COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Valls : Quelle voix pour quelle France ? par Karine Bechet-Golovko

Valls : Quelle voix pour quelle France ?
par Karine Bechet-Golovko

samedi 12 septembre 2015, par Comité Valmy


Valls : Quelle voix pour quelle France ?

La question de la voix de la France a été remise sur le devant de la scène médiatique par le Premier ministre français lors d’une de ses sorties, déjà coutumières, insistant lourdement sur l’importance de la communauté juive en France. Il semblerait simplement que notre cher Premier Ministre confonde la voie confessionnelle et la voie républicaine, ce qui évidemment complique la parole de la France. Bref, quelle voix sur la voie de la France ...

La question de l’afflux incontrôlé de migrants de confession musulmane dans un pays de tradition judéo-chrétienne ne peut rester sans effet sur les relations humaines et sociales au quotidien. Et au lieu de chercher l’apaisement rationnel, le choix a été fait de la médiatisation de certaines communautés confessionnelles contre d’autres. Sans même insister sur l’idiotie profonde d’une telle démarche, il s’agit simplement d’une faute politique.

Enfin, il s’agirait d’une faute politique pour un pays qui défendrait une politique. Donc, qui aurait une Voix pour défendre sa Voie.

M.  Valls, face aux représentants de la communauté juive de France, a eu le bon goût d’appeler de ses voeux "une voix juive républicaine ", ne comprenant même pas l’ineptie de cette expression. Une voix républicaine ne peut être communautarisée, elle ne peut être que républicaine, donc unique et nationale.

La France a en effet besoin d’une voix. Avant même qu’elle ne soit juive ou républicaine, voire par ailleurs française. La France est atone. Elle se noie simplement dans la cacophonie ambiante.

Toujours notre cher Premier ministre déclare que la France accueillera tous les migrants qui en fonront la demande. Est-ce une politique ? Non. C’est de la démagogie. Mais en période de crise on ne gouverne pas longtemps avec comme seule arme intellectuelle la pleutrerie et la médiocrité.

Car, sans compter que le Président ne comprend même pas qu’il se contredit en trois phrases en affirmant que la France accueillera 25 000 migrants sur 5 ans puisqu’elle acceptera dans les prochaines semaines plusieurs centaines voire millier des migrants arrivés en Allemagne. Il va falloir serrer les quotats, car avec les centaines de milliers qui se préparent pour l’Allemagne, on ne va pas s’en sortir avec "quelques centaines" de migrants, surtout s’il faudra accepter "tous ceux qui en font la demande".

Bref, il faudrait une voix à la France. Au minimum, que les deux têtes de la République se concertent avant de parler, à moins qu’il ne s’agisse simplement d’une technique de communication visant à noyer le poisson. Chacun y trouvant ce qu’il veut entendre.

De toute manière ce n’est pas une manière de gouverner. Si le pays veut que sa voix porte, il doit être crédible. La France l’était. A une autre période de son histoire. A l’époque où elle avait une Voie et une Voix. Une voix forte pour communiquer sur la Voie nationale.

Maintenant, elle n’est simplement pas prise au sérieux, lorsqu’elle est entendue. Hollande dans ce énienne discours historique, promet encore une fois une levée des sanctions si . si . si .

La réponse de Kremlin par la voix du vice-ministre des affaires étrangères est simple : les sanctions contre la Russie seront prises ou non indépendamment de la situation du Donbass, car le but est de nous punir pour notre indépendance politique.

Ca c’est une voix forte qui explique une politique nationale, la voie de la Russie.

La France est face à un choix. Elle peut continuer à parler dans la cacophonie, mélangeant sa voie à celle des autres, en en perdant totalement le contrôle. Elle peut reprendre sa voix, pour expliquer quelle voie nationale elle veut mettre en place dans cette période de crise, pour défendre son pays et son peuple. Ses valeurs. Celles par exemple de l’Etat de droit qui implique de faire le tri entre les migrants en situation irrégulière, ceux qui demandent l’asile politique et qu’il faut sauver et ceux qui en profitent pour tenter leur chance dans le chaos. A chaque situation, un traitement différent. Toute infraction au droit national devant être sanctionnée, ce qui concerne également la violation des frontières. Qui n’ont pas encore été totalement annulées dans notre monde globalisé.

La France, oui, a besoin d’une voie. Elle a aussi besoin d’une Voix nationale pour la porter. Ce n’est pas la voix de ce Gouvernement. Ce n’est pas la France de ce Gouvernement.

Karine Bechet-Golovko
jeudi 10 septembre 2015

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>