COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > Le Comité Valmy, au sein de l’Arc Républicain de Progrès, appelle à célébrer le (...)

Le Comité Valmy, au sein de l’Arc Républicain de Progrès, appelle à célébrer le 5ème anniversaire du vote Non au référendum du 29 mai 2005

samedi 8 mai 2010, par Comité Valmy


"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs." Constitution de 1793, Article XXXV

Le Comité Valmy engagé dans l’appel de l’Arc Républicain de Progrès pour un 29 mai 2010 de combat.

Il y a cinq ans, le 29 mai 2005, le peuple français a dit Non au traité européen. Depuis 2008 le résultat du référendum lui a été volé et l’expression de la souveraineté populaire a été violée. Il est vital de réagir ! En effet, humiliée par un pouvoir liberticide aux ordres des grands affairistes, étranglée par la construction européenne négatrice des droits sociaux, la France républicaine issue des Lumières, de la Révolution, des combats du monde du travail et des conquêtes de la Libération est en danger de mort :

● La république n’est plus qu’un mot vide quand l’exécutif bafoue la séparation des pouvoirs et quand la protection sociale est dépecée au nom de l’euro.

● La nation n’est plus qu’une façade quand le gouvernement, le MEDEF et l’Europe favorisent la colonisation culturelle de notre pays, le font basculer au tout anglais et y marginalisent le français.

● La cohésion nationale vole en éclats quand des masses d’ouvriers, d’enseignants, de chercheurs, d’ingénieurs, d’étudiants, d’agriculteurs, d’artisans, de petites et moyennes entreprises, de retraités, se sentent de trop dans leur propre pays transformé en Monopoly.

● La modernité n’est qu’un leurre grossier quand, au nom de la concurrence et de la compétitivité, une part croissante de la jeunesse est vouée au chômage et à la précarité.

● Quant à l’indépendance nationale et au rôle international de la France, aujourd’hui vassalisée par l’Union Européenne, ce sont des fictions masquant la soumission aveugle de nos gouvernants aux entreprises guerrières de Washington et de l’OTAN...

Mais comment changer cela alors que le pouvoir est confisqué par une nouvelle oligarchie et que la démocratie ne sert plus qu’à choisir ceux qui mettront en œuvre une politique élaborée, à Bruxelles, Berlin à Paris, hors de tout contrôle des citoyens ?

Face à cette trahison, l’opposition établie ne critique le pouvoir que pour la forme. La collusion UMP-PS est d’ailleurs si flagrante qu’une majorité d’électeurs fait désormais légitimement la grève des urnes. Quant aux extrêmes, droite ou gauche, agitant des leurres pour mieux dissimuler leur conformisme et leur soumission à l’euro-dictature, ils ne trompent plus grand monde.

Confrontés à cette urgence civique, les républicains patriotes, issus de toutes les sensibilités politiques, qui savent encore dire Non, doivent donc s’unir sur les principes d’indépendance nationale, de progrès, de démocratie et de coopération internationale qui inspiraient le programme du Conseil National de la Résistance.

L’appel de l’Arc Républicain de Progrès invite le peuple français à une véritable insurrection démocratique, car un régime et une Europe qui font la guerre aux nations souveraines et aux travailleurs en bafouant les principes de tout contrat social républicain ne sauraient être légitimes. Alors que les résistances se multiplient dans le pays, il est urgent de porter dans les mobilisations sociales les grandes exigences de la rupture progressiste à venir.

Pour en finir avec l’euro régionalisation féodale du territoire, pour que vive une République sociale fondée sur la souveraineté populaire et nationale, favorisant la participation du monde du travail aux affaires publiques et garantissant la solidarité comme la laïcité des institutions : il est impératif de proclamer la nécessité du retrait de la France de cette prison des peuples qu’est l’Union européenne.

Le Comité Valmy, au sein de l’Arc Républicain de Progrès, appelle à célébrer le 5ème anniversaire du vote Non au référendum du 29 mai 2005 :

Rassemblement le 29 MAI 2010 À 16 heures à Paris, devant l’Opéra Bastille.

