COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Le respect des lois n’existe plus dans la civilisation occidentale Par (...)

Le respect des lois n’existe plus
dans la civilisation occidentale
Par Paul Craig Roberts

vendredi 15 janvier 2016, par Comité Valmy


Tout le monde fait exactement ce que je dis, sinon la nation est cuite

Le respect des lois n’existe plus
dans la civilisation occidentale


Mon travail sur le façon dont la loi s’est perdue a débuté il y a un quart de siècle. Un ami proche, qui est un avocat célèbre, Dean Both, attira initialement mon attention sur l’érosion des principes légaux sur lesquels est basé le fonctionnement des USA. Mon étude sur le sujet attira l’attention d’une institution universitaire qui m’invita à donner une conférence sur le sujet. Ainsi, je fus invité à donner une analyse sur « Comment la Loi s’est perdue », à la Benjamin Cardozo School of Law de New-York.

Ce travail aboutit à un ouvrage, La Tyrannie des Bonnes Intentions, corédigé avec mon associé, Lawrence M. Stratton, qui fut publié en 2000, avec une édition mise à jour publiée en 2008. Nous fûmes capables de démontrer que l’alerte de Sir Thomas More au sujet des juges et des cours qui contournaient la loi pour pouvoir accuser plus aisément les contestataires et les criminels aurait pour résultat de détourner la loi de son rôle de bouclier au service du peuple en une arme aux mains du gouvernement. C’est ce que nous pouvons constater dans la saga des Hammonds, éleveurs de longue date du Bassin Harney dans l’Orégon.

Avec l’intervention de Ammond Bundy, un autre éleveur qui a souffert de persécutions illégales de la part du Bureau de gestion des territoires ( BLM) et s’est opposé à lui avec l’aide de milices armées et de partisans, les décennies de persécutions du Bureau contre les Hammond, innocents, pourraient mener à la crise avant même que vous n’ayez lu ceci.

Bundy et ses miliciens, dont le nombre varie de 15 à 150 selon les médias aux ordres, ont squatté une officine du BLM afin de protester au nom des libertés américaines contre l’accusation des Hammonds faite avec des preuves fabriquées. Alors que j’écris, la Garde nationale de l’Orégon et le FBI sont en route.

Les miliciens déclarent qu’ils sont prêts à mourir pour leurs principes, et le respect des lois est un d’entre eux. Par exemple, les médias prostitués ont transformé les miliciens en hors-la-loi et les traitent même de terroristes, en omettant de mentionner les accusations illégales contre les Hammonds, dont le crime est de refuser de vendre leur ranch pour qu’il soit incorporé au Masher National Wildlife Refuge.

S’il s’agissait uniquement de 15 miliciens, il y a une bonne chance qu’ils soient tous abattus, mais s’il s’agit de 150 miliciens armés préparés au combat, le résultat pourrait être différent.

Je ne peux attester de la véracité du rapport de situation.

Les moyens requis pour vérifier les informations de ce témoignage sur la façon dont le gouvernement a organisé l’escalade de la crise à partir du refus d’obéir d’une famille est hors de portée de ce site web. Cependant, cette histoire correspond parfaitement à tout ce que Lawrence Stratton et moi avons appris au fil des années de préparation de notre ouvrage, Les Règles de la Loi se sont perdues. Cela témoigne que la persécution des Hammonds est la voie que le gouvernement choisit quand il enfreint librement l’esprit de la loi.

Je peux certifier avec confiance que les USA n’ont plus aujourd’hui de règles légales. Les USA sont un pays hors la loi. En raison de cela, je ne peux comprendre l’expression de la pensée de Républicains qui, si je comprends bien, déclarent que les minorités raciales violent les lois d’une manière proche de l’impunité.

Ce que je comprends, c’est que seules les super-banques et le Un pour cent [1% de la population – les nantis, NdT], bénéficient d’une protection légale, et ceci parce que ces gens contrôlent le gouvernement. Pour n’importe qui d’autre, la loi est une arme aux mains de ce dernier qui l’utilise contre le peuple américain.

