COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > 2015, l’an du renforcement du conflit entre le camp de l’Hégémonie et celui (...)

2015, l’an du renforcement du conflit entre
le camp de l’Hégémonie et celui de la Résistance
Par Akil Cheikh Hussein

dimanche 10 janvier 2016, par Comité Valmy


2015, l’an du renforcement du conflit entre
le camp de l’Hégémonie et celui de la Résistance

De plus en plus, il s’avère que la guerre contre la Syrie est une guerre mondiale sous une nouvelle forme, et que ses conséquences seront opérantes au niveau du monde entier et constitueront un saut vert l’avènement d’un monde nouveau et plus équitable.

La plus grande preuve en est le fait que le camp hégémonique n’est plus le seul qui détient le pouvoir de décider du sort du monde puisque celui-ci est d’ores et déjà divisé en deux 2015, l’an du renforcement du conflit entre le camp de l’Hégémonie et celui de la Résistancegrands camps :

Celui de la Résistance et de la Libération constitué, avec différents niveaux d’engagement, de l’Iran, la Syrie, l’Irak, la Russie, la Chine et les pays du Brics auxquels s’ajoutent des forces et des mouvements comme le Hezbollah au Liban et les Ansarul-lah au Yémen.

Celui de l’Hégémonie qui comprend La Main invisible qui manipule des forces et des entités comme les Etats-Unis, l’Union européenne, le sionisme mondial et son rejeton représenté par "Israël" et, enfin les outils régionaux comme le Royaume saoudien, la Turquie et les différents groupes terroristes et takfiri.

Intensification de l’offensive et dissuasion

La confrontation entre les deux camps prend des formes différentes selon sa nature politique, économique, sécuritaire ou militaire. C’est dans ce cadre que l’an 2015 a marqué l’intensification de l’offensive de la part des forces hégémoniques. Mais, de son côté, le camp de la Résistance et de la Libération a riposté par des mesures défensives et dissuasives.

Les points les plus marquants dans l’offensive en question sont représentés par des faits qu’on peut présenter de la manière suivante :

"Daech" a abattu par un attentat terroriste un avion de lignes russe, et la Turquie a donné un coup dans le dos à la Russie en abattant un chasseur SU 24 au-dessus de la Syrie.

Grâce à différentes opérations de manipulation, les forces de droite ont gagné les législatives au Venezuela, alors que des élections analogues ont été gagnées en Turquie par le parti d’Erdogan.

En dépit du fait qu’ils ne font pas partie du camp de la Résistance, l’Egypte et le Soudan ont encaissé -de la part du camp de l’Hégémonie- un coup préemptif adressé à leur retour éventuel à jouer leur rôle comme pays épris de liberté et d’indépendance. Il s’agit de l’Ethiopie qui a commencé à stocker les eaux du Nil dans le barrage de la Renaissance. On sait que la tendance de l’Ethiopie à mettre la main sur la plus grande partie des eaux du Nil est soutenue et encouragée par les cercles colonialistes, dont le sionisme, mais aussi par les monarchies du Golfe qui investissent à grande échelle dans des exploitations agraires en Ethiopie.

Si le camp de l’Hégémonie a adopté, jusqu’à maintenant, la stratégie de la guerre indirecte en utilisant les groupes terroristes dans le but d’atteindre ses objectifs, le Royaume saoudien et, avec lui, les autres monarchies pétrolières, ont ajouté à leur arrogance militaire des doses d’insolence et de sauvagerie en formant leur "alliance arabe" et en s’attaquant au Yémen avec le soutien des Etats-Unis et de l’entité sioniste.

Les attaques terroristes qui ont visé la France ainsi que les Etats-Unis, mais à un degré moindre, s’inscrivent dans le cadre de l’offensive lancée par le camp de l’Hégémonie contre ses propres peuples. Le but étant la fanatisation de ces peuples afin qu’ils soutiennent les éventuelles guerres d’agression, mais aussi pour les dresser contre les étrangers (réfugiés et émigrants arabes et musulmans).

Quant aux attaques terroristes perpétrées en Tunisie, au Kenya et au Mali, Elles sont du même genre que celles perpétrées contre les peuples en Syrie, en Irak, au Liban, en Lybie, en Egypte, au Pakistan en Afghanistan, mais également au Nigéria où le Mouvement islamique a subi des opérations de répression sanguinaires qui ont fait,d’un seul coup, des centaines de martyrs et de blessés.

Le terrorisme, en plein recul

Alors que tous les indicateurs vont dans le sens de l’entrée du terrorisme dans un état de recul en Syrie et en Irak, nous entendons des propos parlant de tendance à instaurer des émirats djihadistes aux philippines et en Indonésie.

Certes, l’assassinat de Samir al-Qintar est l’un des actes de l’offensive générale, mais aussi du terrorisme d’Etat perpétré par l’entité sioniste apeurée par le rapide développement du mouvement de résistance contre l’occupation israélienne au Golan, dont le fondement et la direction ont été assurés par le martyr al-Qintar.

Avec cet assassinat, l’entité sioniste vit dans un état d’angoisse multiforme face à la riposte qui sera menée inévitablement par le Hezbollah, aussi bien qu’à la montée quotidienne de l’Intifada et à la possibilité du retour vers le devant de la scène, avec la crise des groupes terroristes, du conflit israélo-arabe.

Il va de soi que le danger de l’effondrement menace également le Royaume saoudien et les autres monarchies pétrolières dans la mesure où leur bradage du pétrole leur a occasionné de lourdes pertes qui s’ajoutent à leurs pertes liées à leur guerre injuste contre le Yémen. De son côté, l’Alliance islamique annoncée dernièrement par Ryad est une expression supplémentaire du sentiment qu’a la maison des Saoud de l’imminence de son effondrement.

Toutefois, l’an 2015 a connu deux événements d’importance majeure parce qu’ils sont chargés de significations en liaison avec la puissance acquise par le camp de la Résistance dans la région et le monde et, par conséquent, avec la capacité de plus en plus grande du monde d’aujourd’hui de se débarrasser du joug de l’hégémonie.

Le premier est la victoire de l’Iran dans le combat de son dossier nucléaire pacifique en dépit de toutes les formes de pression exercées contre lui pendant ces dernières années et décennies. Cette victoire ouvre certainement pour la République islamique des horizons de prospérité et de moyens pour soutenir les mouvements de libération dans la région et au monde.

Le second est la participation directe de la Russie dans la guerre aux côté de la Syrie. Cette participation dépasse, du point de vue de ses retombées, le simple changement des rapports de force dans le sens contraire aux intérêts du terrorisme et de ses parrains : Elle prouve que la Russie et ses alliés disposent d’une puissance assez suffisante pour persuader le camp adverse que le temps de l’Hégémonie est terminé.

Les événements les plus marquants de l’an 2015 : La victoire de l’Iran dans le combat de son dossier nucléaire et la participation de la Russie dans la guerre aux côtés de la Syrie

Sur les débris du monopole américain, le monde est divisé en deux grands camps, ce qui prouve que l’an 2015 a ouvert de véritables horizons vers un monde plus libre et équitable.

Akil Cheikh Hussein
8 janvier 2016

Source : French.alahednews


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>