9 Messages de forum

  • J’ai voté "non" au référendum du 29 Mai 2005 contre ce traité européen que l’on a voulu, durant une certaine période, nous faire passer comme étant une constitution européenne. Je me suis obligée à lire ce pavé presque intégralement, pour bien en comprendre les enjeux, avant d’aller exprimer mon vote. J’ai voulu affirmer mon opposition à cette politique ultra libérale menée au pas de charge par ces dirigeants politiques européens qui assombrissent, encore aujourd’hui, le ciel de la démocratie et du droit des peuples à disposer d’eux même . Merci de nous donner cette occasion de manifester notre désaccord à l’occasion de cet anniversaire.
    • Oh mon dieu, quel courage de vous taper ce pavé ! Mon père a beaucoup râlé, parce qu’il fait bien au delà de la moyenne d’heures au travail (donc pas beaucoup de temps pour sa vie privée) et qu’on a reçu ces tas de papier beaucoup trop tard, ne laissant pas le temps de s’y consacrer.

      Il fallait déjà les LIRE (ce qui en soi prenait déjà un temps pas possible), COMPRENDRE toutes les phrases (c’était pas gagné), COMPRENDRE ensuite les idées qu’elles exprimaient, donc ANALYSER les textes, et ensuite, arriver à se DÉCIDER sur un ensemble de points où on n’a pas forcément toutes les données nécessaires, les connaissances pour émettre une opinion pertinente...

      Et tout ça, en seulement quelques semaines alors que les personnes qui avaient fait ce traité ont pris des mois, en s’y connaissant ! Enfin bref, c’était un semblant de démocratie, poser une question au peuple sans lui donner les moyens d’y répondre sérieusement...

  • Le premier référendum avait déjà été une escroquerie : les français avaient eu un dossier détaillé (combien l’ont lu ?) et une notice succinte incitant fortement à voter oui. Dans certains états, on n’avait même pas mis à disposition le texte détaillé ! Il était clair, pour qui avait eu la patience de le lire attentivement, que le Traité était truffé de pièges, ex. : Emploi : promouvoir une main-d’oeuvre formée et SUSCEPTIBLE DE S’ADAPTER ! (on voit aujourd’hui ce que cela sous-entendait ! autre exemple : l’Union vise à assurer une gestion efficace des flux migratoires ( !)... Une prévention de l’immigration illégale ( !)... On voit ce qu’il en est aujourd’hui ! Idem pour le caduc "traité" de Lisbonne. Tout cela n’est qu’une gigantesque arnaque, fomentée par la mafia mondiale de l’argent, qui veut asservir le monde occidental, en finir avec les lois sociales, la Démocratie, et imposer une omniprésente néoféodalité, où quelques millions d’individus et leurs forces vassales vivront dans l’opulence pharaonique, et tous les peuples occidentaux, asservis, abrutis, étant dépouillés de toute citoyenneté, travailleront, végèteront, et se verront envoyés à la guerre, afin de les occuper !
  • J’ai voté non, moi aussi. Avant, j’avais lu l’intégralité du projet de traité et compté les mots significatifs. Quand j’ai constaté que le total des mots concernant la finance et le commerce représentait 450 occurrences et que ceux relatifs à l’école (0 !) et à la formation, l’université, etc. atteignait 49. J’ai décidé de voter non et de le faire savoir. Un autre nombre est assez inquiétant, c’est le total des occurrences relatives au pouvoir (commissaire, commission, conseil, Etat-membre, ministre, etc.) atteint 4 068 ! on peut s’inquiéter de l’avenir de la démocratie dans nos pays. Il y avait aussi une autre disposition pour moi rédhibitoire : celle relative aux contacts suivis et permanents avec les églises. Je suis un militant laïque et je ne veux pas que l’on nous impose un délit de blasphème, ou l’extension du statut d’Alsace-Moselle au reste de la France.

    La manifestation du 29 m’intéresse, mais j’habite en Aquitaine et Paris me semble bien loin. Je serai avec vous de tout cœur.

  • Le capitalisme mondial est en crise !!! Pour redonner confiance aux petits épargnants, que l’on prend pour des pigeons à qui l’on ne donne même plus une goutte d’eau à boire. Pour recréer cette confiance et non celle des gros investisseurs qui eux connaissent la musique du capital et en sont les chefs d’orchestres. Pour Faire une resucée des petites économies on prête des milliards aux sociétés du CAC 40 , aux donneurs de leçons, aux rois du « prêt à penser » mondial et ce , à des conditions défiants toutes concurrences.

