COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Nouvelle tentative de blocus énergétique de la Crimée par Karine (...)

Nouvelle tentative de blocus énergétique de la Crimée
par Karine Bechet-Golovko

samedi 2 janvier 2016, par Comité Valmy


Quoi après ?
Que même des pierres tombent du ciel !
On est dans notre Patrie

Nouvelle tentative de blocus énergétique de la Crimée

Alors que l’Ukraine fait sauter le 31 décembre la ligne électrique qui alimente la Crimée, le Président russe demande à ce qu’une consultation populaire soit menée pour connaître le point de vue des habitants de la région quant à la conclusion du nouveau contrat avec l’Ukraine ... qui prévoit que la Crimée est ... en Ukraine. Est-ce la nouvelle politique du Kremlin ?

Le 21 novembre, Kiev avait déjà interrompu l’alimentation de la Crimée en électricité, la presqu’île étant énergétiquement dépendante de l’Ukraine. Après avoir fait beaucoup d’efforts, un nouveau pont électrique est mise en place, dans des délais records, qui permet aujourd’hui de faire vivre la Crimée, pour l’instant, avec des restrictions électriques et dans trois mois la rendra énergétiquement totalement indépendante de l’Ukraine.

Suite au blocus énergétique de la Crimée, la Russie avait suspendue la livraison de charbon, qui était compensatoire. Mais aux vues de l’avancée des travaux, l’Ukraine a rétabli la livraison d’électricité, la Crimée pouvant de toute manière être alimentée. Le blocus est tombé à l’eau.

Et c’est à ce moment que le pouvoir russe a commis une erreur stratégique. Le Président V. Poutine a décidé de recommencer à livrer du charbon à l’Ukraine, celle-ci livrant l’électricité.

Or, A. Aksionov, gouverneur de la Crimée s’est immédiatement prononcé en sens inverse et très logiquement :


nous n’avons pas besoin de l’électricité ukrainienne, même si elle nous est livrée gratuitement.

La Crimée peut attendre que la situation énergétique soit totalement normalisée, surtout avec l’appui de la région de Kuban et les stations temporaires déployées sur le territoire.

Cette démarche était loqique en ce que les habitants de Crimée avait dépassé le pire, ils étaient de nouveau alimentés en électricité, sans dépendre de l’Ukraine. Même s’il y avait des restrictions, la situation ne pouvait que s’améliorer. Et les habitants étaient naturellement prêts à cela.

Maintenant, cette nuit, un pylône électrique a de nouveau explosé en Ukraine et l’électricité est coupée sur la presqu’île. La situation s’est donc dégradée après deux semaines pendant lesquelles les habitants ont vécu dans des conditions artificiellement normalisées. Et Aksionov et les pouvoirs locaux mettent tout en oeuvre pour compenser, mais le coup est porté. Le jour du réveillon.

Pour couronner le tout, le ministre russe de l’énergie russe, au lieu d’envoyer se promener ses collègues ukrainiens, s’interroge, se tâte, s’enfle et se dégonfle. En effet, la partie ukrainienne exige que le nouveau contrat pour 2016 concernant l’alimentation en électricité, pour seulement trois mois, de la Crimée, prévoit que la presqu’île est rattachée à l’Ukraine. Et le ministre russe de l’énergie, M. Novak, va demander au Président ce qu’il doit faire. Et le Président hésite. Il renvoie la balle aux habitants.

А кто вытащит репку ?

L’idée est donc non pas de renvoyer le texte à la partie ukrainienne en la déclarant inacceptable pour l’état russe un et uni, mais d’organiser une consultation populaire en Crimée pour savoir si la population est d’accord pour signer ce contrat et sinon si elle est prête à supporter des restrictions pendant trois mois.

Autrement dit, on en revient, mais dans de toutes autres conditions, à ce que disait Aksionov. A la différence qu’alors il était naturel de ne pas reprendre de l’énergie à l’Ukraine et de garder la tête haute, alors que maintenant on met en place la grosse Berta administrative et on tente de sortir sans trop de casse du bourbier.

La population de Crimée veut-elle que ce pauvre M. Novak signe un contrat avec l’Ukraine qui la reconnaisse officiellement comme faisant partie de l’Ukraine ? Cest une belle question. Pour être encore un peu plus certain, l’on pourrait aussi réorganiser un référendum tous les ans. Ca aussi c’est une belle idée, non ?

Mais attendons l’arrivée de Koudrine pour que tout rentre dans l’ordre ...

Joyeux réveillon quand même à tous les habitants de Crimée ! Et bon courage pour 2016, manifestement le combat n’est pas terminé.

Karine Bechet-Golovko
jeudi 31 décembre 2015

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>