COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > ARC REPUBLICAIN DE PROGRES

COMITE VALMY PRCF RCR CRGG

ARC REPUBLICAIN DE PROGRES

Déclaration commune du 21 juin 2008

samedi 9 septembre 2017, par Comité Valmy


Samedi 21 juin 2008, des représentants du Comité Valmy, du Pôle de Renaissance Communiste en France, du Rassemblement des Citoyens pour la République et du Collectif Républicain de la Gauche Gaulliste se sont rencontrés et ont décidé de se coordonner pour la réalisation d’actions communes et la recherche d’une alliance durable, dans un rassemblement républicain, patriotique et de progrès social à construire, que nous nommons : Arc Républicain de Progrès.

Cette rencontre à été rendue possible à partir des convergences qui existent entre nos organisations :

En premier lieu sur l’accord existant quant au programme du Conseil National de la Résistance, qui demeure l’énonciation la plus limpide des principes du régime politique et social que nous voulons aujourd’hui pour la France, et dont nous souhaitons la réactualisation, dans la perspective d’une politique alternative conforme à l’intérêt du peuple et de la nation, de la reconquête de leur souveraineté.

En second lieu sur la nécessité de s’affranchir de l’Union Européenne irréformable, de défaire les traités européens supranationaux en les remplaçant, par des traités de coopération, rendant leur liberté aux Etats et aux nations, et qui permettraient également de rompre avec les politiques néo-libérales qui leur furent imposées. Les volontés populaires exprimées lors des référendums français, néerlandais et irlandais doivent être respectées, les peuples ne veulent plus de ce système fédéral.

Mais aussi sur le fait que notre combat s’inscrit dans un contexte international de lutte pour l’indépendance des Nations et des peuples souverains, pour la paix et dans un monde multipolaire, contre tous les impérialismes et en premier lieu, contre celui des USA et la globalisation néo-libérale qu’il orchestre, contre tous les agissements qui visent à provoquer des chocs de civilisations.

Il est prévu que d’autres organisations et des personnalités soient invitées à rejoindre ce rassemblement qui a naturellement vocation à s’élargir car il s’inscrit dans une démarche de Résistance et d’union du peuple Français autour de la Nation et de la République. Une perspective de rassemblement populaire que nous considérons comme étant majoritaire.

Pour le Comité Valmy : Claude Beaulieu
Pour le PRCF : Georges Gastaud
Pour le RCR : François Bunner
Pour le CRGG : Gilles Bachelier

Paris le 21 juin 2008

Le 8 octobre 2008 le groupe Résistance et Renouveau Gaulliste s’est constitué répondant à l’appel de Geneviève Blache. Il a rejoint l’ARP dès cette réunion constitutive.

Le Front Syndical de Classe y participe à titre d’observateur depuis la même date.

38 Messages de forum

  • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES

    27 juin 2008 15:40, par Comité Valmy

    "Le modèle social français est le pur produit du Conseil National de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes.Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie."

    Denis Kesslerr ( Vice-président du MEDEF de 1998 à 2002)

    • Réactivons le CNR... Maintenant ! 27 juin 2008 18:06, par Xavier Marchand
      www.conseilnationaldelaresistance.fr ...

      Voir en ligne : Réactivons le CNR !

      • Réactivons le CNR... Maintenant ! 29 juin 2008 06:49, par Gège
        Avec joie, certes mais cependant : * le contexte intérieur n’est pas le même qu’en 1943 ; * en mai 1943, il y avait pléthore de grands esprits luttant contre deux oppresseurs Vichy et la Kommandentur ; * les composantes du C.N.R avaient patiemment, contradictoirement élaboré un texte pour "des jours meilleurs" ; * et si l’objectif était, comme aujourd’hui, de "chasser les occupants", on trouvait, peu à peu, au fil des ans, suffisamment de résistants organisés(les rebelles) pour lutter contre l’esprit défaitiste et collaborationniste. Or, qu’en est-il en 2008 de tous ces ingrédients ?
      • Réactivons le CNR... Maintenant ! 20 juillet 2008 16:54, par Sylvain

        Des résistants mettent en place actuellement un projet de "grève générale le 10 novembre". Je trouve que c’est une très bonne initiative !

        http://www.conseilnationaldelaresistance.fr/

        Le Comité de Résistance Citoyenne soutient ce projet, je pense que le comité de Valmy et les différentes autres organisations de Résistance pourraient rejoindre le mouvement. Ce serait l’occasion de créer l’union, d’agir enfin ensemble ! "L’union fait la force" ;)

        A bientôt !