    Quand un pays « Européens » ne peut plus suivre les directives imposées par un traité bidon, enfin pas pour tous. Parce que l’on estime que le peuple de ce pays est trop exigeant et l’exprime. Parce celui-ci a décidé de ne « plus marcher dans la combine » du moindre coût de la force de travail. Parce qu’il en a peut être tout simplement assez de cette Europe et de cette exploitation capitaliste. On craint le pire ou que la contagion ne gagne l’Europe entière et on « se fait violence » pour octroyer un prêt de plusieurs milliards d’€uros aux nantis et aux dirigeants pour tenter de faire mettre genou à terre à ce peuple auquel par ailleurs on va essayer de faire rembourser la dette. « Bien vu » mais dupe qui le veut !!!

    De la matière si cela était encore nécessaire pour donner à réfléchir à une bonne partie des partisans du oui d’il y a cinq ans.

    Cela est une nouvelle occasion de confirmer que notre NON était justifié et réfléchi.

    Cette abstention massive à tout ce qui touche à « l’organisation » de l’Europe, enfin à la mise en place de nouveaux seigneurs, prêts à se partager de nouveaux duchés ou royaumes. Cette abstention massive à tout ce qui est en relation avec la nouvelle organisation du Capital prouve aussi que le monde n’est pas dupe. Elle démontre que dans cette « organicoalition » de la social démocratie et du capital, les peuples ont bien compris qu’ils n’ont rien à y gagner.

    Je visite régulièrement votre site, répond à certains articles et suis très souvent en accord avec les amis ou camarades qui s’y expriment par le biais d’interventions très intéressantes et enrichissantes sur le passé mais aussi pour l’avenir de notre peuple.

    Bien entendu j’ai voté NON au traité de 2005 et par logique mais aussi par conviction me suis abstenu sur tout ce qui est relatif à l’organisation d’une telle Europe.

    Je trouve l’idée d’une manifestation pour le 5ème anniversaire de la volonté d’indépendance nationale du peuple Français très appropriée au moment que nous vivons et que nombreux d’entre nous avons des difficultés à supporter.

    En cette période ou l’on essaie de faire comprendre par le biais d’un « prêt à penser » qui devient de plus en plus maladroit, pour ne pas dire mal à droite, à ceux qui ne voulaient et ne veulent pas de ce Kapital et de cette Europe là, qu’ils ont intérêt de se « tenir à carreau » sinon plus de boulot ou un poste à 150 € mensuels en Roumanie, sinon la retraite à perpète ou la mort sur scène sinon ………

    L’anniversaire « tombe bien » et la manifestation aussi.

    Assez du déni de démocratie de ce capital qui tente de nous envoyer dans le mur. Cela pourrait effectivement rouvrir ou permettre d’amplifier le débat sur le sujet et pourquoi pas être un élément mobilisateur supplémentaire dans les luttes quelles qu’elles soient, je pense plus particulièrement à l’actuel combat pour les retraites, l’emploi et les salaires, mais il y en a tant d’autres !!!

    Cela pourrait nous amener à réfléchir surtout à une nouvelle forme de société plus en adéquation avec les besoins des peuples du monde entier une société ou le capital serait banni, ou l’être humain serait respecté et la paix remplacerait les conflits.

    Un petit bémol malgré tout le mal que vous vous donnez à apporter de la matière à la réflexion collective, cette manifestation ne pourrait elle pas avoir un caractère justement plus massif et plus collectif ? Je m’explique, comme le camarade Aquitain dont je suis issu moi aussi et beaucoup d’autres demeurant loin du lieu de rencontre, nous allons avoir des difficultés de tous ordres, en commençant par le financier, à participer à cette manifestation. Ne pourrait on pas en plus de la manif parisienne faire circuler une pétition de soutien aux manifestants pouvant se rendre à Paris ou trouver d’autres formes de soutiens venant en complément ?

    Je salue chers amis et camarades vos convictions et le mal que vous vous donnez à tenir ce site à jour.

    Amitiés à tous

    Michel CONNANGLE

  • Au regard des fondements français de la Démocratie Représentative - et de ceux en devenir de la Démocratie participative - le Traité européen dit de Lisbonne respecte-t-il pleinement la Convention Européenne des Droits Humains.

    Vous avez jusqu’au 31 août 2010 pour rendre vos copies :-)

  • IL FAUT PROMOUVOIR BEAUCOUP PLUS QUE ÇA LE MOUVEMENT... De plus l’emplacement certes "symbolique" pose le problème pour les gens de se rendre dans le nord, géographiquement n’y aurait-il pas un moyen qui fasse faire moins de 500bornes aux gens pour quelques heures de manifestations ? Lepost, libération, marianne, facebook, les moyens de faire connaitre ce genre de mouvements sont multiples et il faut les utiliser. En revanche le temps de préparation me semble insuffisant...

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>