La réalité du fait que le bouclier de la loi n’existe plus pour les citoyens américains se trouve dans les statistiques du département américain de la Justice : seulement 4% des infractions fédérales sont sanctionnées suite à un procès. Pratiquement toutes les infractions sont réglées par un marchandage juridique [plea bargain, NdT], qui contraint les accusés à reconnaître des crimes qu’ils n’ont pas commis afin de bénéficier de condamnations minorées qui sont présentées aux stupides, infantiles et crédules Américains comme un jugement par des pairs, et qui peuvent les envoyer sous les verrous pour une centaine d’années.

La justice américaine est une plaisanterie. Elle n’existe pas. Vous pouvez le constater dans le chiffre de la population carcérale du pays. L’Amérique de la Liberté et de la Démocratie a non seulement le plus grand pourcentage de sa population en prison que n’importe quel autre pays de la planète, mais aussi le plus grand nombre absolu de prisonniers.

Si vous considérez que la Chine dictatoriale, cinq fois plus peuplée que les USA, a moins de prisonniers, vous comprenez alors que la Chine autoritaire est bien plus protectrice de ses lois et de ses citoyens.

Comparée à l’Amérique de la Liberté et de la Démocratie, la Russie n’a pratiquement personne en prison. Mais Washington et ses médias prostitués ont qualifié le Président russe de nouvel Hitler.

Le seule chose que nous pouvons conclure de tout ces faits est que le gouvernement des États-Unis et tous les fous ignorants qui le suivent sont le Mal incarné.

Du mal découle la dictature. Le fou de la Maison Blanche, au mieux un petit voyou, a décidé que le Deuxième amendement de la Constitution des États-Unis n’avait plus cours, pas plus que les autres protections constitutionnelles des citoyens américains. Il a corrompu le département fédéral de la Justice, une organisation criminelle, visant des moyens dictatoriaux pour tourner à la fois la législation du Congrès et les règles de la Cour suprême.

Les médias aux ordres sont tombés en bloc dans le panneau du candidat dictateur. Tous hurlent « la violence, c’est les armes ». Si seulement Karl Marx pouvait être encore parmi nous… Il tournerait en ridicule ceux qui veulent transformer des objets inanimés en acteurs agissants. Il est extraordinaire que la gauche américaine puisse imaginer que ce sont les armes, et non les gens, qui tuent.

La position de la gauche progressiste aux États-Unis rend perplexe. Voici des Américains, comme les Hammonds, immergés dans un État policier et la gauche progressiste veut désarmer la population.

Il est vrai que quoi que cette gauche progressiste prétende être, elle n’a plus rien à voir avec une gauche révolutionnaire. La gauche américaine est totalement discréditée, une gauche défaitiste qui s’est vendue et ne représente plus aujourd’hui ni le peuple ni la vérité.

Encore plus étonnant, si on en juge par les articles de Russia Today sur la situation et les commentaires de ses lecteurs, tous les lecteurs afro-américains de RT cherchent à savoir où sont passés les Gardes nationaux en Oregon. Pourquoi ne pas les appeler contre les manifestants miliciens blancs comme cela a été le cas contre les manifestants noirs lors des événements de Ferguson ?

Si protester contre le meurtre d’un jeune Noir américain par la police de Ferguson n’est pas légitime et si les manifestants sont des terroristes, pourquoi les manifestants de l’Oregon ne le seraient-ils pas eux aussi pour vouloir protéger leurs délinquants d’une condamnation légale ? Ce n’est pas la bonne question.

C’est réellement décourageant que les Afro-américains soient incapables de comprendre que si un Américain est dépossédé, tous les Américains peuvent l’être aussi.

Il est aussi décourageant que RT décide de jouer la carte raciale au lieu de tenter de comprendre que la loi n’est plus aux mains du peuple américain, mais est devenue une arme dans les mains des gouvernants de Washington.

Pourquoi RT n’écoute-t-il pas au moins le président russe qui affirme sans arrêt que les États-Unis et l’Occident sont des hors-la-Loi ?

Poutine a raison. Les USA et leurs vassaux n’ont pas de lois.

Plus personne n’est à l’abri du gouvernement.

Paul Craig Roberts
– Le 5 janvier 2015 – Source Information Clearing House

Traduction : le Saker francophone.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>