COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Manuel Valls, valet de l’oligarchie. A propos du mouvement social à Air (...)

Manuel Valls, valet de l’oligarchie.
A propos du mouvement social à Air France.
par Nicolas Bourgoin

jeudi 22 octobre 2015, par Comité Valmy


Manuel Valls, valet de l’oligarchie.
A propos du mouvement social à Air France.

On connaît surtout Manuel Valls pour ses diatribes contre le port du voile, son obsession anti-Dieudonné et son mépris des libertés publiques. On le connaît moins pour son intransigeance vis-à-vis des débordements liés aux mouvements sociaux. En bon admirateur de Georges Clémenceau, briseur de grèves patenté et ennemi juré des syndicalistes, il n’hésite pas à fustiger violemment les salariés en lutte pour défendre leur emplois et leur salaires. Loin de comprendre la colère des employés d’Air France menacés de licenciement, Manuel Valls s’est contenté de traiter de « voyous » ceux qui avaient molesté les cadres de l’entreprise, prenant fait et cause pour la direction. Briseur de grèves et récidiviste : il y a tout juste un an, il avait déjà fait échouer un précédent mouvement social d’Air France en refusant la mise en place d’un médiateur déclarant que cette grève « insupportable » devait s’arrêter et s’en prenant à l’ »attitude égoïste » des pilotes grévistes. Et si ces prises de positions musclées traduisaient la vraie nature du PS et de sa politique que l’on pourrait résumer en quelques mots : dur avec les faibles, faible avec les forts ?

On ne présente plus Manuel Valls. Rocardien de la première heure, ami intime d’Alain Bauer, grand admirateur d’Israël, pourfendeur de la dissidence politique, il est de tous les mauvais coups contre le monde du travail. Hostile aux 35 heures, favorable à un allongement de la durée de cotisation pour les retraites, au renforcement du contrôle sur les chômeurs, à la mise en place d’une TVA « sociale » et à l’armement des polices municipales. En 2004, il est l’un des rares élus de gauche à exiger l’extradition de l’activiste italien Cesare Battisti et il fut le seul socialiste à s’être abstenu le 15 novembre 2005 lors du vote à l’Assemblée Nationale de la loi prorogeant l’État d’urgence (tous ses collègues de gauche avaient voté contre). En 2010, il se distingue à nouveau dans son propre camp en votant pour l’interdiction du voile intégral et en se prononçant pour l’envoi de renforts français en Afghanistan.

Economiquement libéral et politiquement autoritaire, Manuel Valls se range naturellement du côté de la direction lorsqu’un conflit social éclate. Ce fut notamment le cas quand il a estimé que le mouvement de grève lancé par les cheminots en juin de l’année dernière « devait s’arrêter ». La saine colère des salariés d’Air France, menacés d’un plan de suppression de 3000 postes (sans parler des 5000 à venir après 2017), lui donne l’occasion de tomber le masque et d’aller encore plus loin dans son soutien aux actionnaires. Il y a deux jours, le Premier ministre s’en est pris aux « voyous » coupables d’avoir attaqué deux DRH de la compagnie aérienne réclamant des « sanctions lourdes » à leur encontre. La loi prévoit en effet une peine de réclusion criminelle à perpétuité et une amende d’un million d’euros pour « séquestration en bande organisée » (article 224-1 du code pénal). Se disant « scandalisé », Manuel Valls a affirmé que cette violence était « inqualifiable et inadmissible » et qu’elle n’avait « pas sa place dans notre société », sans un mot pour la violence autrement plus redoutable que subiront les salariés licenciés. Ces déclarations ont été saluées comme il se doit dans les milieux patronaux et reprises par Nicolas Sarkozy qui a parlé de « chienlit » pour qualifier les incidents à Air France.

Sarkozy au secours de Valls et du gouvernement socialiste, voilà qui en dit long sur l’évolution du PS et de sa politique. Une politique qui ne se distingue plus de celle de la droite dure que par un moralisme républicain et un « modernisme » des valeurs. L’obsession de la lutte contre l’antisémitisme, le combat politique contre le Front National, la promotion de l’antiracisme institutionnel et du mariage homosexuel sont les seuls marqueurs de gauche d’un gouvernement totalement acquis aux intérêts de l’oligarchie. Droite du travail, gauche des valeurs : Manuel Valls, loin d’être le franc-tireur que les journalistes font de lui, est en réalité un conformiste dans son propre camp.

8 octobre 2015

Nicolas Bourgoin


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>