        Voir en ligne : Blog du Comité de Résistance Citoyenne

    • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 28 juin 2008 11:48, par spartacus
      ça n’étonnera pas les républicains de progrés que kessler soutienne ce gouvernement,qu’on peut qualifier sans setromper de vichysois.lui qui écrit partout qu’ il faut liquider le programme du CNR.au moment meme ou le modéle anglo-saxon est a bout de souffle et nous méne droit dans le mur,kessler et ses amis accélérent.les pauvres,le cnpf n’avaient rien compris,le modef ne comprend rien nonplus.
      • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 28 juin 2008 14:55, par pj
        On voit diverses tentatives de regroupement autour du CNR, le NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) en fait partie et c’est probablement le plus dynamique en ce moment. Il faut peut-être songer à regrouper les regroupements si on veut lutter efficacement.
        • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 28 juin 2008 15:42, par Manessis
          le NPA du médiatique et sympathique Besencenot, soutenu par la presse Lagardére, pour enliser le mouvement de mécontentement vers un réformisme new-look, incapable d’analyser et de porter un des message les plus fondamentaux de la période historique que nous vivons, à savoir que le combat social et le combat national doivent se mener ensemble car ils se dynamisent l’un l’autre, à savoir que le drapeau de la nation républicaine et le drapeau rouge de l’émancipation humaine doivent être brandis l’un et l’autre, que la Marseillaise et l’Internationale guident nos pas. Ces petits messieurs du NPA n’aiment ni la nation, ni la révolution.Ca fait beaucoup....trop ! Confirmation de mes propos la LCR-NPA est ....pour l’"Europe Sociale", vous savez ce crocodile végétarien....alors SVP unissons ceux qui se battent pour la souvraineté populaire et le progrés social et laissons ceux qui méprisent le patriotisme populaire là où ils sont, malgré leur "dynamisme" médiatique qui cache mal leur nullité politique.
          • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 2 juillet 2008 15:46, par pj
            Je m’attendais à une réponse vigoureuse, mais je ne m’attendais pas à y trouver du mépris. C’est pourquoi je ne perdrais mon temps à répondre davantage. Quoiqu’il en soit, ne perdons pas de vue l’ennemi commun.
          • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 3 septembre 2008 17:58, par ROBESPIERRE
            Le NPA est fondé pour jouer le role du PSU qui fut creé pour fixer les déçus de la SFIO et éviter qu’ils aillent au PCF,pour preuve le PSU s’est sabordé quand le parti socialiste a repris consistance.Le NPA veut affaiblir encore plus le PCF ,il faut que les patriotes déjouent ce plan, en France il n’y a d’issue pour le peuple que par l’alliance des Gaullistes et des communistes,c’est le chemin de l’honneur pour les Patriotes.
    • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 28 juin 2008 15:52, par Germain Dumas
      A considérer ce que fait le gouvernement en place, ça ne s’appelle pas réformer, ça s’appelle de la casse, présentée dans un écrin à mensonges. Il est temps de nous organiser pour chasser ces casseurs menteurs.
    • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 29 juin 2008 11:51, par Danièle - Ingénieur
      Pour quelles raisons ?
    • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 30 juin 2008 15:48, par jean Laffitte
      De le réformer ou de le démolir ? De qui se moque-t-on ? Trop, c’est trop !
    • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 19 juillet 2008 22:26, par renault
      Ca ! Pour vous employer à employer les autres à des non-emplois, vous vous y employez !

      Voir en ligne : RESISTANCES !

  • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES

    28 juin 2008 15:58, par Germain Dumas
    Oui, et il est temps, mais rien ne pourra être fait, hélas, sans la participation de quelques soi-disant leaders du parti soi-disant socialiste, qui devraient être démarchés un à un par des sous-marins habiles.
    • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 28 juin 2008 16:35, par BA

      Voici un article très intéressant, daté du vendredi 27 juin 2008. Cet article montre qu’il y aura peut-être un référendum sur le traité de Lisbonne en Autriche. Le chancelier, actuellement au pouvoir, Alfred Gusenbauer ( SPO = Parti Social-Démocrate ) et le président du SPO Werner Faymann sont tous les deux pour le référendum sur le traité de Lisbonne.

      Alors que seuls 28 % des Autrichiens ont encore une opinion positive de l’Union Européenne, plus mauvais score parmi les 27 selon le dernier sondage Eurobaromètre, le chancelier Alfred Gusenbauer a souligné que l’Union Européenne devait oeuvrer en faveur d’une Europe " plus sociale " et chercher un dialogue ouvert avec ses populations. " Beaucoup de gens ont l’impression que l’UE ne s’occupe pas de leurs vrais problèmes, mais qu’elle s’occupe surtout d’elle-même ", a constaté le chancelier dans une lettre ouverte à l’éditeur du tabloïd " Kronen Zeitung ". Ce journal mène depuis de longues années une campagne anti-européenne et a ouvertement fait campagne pour un référendum sur le Traité de Lisbonne.

      " Nous pensons que les modifications à venir du Traité de Lisbonne, qui touchent les intérêts des Autrichiens, doivent être décidées en Autriche par le biais d’un référendum ", écrivent le chancelier Alfred Gusenbauer et le nouveau président du SPÖ Werner Faymann dans cette missive publiée sur le site internet du Kronen Zeitung. Cet engagement vaut aussi, soulignent les deux dirigeants, pour un Traité de Lisbonne modifié si cela devait être décidé par les 27 après le rejet de la dernière version du texte par les électeurs irlandais. Et les deux hommes se sont également dits prêts à " persuader leurs partenaires (conservateurs ÖVP) de la coalition au pouvoir " de soumettre l’éventuel nouveau texte au verdict des électeurs.

      Voir en ligne : http://oe1.orf.at/inforadio/92686.h...

    • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 28 juin 2008 17:42, par marie

      Pourquoi avoir toujours besoin de parti !!! C’est magouille et compagnie, et aucune liberté d’expression. Qu’un mouvement cytoyen composé de membres dont le pouvoir est contrôle , qui ne veut pas le pouvoir pour le pouvoir se mette en place, comme au temps de la résistance. Se battre pour l’essentiel. Je ne crois pas aux bienfaits des partis.

