COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > Les gouvernements nationaux ne servent qu’à assumer l’impopularité : La fin de (...)

Source : DECAP’ACTU

Les gouvernements nationaux ne servent qu’à assumer l’impopularité : La fin de la retraite à 60 ans est imposée par l’Europe ! Au pouvoir, la gauche européiste ferait pareil - Par Jean-Yves Crevel

jeudi 27 mai 2010, par Comité Valmy


Réaction populaire à l’agression du Manifeste de Brunswick

Pourquoi, d’un seul coup, faut-il renoncer à la retraite à 60 ans ? Pourquoi faut-il travailler plus pour gagner moins ?

Comment expliquer que ceux qui gouvernent depuis des décennies n’auraient rien vu venir ? Pourquoi l’opposition est-elle si molle et complaisante ?

Simplement parce QU’AUCUNE DÉCISION NE RELÈVE PLUS DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS :

L’allongement immédiat de la durée du travail à 64 ans (pour commencer) a été décidée à Bruxelles et la Commission a prévu de relever les copies des gouvernements en juin.

Que demain la France soit gouvernée par une coalition de partis de gauche, soumis au principe de la glorieuse "construction européenne" n’y changerait RIEN. Maintenant que les "opposants" ont accepté la dictature européenne, ils se contentent de donner le change par un simulacre de débat, suivi d’une soumission docile aux oukases de l’empire.

C’est ce qui ressort, en clair de l’accord des 25 et 26 mars sur cette nouvelle stratégie, pompeusement baptisée "Europe 2020 - Une stratégie pour une croissance intelligente, durable et inclusive" dont voici quelques extraits :

Le Conseil européen a défini les grands objectifs suivants, qui constituent des objectifs communs guidant l’action des États membres et de l’Union :

s’employer à porter à 75 % le taux d’emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans, notamment grâce à une plus grande participation des jeunes, des travailleurs âgés et des travailleurs peu qualifiés, ainsi qu’à une meilleure intégration des migrants légaux ;

(...) il convient de consentir des efforts au plus vite (...)

[Ces objectifs] constituent un but commun à atteindre par une combinaison d’actions entreprises à l’échelon national et à celui de l’Union Européenne. À la lumière de ces grands objectifs, les États membres définiront leurs objectifs nationaux, en tenant compte des positions de départ et des situations qui sont les leurs.

Ils suivront à cet effet leurs procédures nationales de décision, dans le cadre d’un dialogue avec la Commission, qui permettra de vérifier si leurs objectifs nationaux sont conformes aux grands objectifs de l’UE. Les résultats de ce dialogue seront examinés par le Conseil en juin 2010.

En préférant casser ce qu’il reste de l’économie plutôt que de régler la faillite de la finance mondialisatrice, les gouvernements trahissent les intérêts des Etats dont ils ont la charge. Ils trahissent les peuples qui les ont élus. Ils se soumettent tantôt à des intérêts privés qui détruisent l’économie réelle, tantôt à des institutions supranationales illégitimes (Union européenne, FMI, Banque mondiale, OMC, etc.) toutes livrées à des serviteurs zélés des banksters faillis, eux-mêmes prêts à tout pour échapper à la justice. Ces agressions faites aux peuples n’ont pour but que de générer le chaos, puis de détruire l’état de droit. De cette confusion, tous espèrent échapper aux jugements des peuples et de l’Histoire.

Dans cette situation d’urgence, il faut rétablir avec vigueur la loi et la morale, et mettre rapidement en place un système monétaire basé sur la seule émission du crédit par les Etats, quitte à mettre en règlement judiciaire quelques banques.

La rigueur de la loi doit être la même pour les puissants que pour les faibles . Il n’est pas question de renoncer aux acquis sociaux qui ont participé à la croissance des trente glorieuses, mais, tout au contraire, il faut supprimer définitivement l’industrie de la spéculation, les détournements des fruits du travail et de l’économie réelle vers les escroqueries industrielles que constituent les montages obscurs de la finance internationale.

Dans l’immédiat, l’état de légitime défense doit conduire les Français à montrer la voie en entrainant les peuples agressés à agir avec détermination, pour obtenir la sortie de l’Union européenne, prévue par le dernier traité et conséquence évidente de l’éternel principe de la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes.

PEUPLES D’EUROPE, SOULEVONS-NOUS !

Rendez-vous à la Bastille, le 29 mai à 16H00.

2 Messages de forum


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>