COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Kiev : Chronique de la trahison ordinaire (+18 ans) par Karine (...)

Kiev : Chronique de la trahison ordinaire (+18 ans)
par Karine Bechet-Golovko

mardi 20 mars 2018, par Comité Valmy


Nouveaux héros ukrainiens, membres de l’UPA

Kiev : Chronique de la trahison ordinaire (+18 ans)

Le pouvoir ukrainien fait tout son possible pour saboter les accords de Minsk sans en porter la responsabilité. Mais la marge de manœuvre devenant avec le temps plus étroite, ils ne peuvent plus cacher l’état des choses. La seule chance qui leur reste est celle de la trahison.

Attention aux photos en fin d’article

Alors que les accords de Minsk prévoient l’arrêt des tirs, l’armée ukrainienne a tiré plus de 80 fois ces dernières heures sur le village de Spartak à côté de l’aéroport de Donetsk. De 15h à 21h, le village de Chirokino, à côté de Mariupole, a également été touché régulièrement, comme l’ont constaté les observateurs de l’OSCE. Un des combattants a été tué par un snipper, à côté d’un journaliste russe de Ren-TV, pendant que celui-ci faisait son reportage.

En ce qui concerne l’obligation faite à Kiev de lever le blocus social et économique du Donbass, autrement dit de payer les pensions et aides sociales, le pouvoir ukrainien vient de refuser. L’explication donnée est on ne peut plus simple : la région est tenue par des terroristes, payer les aides et pensions reviendrait à financer le terrorisme. Or, les sommes sont directement versées sur les comptes bancaires des particuliers qui sont les seuls à y avoir accès. Juste pour exemple. Dans la République de Lougansk, des repas gratuits sont distribués à la population et une aide alimentaire est apportée. Bien que les pensions commencent à être payées par la république - et non par Kiev - l’on compte environ 16500 bénéficiaires de cette aide sociale d’urgence, qui est en grande partie le résultat des convois d’aide humanitaire envoyés par la Russie. Ces gens peuvent-ils rationnellement être considérés comme des terroristes ? Il serait plus correct de parler de survivants.

Les accords prévoient également des échanges de prisonniers entre Kiev et les représentants des combattants. La pratique selon laquelle l’armée ukrainienne arrêtait des civils au hasard pour les échanger contre des soldats prisonniers avait, alors déjà, conduit à l’arrêt des opérations d’échanges de prisonniers, les autorités du Donbass ne voyant pas l’intérêt à mettre en plus en danger la vie des habitants. Il semblerait que cette pratique ait repris et que Kiev n’échange pas des combattants prisonniers, mais des civils. Outre la mauvaise foi évidente, cela soulève une autre question : où sont les prisonniers du Donbass et dans quel état physique et mental survivent-ils ?

Enfin, un dernier exemple qui montre la volonté de conduire la possibilité de réconciliation nationale au bord du précipice est l’intégration dans les rangs de l’armée des bataillons nazis sous commandement de Iaroch et, ce qui va de paire, la reconnaissance du rôle héroïque joué par l’UPA ou armée insurrectionnelle ukrainienne, branche nationaliste bandériste. Selon la loi adoptée par la Rada le 9 avril, les membres de l’UPA sont reconnus comme des combattants pour la liberté et bénéficient des subsides liés au statut de héros national.

Rien ne vaut une image pour comprendre leur "proximité" avec les nazis.

Cette organisation, qualifiée de terroriste, a commis de très nombreux crimes, soit dirigés contre certaines personnalités, notamment les officiers soviétiques luttant contre l’armée nazie, soit des crimes de masse contre la population ukrainienne mais ethniquement, essentiellement, juive ou polonaise. Plusieurs dizaines de milliers de morts lors de pogroms dans l’Ukraine de l’Est dès 1941 et en 1943-1944 ils s’en sont pris à la minorité polonaise, faisant de 70000 à 200000 morts selon les sources. Pour ne donner que ces exemples. Voici donc les héros de l’Ukraine moderne. A suivre quelques images de leurs crimes qui peuvent choquer.

L’on comprend tout de suite beaucoup mieux la réaction du dirigeant de la République de Donetsk, Zakharchenko, affirmant que Kiev lance un processus sans retour possible. Il félicite l’Ukraine et sa population pour ce jour officiel de victoire du fascisme.

Nous aussi, nous nous joignons aux félicitations. Un beau centenaire pour la Première guerre mondiale.En ce grand jour de trahison érigée en méthode de gouvernement, nous ne pouvons que féliciter l’Europe pour sa manière toujours très délicate de fermer les yeux sur ce qui la dérange, pour cette manière incomparable de renoncer avec panache, pour sa grandeur défaite, pour sa fatuité, pour cette qualité incomparable de savoir transformer la bassesse et la pleutrerie en humour et légèreté. Félicitation, non pas à Kiev, mais aux dirigeants européens pour leur trahison ... somme toute très ordinaire.

Karine Bechet-Golovko
vendredi 10 avril 2015

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>