      Oui, pour repartir sur le programme du CNR.

  • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES

    29 juin 2008 05:11, par MICHEL CARLES
    Bravo ! Oui il faut sortir de cette Europe que seuls les affairistes veulent nous imposer. Cette Europe qui fera des peuples qui la composent des serfs du néolibéralisme, des pauvres travailleurs sans espoir, des malheureux. Votre intiative est plus que louable, il faut que tous ceux qui sont encore des citoyens, c’est-à-dire ceux qui savent dire NON, vous soutiennent, vous encouragent...et vous remercient. Faisons plus, signons tous des pétitions, parlons-en à tous nos amis et connaissances, créons avec vous la révolte en demandant notre droit le plus élémentaire : LE DROIT DE VOTE !
  • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES

    30 juin 2008 10:32, par Vincent
    L’union fait la force !
    • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 30 juin 2008 14:29, par BA

      Dimanche 29 juin 2008, sur le site du journal Ouest-France :

      Sondage : les Français peu confiants dans l’Europe.

      Alors que notre pays prend mardi 1er juillet la présidence de l’Union Européenne, les Français doutent plus que d’autres des bienfaits de la construction européenne, selon un sondage BVA.

      Pour un Français sur trois, l’Europe est une source de crainte. Parmi les Vingt-Sept, nous sommes l’un des peuples les plus inquiets. À en croire l’Eurobaromètre de printemps, même les Irlandais, un mois avant de dire « non » au traité de Lisbonne, étaient 65 % à avoir une image positive de l’Union. Nous ne sommes que 30 % à y puiser de l’espoir, soit moitié moins qu’il y a cinq ans (61 %). Le sentiment des Français à l’égard de la construction européenne s’est considérablement dégradé.

      Au moment où notre pays prend la présidence de l’Europe, les résultats de notre sondage sont « politiquement dévastateurs », selon Jérôme de Sainte-Marie, consultant de BVA opinion.

      Il semble que la perception des effets de la mondialisation sur la situation personnelle des personnes interrogées soit un critère fort de différenciation. Ainsi, 13 % seulement des ouvriers voient une chance dans la construction européenne, contre 49 % des cadres supérieurs.

      http://www.ouest-france.fr/Sondage-les-Francais-peu-confiants-dans-l-Europe/re/actuDet/actu_3631-655364------_actu.html

      Je sais bien que ça ne plaît pas à tout le monde sur ce site, mais il faut peut-être prendre Jean-Michel Aphatie au sérieux : il y a quelques jours, sur son blog, Jean-Michel Aphatie écrivait une chronique intitulée « Europe, une idée morte ».

      Qu’on le veuille ou non, qu’on s’en félicite ou qu’on le déplore : en France, l’idée européenne est morte.

  • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES

    30 juin 2008 16:10, par skeptimail

    Je crois qu’il faut absolument sortir de la diabolisation chronique des Etats Unis

    C’est entendu ce grand pays n’a jamais été d’une grande tendresse envers la France et dès son indépendance nous a fait subir de nombreuses rebuffades.

    Touts les nations procèdent ainsi et c’est regrettable, ne parle t’on pas de monstres froids au sujet des états. Peut être moins la France dont la tradition et la culture ne la prédisposaient pas bien à de telles rudesses.

    Il y a aussi des gens merveilleux aux USA qui ont donné sans compter leur amitié à la France, une partie de sa jeunesse y sont venus mourir durant la dernière guerre.

    J’ai travaillé jadis dans un compagnie américaine du Massachussets et garde un grand souvenir de cette expérience parmi des gens courtois, respectueux d’autrui, indulgents bien que réalistes. Cela n’a rien à voir avec la détestable atmosphère qui règne dans un grand nombre d’entreprises françaises peuplés de "pit bulls" singeant ce qu’il il a de pire actuellement aux USA.

    Nous vivons une grande crise mondiale de civilisation ou le combat dans tous les pays se situe au niveau de ce que l’on doit considérer être le bien de chacun :

    Liberté - Equité- Fraternité.

    C’est ce combat qu’il faut mener avec tous les peuples y compris les américains. Ne les heurtons pas en les fourrant tous dans le même panier.

    Aucune proposition de remplacement de la politique actuelle ne vaudra si elle ne comporte des propositions compréhensibles, un calendrier etc. l’inventaire des réformes fondamentales à effectuer : assise modulée des charges sociales sur la consommation, fiscalité de compensation des importations en provenance de pays trichant à tout les niveaux économiques et sociaux. Etc.

    Il est bien dommage que je ne vois pas de contact avec Dupont-Aignant dans votre article. Vos idées sont extrêmement voisines sinon peut être quelques nuances.

    Bien à vous

    • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 1er juillet 2008 12:05, par BA

      Depuis l’automne 2007, les avis positifs sur l’appartenance à l’Union Européenne sont en baisse dans 24 États membres sur 27.

      1- Jamais autant de pays européens n’avaient été autant négatifs sur l’Union Européenne.

      2- Jamais la côte de popularité de l’Union Européenne ne s’était autant effondrée, avec des baisses énormes. Par exemple, l’Union Européenne perd 9 % d’opinions positives au Luxembourg.

