COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > Pétition ou auto-dénonciation ? Décap’ Actu

Pétition ou auto-dénonciation ? Décap’ Actu

vendredi 4 juin 2010, par Comité Valmy


Le droit de pétitionner est présenté comme la grande avancée "démocratique" du traité de Lisbonne. Certaines ONG U.S. prétendent désormais influer sur les évènements internationaux les plus graves par leur force de frappe pétitionnaire...

Mais à y regarder de près, il y a lieu d’être très prudent et de se poser la question : Et si le système U.S. mettait en place ces ONG pour qu’à l’occasion de la légitime indignation ( il s’agit, cette fois, de l’agression israélienne de la flottille humanitaire ) que provoquent ses agressions barbares et illégales, celles-ci lancent ces campagnes de pétition aux multiples avantages :

1. La pétition constitue un efficace dérivatif : le signataire estime avoir été très courageux en signant, il est certain d’avoir fait le maximum et il en reste là.

2. Elle instille l’idée qu’il serait inefficace et passéiste de saisir nos partis et nos instances nationales pour que les états agissent efficacement et en utilisant le droit international pour faire condamner les agresseurs et faire cesser leur agissements.

3. La cerise sur le gâteau : la liste des pétitionnaires constitue un fichier d’opposants, très précieux pour les services policiers divers. Quand on constate sur le site même de l’ONG qu’il est prévu de transmettre les informations "aux dirigeants mondiaux", il ne faut pas être trop naïf : l’ ONG subventionné et constitué en 2006 par des alumni de l’université de Colombia, où se forme l’élite mondiale (commissaires européens, dirigeants des banques, des industries de l’armement, des cadres des services de sécurité US, etc.) aurait pu s’installer ailleurs qu’aux USA, éviter de soumettre les signataires au droit américain et à ses dispositions "anti-terroristes" qui ne garantissent aucune confidentialité à laquelle les Français croient bénéficier par la loi "Informatique et liberté" à laquelle le site tend, en toute illégalité, à les faire renoncer :

Extraits des "conditions générales" d’Avaaz :

"conditions générales" d’Avaaz

- "Avaaz ne peut pas assurer ou garantir la sécurité des informations que vous nous transmettez : vous le faites donc à vos risques.

Quant aux pétitions et sondages que vous avez signés ou auxquels vous avez participé, nous traitons votre nom, ville, état, et commentaires comme information publique-par exemple, il se peut que nous fournissions des compilations de pétitions, comprenant vos commentaires, à des dirigeants mondiaux et à d’autres cibles, ou à la presse.

Ces termes et conditions devront être gouvernés et compris conformément aux lois des États-Unis d’Amérique. Tout différend sera sujet à la juridiction exclusive des Courts des États-Unis d’Amérique."

Pour en savoir plus sur AVAAZ, voir :

Columbia University’s - School of International and Public Affairs

Extraits :

Office of Career Services

2006 MASTER OF PUBLIC ADMINISTRATION EMPLOYMENT STATISTICS

ALUMNI EMPLOYMENT BY SECTOR Public Interest/Advocacy : 4 - 2.4% - $51,250

III. Non-Profit Sector

AVAAZ - Global Engagement and Organizing Fund

CONCLUSION

Le droit pétitionnaire était déjà une farce, un leurre pseudo-démocratique, c’est maintenant un procédé de fichage des opposants. Il est urgent d’appeler aux boycotts de toutes les pétitions et à inviter à la plus grande vigilance sur ces leurres. Ayons tous une grande exigence sur l’efficacité de nos actions. Il en va de la crédibilité de notre rassemblement et au-delà, de l’échec ou du succès de l’indispensable soulèvement des peuples.

4 juin 2010


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>