COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Conflit en Ukraine : échec des pourparlers de paix à Minsk par Karine (...)

Conflit en Ukraine :
échec des pourparlers de paix à Minsk
par Karine Bechet-Golovko

dimanche 1er février 2015, par Comité Valmy


Conflit en Ukraine :
échec des pourparlers de paix à Minsk

Après plusieurs tentatives échouées, le groupe de contact sur la crise ukrainienne s’est à nouveau réuni samedi à Minsk pour tenter de trouver une solution politique et pacifique au conflit dans le Donbass. Ce fut un échec. Total cette fois-ci.

Sous l’égide de l’OSCE et de la Russie en la personne de son ambassadeur en Ukraine, le groupe de contact s’est réuni samedi à Minsk. Il comprenait l’ancien président ukrainien L. Kutchma pour Kiev et D. Pushilin et V. Deynego respectivement pour les républiques de Donetsk et Lugansk.

Après 3 heures de discussion, l’impasse fut totale. Les représentants des républiques affirment être prêt pour discuter, mais pas pour s’incliner devant les ultimatums lancés par Kiev. De son côté, Kiev, en la personne du vice-directeur de l’administration présidentielle, affirme que l’échec des pourparlers est de la responsabilité des représentants des républiques qui leur ont lancé des ultimatums, les ont menacé pour leur faire peur. Seulement, nous ne saurons pas concrètement de quoi il s’est agit ...

Plus sérieusement, deux questions bloquent du côté ukrainien.

Tout d’abord, Kiev estime que la ligne de front doit être à nouveau redéplacée à celle fixée par les accords du 19 septembre, beaucoup plus favorable à l’armée ukrainienne, qui récupèrerait ainsi le territoire perdu par les échecs successifs de son armée. Or, les représentants des républiques n’ont pas donné leur accord pour ces lignes et n’envisagent pas de le faire maintenant. En effet, cela mettrait en danger la population civile des villes, qui se retrouveraient à nouveau à portée de tir. Alors que le but est d’éloigner au maximum l’artillerie des zones habitées.

Ensuite, Kiev estime que le niveau de représentation des républiques est trop faible, ils veulent les dirigeants. Intéressant, alors que l’accréditation de L. Kutchma n’a toujours été publiée nulle part.

Donc, tous les moyens sont bons pour ne pas permettre des pourparlers. En revanche, si les discussions politiques permettent de contrebalancer les échecs militaires, Kiev est prêt à signer, sans jamais s’engager plus avant que ce qui n’entre dans son intérêt. Et pour l’instant, la paix n’entre pas dans son intérêt. Alors tous les prétextes sont bons : ce ne sont pas les bonnes personnes, ce ne sont pas les bonnes lignes, il fait trop chaud, trop froid, c’est trop tôt ou trop tard. Cela n’a aucun sens et n’est pas fait pour avoir du sens. Le but est simplement de maintenir, pour la communauté internationale qui n’est pas trop regardante, une faible illusion de recherche de paix.

Pendant que les habitants de Donetsk, de Gorlovka et autres villes se font bombardés. Quand ils vont prendre le bus. Quand ils vont chercher de l’aide humanitaire. Quand ils essaient, à tort semble-t-il, de vouloir survivre.

Vous, vos bergers et vos chiens. On me l’a dit : il faut que je me venge.

Karine Bechet-Golovko
dimanche 1 février 2015

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>