      L’Union Européenne perd 11 % d’opinions positives en Italie.

      L’Union Européenne perd 12 % d’opinions positives en France.

      L’Union Européenne perd 15 % d’opinions positives en Grèce.

      Une petite remarque sur ce sondage Eurobaromètre, commandé par l’Union Européenne. En Autriche, seuls 36 % des habitants de l’Autriche pensent qu’appartenir à l’Union Européenne est une bonne chose ( - 2 % par rapport au précédent sondage).

      Vous vous rendez compte ?

      Page 84 de ce sondage :

      http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/eb/eb69/eb_69_first_fr.pdf

      Or, le chancelier autrichien et le président du parti au pouvoir viennent de se déclarer en faveur d’un référendum en Autriche si le traité de Lisbonne devait subir des modifications...

      Dans notre analyse de la situation française, nous devons peut-être prendre en compte cette hypothèse : l’éclatement de l’Union Européenne, la fin de la monnaie unique, etc.

      Patrick Artus et Marie-Paule Virard écrivent cette hypothèse en sous-titre de leur dernier livre : " Globalisation : le pire est à venir. "

      Je recopie simplement la quatrième de couverture :

      " Le pire est à venir de la conjonction de 5 caractéristiques majeures de la globalisation :

      1- une machine inégalitaire qui mine les tissus sociaux et attise les tensions protectionnistes ;

      2- un chaudron qui brûle les ressources rares, encourage les politiques d’accaparement, accélère le réchauffement de la planète ;

      3- une machine à inonder le monde de liquidités, et à encourager l’irresponsabilité banquaire ;

      4- un casino où s’expriment tous les excès du capitalisme financier ;

      5- une centrifugeuse qui peut faire exploser l’Europe. "

      Nous devons commencer à envisager sérieusement cette hypothèse : l’éclatement de l’Union Européenne dans les années qui viennent.

      • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 2 juillet 2008 09:00, par BA

        Une des règles de base du droit international : un traité entre en vigueur quand tous les pays concernés l’ont ratifié.

        Le 12 juin 2008, l’Irlande vote NON au traité de Lisbonne. Le traité de Lisbonne est mort.

        Le 1er juillet 2008, la Pologne annonce qu’elle ne ratifiera pas le traité de Lisbonne. Le traité de Lisbonne est mort et enterré.

        Un troisième pays vient d’annoncer l’enterrement du traité de Lisbonne.

        « Le président tchèque soutient la décision polonaise.

        Le président tchèque Vaclav Klaus considère la décision de Lech Kaczynski comme " très raisonnable et très proche de la sienne ". Le président polonais avait déclaré qu’il ne ratifierait pas le traité de Lisbonne après son rejet par les électeurs irlandais.

        Le président tchèque Vaclav Klaus soutient la décision de son homologue polonais Lech Kaczynski de ne pas ratifier le traité européen de Lisbonne, a annoncé mardi 1er juillet le porte-parole de M. Klaus. »

        http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/europe/20080701.OBS 1013/le_president_tcheque_soutient_la_decision_polonaise.html

  • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES

    3 juillet 2008 20:56, par Jean Bachèlerie

    Résister, aujourd’hui comme hier.

    L’adversaire est difficile à désigner, sous peine d’être traité d’anti quelque chose. La soumission du monde à l’hyperpuissance et son idéologie la mondialisation libérale, ses institutions habilement manipulées : le FMI dirigé par un français, l’OMC dirigée par un autre français, la banque mondiale, et leurs relais la BCE dirigée par un français encore, la Commission européenne.

    Il n’empêche que le monde que veulent mettre en place ces institutions et leur protecteur font reculer les libertés, les particularités, les nations, la démocratie, pour confier le pouvoir à des experts auto proclamés et n’ayant de compte à rendre à personne.

    Il est bon que toutes les cultures politiques françaises qui ont su résister au nazisme et au fascisme, qui aussi voulaient s’appuyer sur les technocrates se rassemblent pour résister partout et chaque jour, contre la management qui méprise les salariés et les manipules, cette barbarie douce, n’en est pas moins une barbarie. D’ailleurs considérer que la valeur suprême est l’individualisme, l’égoïsme, que le moyen sacré est le marché et sa concurrence libre et non faussée : les oligopoles. Tout cela suffit à montrer que ce projet, cette politique piétine l’homme non au nom d’une race, d’un pouvoir fort, mais de la logique du profit par dessus tout.

    qui acceptera de mourir pour un tel idéal ?

    Résister ensemble aujourd’hui, pour construire demain un monde meilleur demain, ce monde pour pour lequel se sont abattus au prix de leur sang les résistants de toutes les familles politiques.

    Ils ont résisté contre l’inadmissible, faisons de même et à ceux qui nous disent que nous n’avons pas de programme, répondons l’économie au service de l’homme, le Général De Gaulle avait il un autre programme que celui de laver l’affront de la défaite et la honte du fascisme et du nazisme ?

    L’avenir nous appartient si nous nous unissons...

