COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Glaziev : A défaut de planification, l’État russe tend vers la (...)

Glaziev : A défaut de planification, l’État russe tend vers la déliquescence

samedi 21 mars 2015, par Comité Valmy


Glaziev : A défaut de planification, l’État russe tend vers la déliquescence.


Dans le court texte ci-dessous, paru sur le site du portail russe d’information Nakanoune, en date du 14 mars 2015, Sergueï Glaziev, l’un des conseillers économiques du Président Poutine, et membre du Club d’Izborsk, nous livre sa vision, non pas des mécanismes, mais du rôle de la planification dans le développement et la modernisation de la société. Il nous montre cela en s’appuyant sur l’exemple de la situation actuelle de l’économie russe.

A l’époque de la chute de l’URSS, le concept de « planification » est devenu tabou. On se mit à le considérer comme « marginal », l’associant au système dit inefficace des plans soviétiques. Aujourd’hui plus que jamais, ce terme doit être repensé.

Une planification ne peut être partielle, fragmentaire. Il faut adopter une approche systémique.De toutes nos forces, nous devons organiser l’État de façon telle qu’elle permette de mettre en œuvre développement et planification à travers la convergence de mesures systémiques. A défaut de planification, l’État tend à la déliquescence. Cette loi est analogue à la deuxième loi de la thermodynamique ; à défaut d’un algorithme d’action précis, les structures dissipatrices dominent et tendent vers un équilibre équivalent au chaos absolu. C’est ce que nous pouvons observer aujourd’hui dans certains fragments de secteurs de l’État.

En tant qu’organisme vivant, l’État ne peut vivre sans but et sans orientation. La planification existe, bien sûr, mais il faut se demander comment elle est réalisée, dans l’intérêt de qui, et selon quelle méthodes. Nous nous heurtons d’une part aux fantasmes des libéraux selon lesquels l’État serait un Leviathan qui écrase tout, et d’autre part au fétichisme de l’argent.

Malheureusement, aujourd’hui, le but de l’État est de servir les intérêts de la bourgeoisie, surtout offshore et compradore. Le détournement du business des oligarques vers les places offshore signifie un départ vers une juridiction étrangère, aux objectifs et missions qui lui sont spécifiques. La planification agit réellement en faveur d’intérêts étrangers. Les sanctions économiques en sont la confirmation : il en est qui planifient la situation.

Voici un an seulement, nous ne les redoutions pas, nous affirmions disposer d’un système financier robuste, d’importantes réserves de change. Nous allions recourir au marché fermé pour intensifier notre propre production de biens dans l’intérêt de notre business raisonnable.

Dans cette affaire, nous avons été « roulés ». Je prends sur moi d’affirmer que le rôle principal des sanctions consiste à interrompre le recours au crédit « interne ». On sait comment fonctionnent notre Banque Centrale et nos autorités monétaires : comme des automates. Le centre étranger où sont prises les décisions, situé aux États-Unis, a pu clairement pronostiquer, et peut-être planifier, leur comportement. On commence par laisser flotter librement le rouble. En l’absence de contrôle monétaire, tout l’argent émis s’est engouffré dans le piège de la spéculation. Exécutant les recommandations du FMI, la Banque Centrale augmenta le taux directeur. Au lieu de passer des sources extérieures aux sources intérieures de crédit, nos autorités monétaires ont coupé le crédit intérieur. En conséquence, notre secteur réel est parti en vrille. Au lien d’une croissance de 5%, nous nous retrouvons avec une chute de 5%, et l’économie est prise au piège de la stagflation. Tout cela fut planifiée. Mais pas par nous. Nos plans se sont avérés être de simples rêves, car dans notre pays, nous ne disposons pas de réels mécanismes de planification.

Nous devons fixer les objectifs avec le monde des entreprises et la communauté académique. Chacun doit endosser sa part de responsabilités. Le modèle occidental d’oligarchie financière est en train de s’effondrer face à la concurrence du modèle chinois. Nous devons interpréter de façon créative l’héritage de notre passé et notre expérience contemporaine, afin de nous mettre concrètement en route dans cette direction.

19 mars 2015

Sources :
http://www.nakanune.ru/articles/110195

Russie Sujet Géopolitique

Mise en ligne CV : 19 mars 2015


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>