donc de fonctionnement de ces mêmes marchés. Ceci ne peut que conduire à terme à la fragmentation croissante de ces dits marchés, et à une inversion progressive du processus de globalisation financière. En effet, si l’on ne peut plus disposer d’avis plus ou moins crédible quant à la solvabilité d’un emprunteur, seul la connaissance particulière que peut donner la proximité avec cet emprunteur, permettra de juger de sa réelle solvabilité. Mais, cette exigence de proximité rend impossible tout marché globalisé des dettes, privées ou publiques. Sans s’en rendre compte, le gouvernement des Etats-Unis vient peut-être de porter un coup fatal à la globalisation financière, dont il fut – et reste – l’un des principaux bénéficiaires.

Ceci met en évidence la dynamique politique très perverse de la politique américaine, que l’on voit d’ailleurs aussi à l’œuvre sur d’autres terrains, et en particulier dans la lutte contre le terrorisme. La responsabilité des Etats-Unis dans la naissance de l’organisation qui se fait appeler l’Etat Islamique, a été bien mise en évidence dans le témoignage du Général Vincent Desportes[3] devant le Sénat de la république française. Pourtant, aujourd’hui, les Etats-Unis cherchent à organiser une coalition pour lutter contre ce même « Etat Islamique » qu’ils ont porté sur les fonds baptismaux. Cette incohérence se retrouve dans la politique qui les conduit à faire pression sur les agences de notation pour qu’elles dégradent la note de la Russie.

Soulever une grosse pierre pour se la laisser retomber sur les pieds (proverbe chinois)

A la recherche d’avantages locaux, et ici d’un avantage par rapport à la Russie, il n’hésite pas à compromettre des instruments qui sont – ou qui devraient – être considérés comme des biens publics soit des biens appartenant à tous, et dont aucun acteur du marché ne peut priver les autres. L’établissement d’une notation d’un emprunteur était une « connaissance commune » qui fonctionnait comme un « bien public » sur le marché international des dettes. Il se pourrait bien que l’on constate la disparition de ce « bien public » et avec lui d’un mécanisme essentiel au fonctionnement d’un marché globalisé, ce qui pourrait précipiter la fragmentation financière, et l’émergence de diverses monnaies plus où moins convertibles comme instrument financiers au sein de ces espaces fragmentés. Une telle évolution sera-t-elle négative ? Probablement pas pour les pays émergents, ni même pour la majorité des pays du monde. Mais, elle portera un coup fatal à la puissance des grands centres financiers, et donc, par ricochet, aux Etats-Unis…


[1] « It is a bit of a mystery to us why Russian CDS spreads are so much lower than Greek ones, while Russian bond yields are significantly higher » cf. Pater Tenebrarum, Markets : Russia Is Not a Default Risk. Ukraine and Greece the Real Risks, 9/1/2015, http://www.acting-man.com/ ?p=35146 et http://russia-insider.com/en/2015/01/13/2377

[2] c’est bien ce qu’analyse dans le détail l’article d’Alexandre Mercouri dans Russia insider http://russia-insider.com/en/2015/01/11/2322

[3] COMPTES RENDUS DE LA COMMISSION DESAFFAIRES ETRANGERES, DE LA DEFENSE ET DES FORCES ARMEES, « Débat en séance publique sur la prolongation de l’opération Chammal en Irak - Audition du Général de division (r) Vincent Desportes, professeur associé à Sciences Po Paris ». 20 janvier 2015, pp. 12-19, http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20141215/etr.html#toc7


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.


More Posts


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>