    Jean Bachèlerie

  • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES

    5 juillet 2008 16:25, par charlotte
    bonjour, j’ai découvert votre article sur la création d’un Arc Républicain. Je suis tout-à-fait d’accord avec votre ligne et je cherche à agir pour résister. Votre ligne m’intéresse car je crois que le champ du politique ne se définit plus selon le clivage droite/gauche mais entre partisans de Maastricht et opposants. Je suis dans l’opposition. Donc que faut-il faire pour intégrer l’Arc Républicain ? Merci d’avance
    • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 6 juillet 2008 17:06, par BA

      Nicolas Sarkozy critique le niveau des taux de la Banque centrale européenne.

      Le président Nicolas Sarkozy a mis en cause, samedi 5 juillet, lors du Conseil national de l’UMP consacré à l’Europe, la décision de la Banque centrale européenne (BCE) de relever ses taux directeurs et a dénoncé le "dumping monétaire" que subissent les entreprises européennes exportatrices.

      "J’ai été de ceux qui ont voté l’indépendance de la Banque centrale européenne et je ne le regrette pas, j’ai été de ceux qui ont voté la création de l’euro et je ne le regrette pas. Les autorités monétaires ont fait un travail remarquable pour mettre en place l’euro", a assuré le chef de l’Etat.

      " Mais quand même, sans remettre à bas tout ce à quoi je crois, je suis légitime, en tant que président de la République française, de me demander s’il est raisonnable de porter les taux européens à 4,25 %, alors que les Américains ont des taux à 2 % ", s’est-il exclamé.

      Déplorant le " dumping social " auquel l’Europe est confrontée, il s’est demandé si " on doit subir en plus un dumping monétaire qui met à genoux les entreprises européennes qui veulent continuer à exporter ".

      Et d’ajouter : " Cette question là doit être posée de manière respectueuse et démocratique. "

      http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/07/05/nicolas-sarkozy-critique-le-niveau-des-taux-de-la-banque-centrale-europeenne_1066789_3214.html#ens_id=951246

      Hypothèse : après plusieurs évènements récents, ce discours de Sarkozy montre le retour en force des Etats-nations en Europe. Ce discours de Sarkozy montre le retour en force des chefs d’Etats et de gouvernements en Europe.

      Surtout, il montre la montée en puissance de forces centrifuges.

      Comment les définir, ces forces centrifuges ?

      C’est le retour en force des égoïsmes nationaux ?

      A mon humble avis, c’est exactement cela.

      L’Union Européenne entre dans une zone de tempêtes.

      L’Union Européenne va éclater dans quelques années.

      Les Etats reprendront leur indépendance.

      Les Etats reprendront le contrôle de leur politique économique et de leur politique monétaire.

      Les Etats reprendront le contrôle de leur monnaie.

      Par exemple, la France reviendra au franc. La France reprendra le contrôle de sa monnaie. La France reprendra le contrôle de sa poltique monétaire.

      Le plus tôt sera le mieux.

  • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES

    7 juillet 2008 01:41
    Bonjour, je découvre votre comité. Quelques questions, probablement un peu candides : Comment vous situez-vous par rapport à : 1. De Villiers et le MPF 2. Dupont-Aignant et DLR 3. Besancenot et le NPA/LCR 4. Schivardi/Gluckstein et le PT/POI 5. Mélenchon et PRS 6. Alain Soral et son groupe "Egalité & Réconciliation" Merci d’avance pour vos réponses. Eric
    • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 7 juillet 2008 01:43
      Ouppps... Et j’oubliais : quid de Chevènement et du MRC ?? Merci d’avance, Eric
      • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES 7 juillet 2008 17:49, par BA

        " La fin du monde tel que nous le connaissons."

        Cette chronique de l’ancien ministre de l’Environnement Yves Cochet a été écrite le 29 mai 2008. Yves Cochet écrit que, dans moins de quinze ans, le prix du pétrole sera à un tel niveau qu’il détruira le monde tel que nous le connaissons. Je précise qu’Yves Cochet était pour le OUI au traité de Maastricht (1992), pour le OUI à la Constitution Européenne (2005), pour le OUI au traité de Lisbonne (2008).

        Yves Cochet écrit que la situation d’un pétrole de plus en plus cher va provoquer la fin de l’Union Européenne :

        " Cette situation n’est pas « la fin du pétrole » ou « la fin des énergies fossiles », c’est la fin de l’énergie bon marché et, conséquemment, la fin du monde tel que nous le connaissons, c’est-à-dire, avant quinze ans, la fin de la croissance économique, la fin du capitalisme, la fin de l’Union européenne, la fin de l’aviation commerciale de masse, la fin de la grande distribution. "

        http://www.yvescochet.net/wordpress/ ?cat=7

        Je cite deux autres partisans du OUI :

        1- Patrick Artus est directeur de la recherche de Natixis, professeur d’économie à l’Ecole Polytechnique et à l’université Paris 1-Panthéon-Sorbonne.

        2- Marie-Paule Virard était rédactrice en chef du magazine Enjeux-Les Echos.

        Ces deux économistes viennent de publier un livre passionnant : « Globalisation, le pire est à venir », éditions La Découverte. Son sous-titre : « Inégalités croissantes, gaspillage des ressources, spéculation financière, course absurde aux profits et implosion de l’Europe ».

        « Implosion de l’Europe. »

        « La fin de l’Union Européenne. »

        Au moins, c’est clair.

        Nous devons imaginer la France d’après.

        La France d’après l’Union Européenne.

    • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES - et les autres mouvements 8 juillet 2008 10:54, par Réponse Valmy FB

      Cher Éric,

      Si elle est assez singulière - et même, pour certains, unique ! - la démarche du comité Valmy porte en elle l’esprit de rassemblement, qui se traduit aujourd’hui dans l’Arc Républicain de Progrès. Par ailleurs, on peut trouver ici et là, dans d’autres mouvements dits républicains, progressistes, souverainistes, communistes, patriotes ou autres, des affinités sur tel ou tel point. Compte tenu du fait que notre approche sur l’Europe, la république, la nation ou la souveraineté populaire est cohérente de longue date, ce serait plutôt aux "autres" de situer par rapport à nous... Mais voici quelques éléments pour vous répondre, un peu en vrac :

      1. MPF / P2V : a mené de bons combats dans des moments forts, référendum de 2005 notamment, mais sa position extrême-droitière et sa fidélité électoraliste à la droite dominante en fait un complice du système. En 2007 P2V a appelé à voter pour M. Sarkozy et donc pour les intérêts contraires à ceux de la France. C’est une voie de garage pour anihiler la combativité des patriotes de droite, dans la lignée ou le voisinage du RIF, de l’UPF et autres souverainistes à sens unique.

      2. Mélenchon / PRS : même remarque initiale que pour Villiers, campagne efficace pour le non en 2005, mais son aveuglement dogmatique pour une illusoire "autre Europe" (toujours fédéraliste) est fatal au combat pour la libération de la France, que de toutes façons il sera bien incapable de mener au sein du PS.

      3. DLR / NDA : des prises de position souvent justes et intéressantes, un charisme modeste qui peut rassurer certains, mais son engagement est trop "intermittent" : là encore ses contraintes électoralistes en font un éteignoir (conscient ou pas) pour des militants égarés, donc au profit du Sarkozysme. Et lui aussi est favorable à la chimère imbécile de l’"autre Europe", ce qui ne fait que retarder la solution à nos problèmes et pourrir un peu plus la situation.

      4. MRC / JP "Che" : souvenirs et regrets ! Valmy a activement inspiré et soutenu sa candidature en 2002, lorsqu’il incarnait le "Pôle républicain" rassemblant les 2 rives dans un projet quasi-évolutionnaire... Mais JPC n’a pas eu le courage d’aller au bout de sa démarche et a sombré. Le suivisme du MRC derrière Mme Royal et le PS est aujourd’hui consternant. Le parti exprime des positions tièdement "alter-européistes". C’est l’équivalent de DLR et des souverainistes mous, mais à gauche.

      5.NPA / Besancenot : complètement hémiplégique, voici un mouvement porté par les médias, monté de toutes pièces pour mettre au frigo les énergies de gauche et ainsi éviter toute transformation sociale. De plus, cumulant les qualités de gauchistes et de bourgeois, ils sont bloqués dans un discours antinational et refusent toute remise en cause fondamentale de la construction européenne au nom d’un internationalisme mal compris ; ça fait longtemps qu’ils n’ont pas lu Jaurès, Marx ou Engels ! En résumé, gentil faire-valoir pour l’UMPS, non ?

      6. E&R / Soral : l’intellectuel communiste qui rejoint le FN, c’est une idée séduisante mais vaine. Ils reprennent régulièrement des idées pétillantes à droite et à gauche, mais comment exister au sein d’un tel parti (le FN) à ce point marqué par tant de combats réactionnaires, le racisme, la nostalgie de Vichy et des colonies ? Les prises de position d’E&R sont pourtant souvent excellentes (surtout quand ils les empruntent mot pour mot à d’autres) mais je crois que Soral se trompe et ne pourra pas, dans le cadre du FN (qui, contrairement à ce qu’il pense, n’a pas changé et ne veut toujours pas le pouvoir), faire exister sa démarche de réconciliation nationale.

      7. PT-POI / Schivardi-Gluckstein : des trotskystes qui ont fait une mise à jour importante sur la nation, sont à la pointe des combats sociaux et politiques les plus importants, et ont pour formidable mot d’ordre la sortie immédiate de l’Union européenne. A priori tout pour plaire, mais leur attitude à la limite du sectarisme (un peu "forteresse assiégée"), leur manque de transparence et leur refus du rassemblement jettent un doute sur les finalités véritables et l’indépendance réelle du parti. Cela dit, c’est, à l’extérieur de l’Arc Républicain de Progrès, la force politique la plus proche de nos idées sur l’Europe, et donc sur la question première et fondamentale.

      Voilà, ces quelques précisions en guise de réponses à vos questions n’ont pas été débattues en comité central (c’est de l’humour) mais je pense qu’elles expriment globalement le positionnement de Valmy et qu’elles pourront vous aider à comprendre la singularité de Valmy et de l’ARP dans la nébuleuse républicaine & Cie (pour dire vite). Enfin, j’attire également votre attention sur l’existence, hors de l’ARP, d’autres formations dont les programmes sont suffisamment proches du nôtre pour imaginer qu’on pourra un jour travailler ensemble dans une dynamique de rassemblement (à la différence de certains des partis cités plus haut) : je pense notamment à l’Union Populaire Républicaine de François Asselineau (avec son site percutant "decapactu") qui partage avec Valmy l’idée du rassemblement des citoyens de droite et de gauche et exprime l’urgente nécessité d’une rupture immédiate avec l’Union européenne, jusqu’à faire de cette sortie son unique objectif, alors que de son côté Valmy insiste sur la réactivation du programme du Conseil National de la Résistance. À titre personnel, j’estime que ces nuances ne devraient pas nous interdire de comprendre qu’il faut lutter ensemble pour un même but : sortir de l’Europe dans une perspective républicaine et de progrès !

