COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Un cheval de Troie à la Knesset ! par Dimitri

Source : dimitri.over-blog.fr

Un cheval de Troie à la Knesset ! par Dimitri

vendredi 4 juin 2010, par Comité Valmy


La parlementaire du parti d’extrême-droite Yisrael Beitenu Anastassia Michaeli s’est avancée vers le podium pour s’interposer entre Hanin Zoabi et le micro. « Pourquoi cette femme a-t-elle le droit de parler ? », s’est exclamée Anastassia Michaeli.


Ce Mercredi, Hanin Zoabi, une élue arabo-israélienne membre du parti Balad, qui se trouvait à bord de la flotille humanitaire à destination de Gaza, a pris la parole pour dénoncer un acte de piraterie d’Israël. Une député du Licoud (parti du premier ministre Netanyahou), lui a lancé, en arabe :

« Va à Gaza, espèce de traître ».

Il faut avoir un sacré courage pour monter à la tribune du parlement israélien au milieu des énergumènes qui menacent les palestiniens continuellement (voir la vidéo sur le site rue89).

La député du Likoud attaque violemment Hanin Zoabi de s’être rendue coupable d’un « double crime » :

« avoir rejoint les terroristes, et avoir commis un crime moral vis-à-vis de l’Etat d’Israël. Elle était présente ici-même il y a un an, et a prêté serment d’allégeance à l’Etat d’Israël et à ses lois. Je n’ai pas l’intention de museler la liberté d’expression, mais il ne s’agit pas ici de liberté d’expression : la flotille pour Gaza était une flotille terroriste, et la députée Zoabi doit être punie. Nous n’avons pas besoin de chevaux de Troie à la Knesset ».

On reconnaît la stratégie Nazie des années trente. Isoler, discréditer, éliminer les Juifs, les communistes, les patriotes. L’infamie suprême : Traître ! La paranoïa anticommuniste, pendant la guerre froide, cherchait partout l’ennemi intérieur.

Par rapport à la droite israélienne, la nôtre en France fait figure de gauchiste !

Le discours de la député de la droite israélienne m’a fait penser au serment d’allégeance à Pétain que les magistrats étaient obligés de prêter. La totalité des magistrats français a prêté serment d’allégeance à Pétain sauf un : Paul Didier a refusé le 2 septembre 1941. Il est arrêté le 6 septembre 1941 et envoyé au camp d’internement de Châteaubriant. Libéré en février 1942, il est assigné à résidence dans sa maison familiale de Moux (Aude). Il rejoint la Résistance et participe à plusieurs actions dans les Corbières. À la Libération, il est vice-président du Comité de Libération de Moux. C’était un homme exceptionnel. Il a sauvé l’honneur des magistrats.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>