      Cordialement, Frédérik Brandi (Comité Valmy - 06).

      • Voici trois graphiques :

        - Premier graphique : évolution du prix du pétrole en dollar depuis un an.

        - Deuxième graphique : évolution du prix du pétrole en euro depuis un an.

        - Le troisième graphique est le plus intéressant : évolution du prix du pétrole en dollar depuis 1970.

        http://inflation.free.fr/graph_oil.php

        Hypothèse : dans les années qui viennent, nous allons vivre l’appauvrissement généralisé du peuple français, du peuple allemand, du peuple italien, etc. Cette paupérisation générale va entraîner des troubles sociaux et politiques dont nous n’avons même pas idée.

        Face à l’effondrement de son niveau de vie, pour qui va voter le peuple français ? Et le peuple allemand ? Et le peuple italien ? Et le peuple espagnol ? Etc.

        Je répète la prévision d’Yves Cochet pour les quinze prochaines années. Yves Cochet est l’ancien ministre de l’Environnement du gouvernement Jospin. Sur son blog, le 29 mai 2008, Yves Cochet écrit une chronique intitulée " la fin du monde tel que nous le connaissons ". Je recopie le passage le plus important de cette chronique :

        " Cette situation n’est pas « la fin du pétrole » ou « la fin des énergies fossiles », c’est la fin de l’énergie bon marché et, conséquemment, la fin du monde tel que nous le connaissons, c’est-à-dire, avant quinze ans, la fin de la croissance économique, la fin du capitalisme, la fin de l’Union européenne, la fin de l’aviation commerciale de masse, la fin de la grande distribution "

        Voir en ligne : http://inflation.free.fr/graph_oil.php

        • Une très bonne initiative à soutenir.

          Voir en ligne : Dante

          • Ce que nous devons imaginer, c’est le retour des passions :

            - le retour des passions nationales

            - le retour des passions populaires.

            Comment vont réagir les peuples français, allemand, italien, espagnol, etc. lorsqu’ils vont vivre l’effondrement de leur niveau de vie ?

            Pour qui vont voter les peuples français, allemand, italien, espagnol, etc. lorsqu’ils vont vivre l’appauvrissement généralisé ?

            Dans les années qui viennent, en France :

            - pour qui vont voter les conducteurs de camions qui vont être ruinés par l’explosion du prix du pétrole ?

            - pour qui vont voter les chefs d’entreprises de transports routiers qui vont être ruinés par l’explosion du prix du pétrole ?

            - pour qui vont voter les marins-pêcheurs qui vont être ruinés par l’explosion du prix du pétrole ?

            - pour qui vont voter les agriculteurs qui vont être ruinés par l’explosion du prix du pétrole ?

            - pour qui vont voter les chauffeurs de taxis qui vont être ruinés par l’explosion du prix du pétrole ?

            - pour qui vont voter les ambulanciers qui vont être ruinés par l’explosion du prix du pétrole ?

            - pour qui vont voter les infirmières libérales, qui font des dizaines de kilomètres en voiture chaque jour, et qui vont être ruinées par l’explosion du prix du pétrole ?

            - pour qui vont voter les commerciaux, les VRP, qui font des dizaines de kilomètres en voiture chaque jour, et qui vont être ruinés par l’explosion du prix du pétrole ?

            - pour qui vont voter les Français travaillant à Air France, qui vont être ruinés par l’explosion du prix du pétrole ?

            - pour qui vont voter les stewards et les hôtesses de l’air qui vont être ruinés par l’explosion du prix du pétrole ?

            - pour qui vont voter les Français travaillant dans les agences de voyage, qui vont être ruinés par l’explosion du prix du pétrole ?

            - pour qui vont voter les simples citoyens, qui se seront fait siphonner l’essence du réservoir de leur voiture, une fois, deux fois, trois fois ?

            Hypothèse : ils vont voter pour les extrêmes.

      • ARC REPUBLICAIN DE PROGRES - et les autres mouvements 10 juillet 2008 22:28, par republicain

        Cher Frédérik Brandi ,

        Que voulez-vous dire par "souverainistes à sens unique" en parlant du RIF ou de l’UPF ?

        • Souverainistes à sens unique ? 10 juillet 2008 23:50, par FB

          En réponse à la question de "républicain" :

          Le comité Valmy est constitué principalement de républicains patriotes, internationalistes (attention ! Gare au contresens) et laïques. Si nous avons par définition des relations amicales avec certains souverainistes, d’autres apparaissent trop polarisés à droite, d’où sans doute l’utilisation du terme "à sens unique", pas très explicite je vous l’accorde, mais qui stigmatise bien ce type d’engagement politicien ne prenant pas en compte les nouvelles lignes de fracture (ce qui explique leur ralliement à leur camp traditionnel lors des grandes échéances, même quand celui-ci est incarné par un traître absolu comme Sarkozy). En effet ces souverainistes type UPF ou RIF, malgré des positions qui peuvent être valables, refusent de dépasser les anciens clivages et, pour certains d’entre eux, ne sont pas bien clairs sur la question européenne, cultivant l’ambiguïté d’une "autre Europe", et entretenant même des relations troubles avec des officines atlantistes ou paneuropéennes dont le moins qu’on puisse dire est qu’elles n’agissent pas pour la reconquête de l’indépendance nationale (French American Foundation, Coudenhove-Kalergi, etc.). Cela dit, il peut m’arriver de parcourir avec intérêt et plaisir les pages (pas toutes...) de "L’indépendance", le journal du très souverainiste PMC, ce qui n’interdit pas les remarques critiques !

          Amicalement, FB.

          • Souverainistes à sens unique ? 11 juillet 2008 11:48, par republicain

            merci pour votre réponse.

            Je suis adhérent à l’UPF et j’ai justement quitté DLR pour les motifs que vous évoquez : ralliement systématique à Sarkozy pour les échéances électorales, le fameux mantra de l’ " Autre Europe" (en oubliant que nous ne sommes qu’ 1 pays - souvent isolé- sur 27), attitude peu claire de Dupont Aignan (alliance avec Bayrou envisagée, ses relations avec la très atlantiste French American Foundation ).

            Le mouvement UPF s’est ainsi désolidarisé de Dupont Aignan lors de son appel à voter Sarkozy et a condamné son ralliement à la majorité présidentielle pour les législatives.

            La clivage droite/gauche est en effet largement dépassé (d’ailleurs ce n’est pas un hasard si l’UMP le PS et le Modem votent au parlement a l’unissons les plein pouvoirs à Bruxelles en adoptant le traité simplifié).

            Mon rêve est de voir les républicains unis pour défendre ensemble leur convictions et leur valeurs sans se laisser prendre au piège des divisions, des duels d’égo...

            Cordialement,

            Grégoire Maury

            • Souverainistes à sens unique ? 12 juillet 2008 10:45, par FB
              Je reçois 5/5 la netteté de votre position personnelle. Et il est vrai que l’idée du dépassement des clivages figure aussi sur le site web de votre parti, dont acte (quelle traduction dans la réalité des actions ?). Mais j’entends certains responsables de l’UPF crier à l’extrêmisme, au "gauchisme" et au blasphème dès qu’on parle de sortir de l’Europe ! C’est pour moi révélateur d’un attachement au "vieux monde" de la part de politiciens qui ne sont pas disposés à rompre avec un système pourri... En effet, si l’union de tous les républicains doit se faire, ce sera avec un engagement clair sur la reconquête de l’indépendance nationale et de la souveraineté populaire, reconquête qui ne peut passer que par une rupture immédiate et totale avec l’Union européenne. Loin de nous isoler - contrairement à ce que racontent les responsables des partis de gouvernement de droite et de gauche depuis des lustres - , cela pourrait créer un formidable appel d’air, d’autres États membres, dont les peuples n’attendent que ça, suivraient le mouvement et tout l’édifice s’écroulerait comme un château de cartes, dans la paix, ce qui est le plus important. De plus, pour l’avenir, les gouvernants se retrouveraient alors face à leurs responsablités et ne pourraient plus s’abriter derrière l’épouvantail bruxellois pour violer la souveraineté des peuples, en France comme ailleurs. De toutes façons, ce système européen, pourri de l’intérieur par son enflure inefficace, finira par disparaître de lui-même, avec ou sans notre action mais, si nous attendons sagement l’échéance, ce sera dans un cataclysme aux conséquences imprévisibles, un désastre social et humain. Cette période de crise de l’UE ressemble (en comparant ce qui peut l’être...) à la situation qui a précédé l’effondrement de l’URSS. C’est pourquoi il nous appartient de militer pour anticiper et précipiter l’événement. Il faut mettre en avant l’hypothèse de la sortie de l’UE, à la fois possible (techniquement et juridiquement) et souhaitable (pour l’économie, la sécurité, la prospérité). Si la France - pays fondateur sans lequel rien ne peut se faire - entamait ce mouvement vers la liberté, la sortie de la crise serait d’autant plus rapide et moins violente. Je sens souffler cet esprit de Résistance au comité Valmy (et dans d’autres formations constitutives de l’ARP), également à l’Union populaire républicaine, ailleurs peut-être ? À vous de voir... L’union passera par une convergence sur l’objectif impérieux de la sortie de l’UE. Amicalement, FB.
              • Souverainistes à sens unique ? 17 juillet 2008 17:30

                personellement, la seule solution me semble en effet la sortie pure et simple de l’Union Européenne. Ce sont les fondations même de l’UE qui sont bancales. Nous sommes plusieurs a le penser a l’UPF mais l’UPF étant une confédération de mouvements, cette position n’est pas forcément partagée par tous.

                Avez-vous une organisation de militants en Ile de France ? Si oui, comment peut-on les contacter ?

                Grégoire Maury

                • Souverainistes à sens unique ? 10 août 2008 23:15, par Francis Feltrin
                  et l’UPR ? ce parti agit pour la sortie immédiate de l’Union Européenne et ses articles souvent pertinents et rès bien faits ne portent pas la marque d’anathèmes excomunicateurs . qu’en penser ???? Merci

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette