COMITE VALMY

Accueil du site > - L’UNION de la RESISTANCE, le CNR, son programme, NOS REFERENCES. > ORIENTATION STRATEGIQUE Résistance républicaine, patriotique et sociale - (...) > Le Comité Valmy dénonce le processus de dénationalisation de la Constitution (...)

Déclaration du Comité Valmy du 21 juillet 08

Le Comité Valmy dénonce le processus de dénationalisation de la Constitution de la République, la non consultation et la mise à l’écart du peuple de France.

lundi 21 juillet 2008, par Comité Valmy


Nicolas Sarkozy est donc parvenu à obtenir à une voix près, à ce que la majorité de 3/5 des parlementaires réunis en Congrès, partage sans vergogne sa propre responsabilité dans ce nouveau renoncement institutionnel, antinational et anti-démocratique que représente ce prétendu « toilettage » qui est la 24ème révision constitutionnelle depuis 1958.

Ce résultat, une nouvelle régression des institutions de la République aura été obtenu non en sollicitant chez les députés et les sénateurs leur civisme, leur vision en conscience du bien public et de l’intérêt supérieur de la France républicaine, mais bien ouvertement et les Français en sont témoins, au travers d’une suite de marchandages entre maquignons de la politique, de pratiques de copinage, de pressions, de chantages, de menaces et de récompenses. (Le oui de Jack Lang contre la promesse d’être nommé « défenseur » des citoyens ?)

Les modifications voulues par Nicolas Sarkozy se traduiront notamment par une plus grande concentration de ses propres pouvoirs et non de ceux d’un parlement de plus en plus réduit au rôle de faire valoir et de chambres d’enregistrement ainsi que par une diminution supplémentaire des compétences du premier ministre et du gouvernement.

Elles ouvrent une nouvelle étape dans le processus de dénationalisation et de démantèlement de nos institutions, de leur vassalisation et de leur européisation laquelle s’accompagne en même temps, de l’expression d’un rapprochement idéologique, chez N. Sarkozy, vis-à-vis du modèle institutionnel des Etats-Unis.

Le Comité Valmy dénonce fermement ce nouveau forfait mené contre les institutions de la République, l’indépendance nationale, la souveraineté populaire et la démocratie. Il souligne le fait que le peuple de France, le peuple souverain, une fois de plus non consulté, est tenu à l’écart de toute possibilité de déterminer son avenir et celui des générations futures. Il rappelle sa position de principe selon laquelle toute modification de la Constitution doit être soumise démocratiquement au vote de notre peuple, par voie référendaire.

De plus au moment où Nicolas Sarkozy multiplie les ingérences dans les affaires du peuple irlandais pour le faire revoter afin de contredire son non au traité de Lisbonne, nous demandons que tous les peuples d’Europe, dont le notre, auxquels des ratifications de ce traité ont été imposées par voie parlementaire, puissent exprimer directement leur volonté souveraine par référendum.
Tous doivent pouvoir voter.

Déclaration du Comité Valmy 21 juillet 08 .

16 Messages de forum

  • faire une petition de destitution du president. cela me semble d’une neccessité absolue.
  • Aux Urnes Citoyens ! Citoyens français : votez ! Votez pour un président, des députés, indirectement des sénateurs, tous ceux qui disent être vos représentants, vos élus, et qui non contents de ne pas vous représenter, en adoptant plein de lois qui vous défavorisent vous enlèvent le peu qui vous reste de pouvoir. Et en plus ils se rient de vous, ils vous prennent pour des crétins ! Vous en voulez la preuve ? La voici :

    Vous vous rappelez que notre Superstar Analphabète Ridicule Keuf et Opportuniste Zélé Yachtman !, bling-bling pour les amis, avait promis avant son élection, plus de pouvoir démocratique aux français. Il avait, le jour de son investiture (Voir la vidéo http://www.election-presidentielle.fr/ ?p=984) déclaré que le Français est : « un citoyen qui ne veut pas renoncer,(…), ne veut plus que l’on décide à sa place, que l’on pense à sa place“ . Eh bien, chers ciyoyens-électeurs, il a tenu parole ! Une fois n’est pas coutume ! En effet, lui, son gouvernement, son Assemblée Nationale et son Sénat on pondu et adopté, il y a à peine quelques jours ,une magnifique révision de la Constitution. Bien sûr sans consultation populaire. Ils instaurent ce qu’ils nomment en grande pompe le Référendum D’Initiative Populaire. Nous avons là une clique au pouvoir amoureuse de la démocratie diriez-vous ! Bravo ! Applaudissements dans les chaumières !

    Seulement voilà, il faut y regarder d’un peu plus près. Comme vous le savez peut-être, le Référendum d’Initiative Populaire ou Référendum d’Initiative Citoyenne est comme son nom l’indique un référendum dont l’initiative vient directement des citoyens et non de leurs représentants pipos. Un tel référendum peut porter sur l’adoption ou l’abrogation d’une loi ou sur une révision de la Constitution. Voir le site www.ric-france.fr

    Pour qu’il ait lieu, soit pour que l’initiative soit effective, il faut qu’un certain nombre de citoyens le demandent. Et c’est là où on rigole ! Le Référendum d’Initiative Populaire existe dans d’autres pays : la Suisse, l’Italie, l’Uruguay, beaucoup d’Etats du Brésil et des Etats-Unis. Voici quelques exemples du nombre de signatures exigées : Italie : 500.000 Suisse : 50.000 Californie : 400.000 environ Uruguay : 100.000 environ, etc.

    En France, ne riez pas SVP, ils ont dit qu’il en faut 4,4 millions ! 10% des inscrits ! 4,4 millions de signatures !

    Attendez, c’est pas fini, il faut aussi plus de 180 députés et sénateurs !

    Voilà le beau geste démocratique du président bling-bling et de ses sbires ! Dire merci n’est pas interdit. Vous pouvez le faire sur le site de l’Elysée courrier.president@elysee.fr , celui de l’AN infos@assemblee-nationale.fr et celui du Sénat communication@senat.fr et notices-senateurs@senat.fr et aussi directement à chacun de vos députés par un petit message de reconnaissance du genre :

    "Merci d’avoir donné aux français un Référendum d’Initiative Citoyenne impossible à réaliser. C’est un beau cadeau. On ne l’oubliera pas !

    Un citoyen reconnaissant."

  • PETITE FILLE DE RESISTANTS, FILLE DE JUGE, J’ai peur pour nous tous : cet homme a été élu par une majorité qui ignore notre histoire française ; il sait très bien qu’avec le gouvernement qui le soutient, les mesures qu’il font passer en force face à nous qui n’en voulions pas, n’a aucune chance de repasser dans quatre ans ; donc, il va petit à petit nous instaurer une dictature, c’est ce qu’il est entrain de faire : concentrer ses pouvoirs dans une Constitution de 1958, dangereuse dèja au moment où elle a été instaurée par Le Général De Gaulle. Il l’avait inscrite dans la démocratie par la consultation du peuple par le Référendum. Donc, nous sommes entrain de rentrer dans une période plus que critique pour tous, les riches de plus en plus riches et des pauvres ignorés, relégués, qui n’ont plus à être consultés. Je trouve que La France est mise à sac, pendant qu’à l’extérieur, on se moque de nous !
    • Le dossier Tapie met en lumière les pratiques d’arbitrage.

      L’arbitrage est-il, comme certains l’ont affirmé avec l’affaire Tapie, un « détournement de la justice » ?

      Le 11 juillet, les trois arbitres saisis par le Consortium de réalisation (CDR), chargé de gérer pour l’Etat le passif du Crédit lyonnais – Pierre Mazeaud, ex-président du Conseil constitutionnel, Jean-Denis Bredin, avocat, et Pierre Estoup, ancien président de la cour d’appel de Versailles – ont accordé 285 millions d’euros à M. Tapie, après plus de dix ans de procédures judiciaires.

      « On a voulu mettre en place des arbitres pour éviter la décision de justice dont on savait qu’elle serait défavorable à Bernard Tapie », a accusé le président du MoDem, François Bayrou.

      Le Monde.fr : Les 300 000 euros d’honoraires accordés à chacun des trois arbitres de l’affaire Tapie se situent-ils dans la norme ?

      Thomas Clay : Si ce montant est avéré, on peut dire qu’il est rarement atteint dans les cas d’arbitrages internes, surtout pour une affaire qui n’apparaît, de prime abord, ni extraordinairement longue, ni extraordinairement complexe. On trouve en revanche de telles rémunérations dans les arbitrages internationaux.

      http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/07/23/le-dossier-tapie-met-en-lumiere-les-pratiques-d-arbitrage_1076231_3224.html#ens_id=1072762

      En clair :

      Trois arbitres ont décidé que les contribuables français devraient verser 285 millions d’euros à Bernard Tapie.

      Ces trois arbitres sont :

      1- Pierre Estoup, ancien président de la Cour d’Appel de Versailles.

      2- Pierre Mazeaud, ancien ministre et ancien député, proche de Jacques Chirac.

      3- Jean-Denis Bredin, ancien vice-président du Mouvement des Radicaux de Gauche, le parti politique auquel appartenait Bernard Tapie !

      Ces trois arbitres seront payés 300 000 euros chacun.

      Coût total pour les contribuables français : 286 millions d’euros.

      C’est le scandale politique de l’année 2008.

      • Il nous faut faire une pétition ! Dans ma région, il y a plus de gens qui détestent Sarkosy et qui réfléchissent à l’idée de ne plus voter ; Étant donné que nos votes ne servent à rien !

        Nous devons agire et enfin comprendre que qui que se soit comme élu et candidat, ils sont dans la même branche !

        A savoir, les organisations liés à la franc-maçonnerie.

        Ces organisations qui agissent dans l’ombre !

        Agir dans l’ombre alors que nous sommes en démocratie et dans un pays "libre", relève de la corruption !

        L’ère féodale arrive !

        • Vendredi 25 juillet, dans Le Monde.fr, François Bayrou écrit un article exceptionnel. Quoi que l’on pense de François Bayrou, il faut lire cet article :

          « Les insultes proférées par M. Tapie à mon encontre (on comprend bien pourquoi) ne changeront rien aux dix affirmations suivantes, qui permettront à chacun de se faire une opinion.

          1) Si M. Tapie a gain de cause, c’est le contribuable qui va payer. Le CDR (Consortium De Réalisation), structure destinée à liquider les actifs douteux du Crédit lyonnais, dont la quasi-totalité des activités ont cessé au 31 décembre 2006, n’a aucune autonomie financière. Son financement est assuré par l’EPFR (Etablissement Public de Financement et de Restructuration), alimenté par les crédits budgétaires de l’Etat, donc par le contribuable.

          2) Il n’y a pas eu de décision de justice. C’est une décision politique. La procédure d’arbitrage est une procédure privée destinée au monde des affaires. Quand les intérêts de l’Etat et du contribuable sont en jeu, c’est un principe absolu du droit que l’arbitrage est interdit ; seules les juridictions instaurées par la loi sont compétentes.

          3) Les principes de l’Etat de droit sont foulés aux pieds. C’est par crainte de décisions de justice défavorables à M.Tapie que le sommet de l’Etat a imposé une telle procédure d’arbitrage, sans appel possible. La seule décision favorable à M.Tapie a été cassée en des termes d’une dureté inhabituelle par la Cour de cassation, plus haute juridiction de l’ordre judiciaire français, réunie exceptionnellement en formation plénière, sous la présidence de son premier président. Que l’Etat ait pu décider de renoncer à un tel avantage juridique et moral est sans précédent.

          Il faut noter qu’un autre principe général du droit est mis en cause : il ne peut y avoir de justice que contradictoire, or M. Tapie a été entendu, mais pas ses contradicteurs, ni Jean Peyrelevade qui a redressé le Crédit lyonnais, ni Jean-Pierre Aubert, président du CDR, jusqu’à la clôture de ses activités.

          4) Dans la vente d’Adidas, M. Tapie n’a pas été perdant, il a été gagnant. D’ailleurs, c’est lui-même qui a fixé le prix de vente. Adidas a été acheté en 1990 avec un prêt à court terme de 1,6 milliard de francs, à échéance en 1992. A cette date, l’entreprise mal gérée est en situation dramatique. Ne pouvant assurer son échéance, M. Tapie, ancien et bientôt nouveau ministre de la ville, décide alors de la vendre. Il cherche à en obtenir 2 milliards de francs mais l’acheteur (Pentland), découvrant l’étendue des dégâts, retire son offre. C’est alors que M. Tapie donne mandat à la banque de vendre l’entreprise, pour une somme d’un peu plus de 2 milliards de francs qu’il a lui-même fixée. Opération qui lui rapportera au total, si l’on en croit une expertise et une ordonnance judiciaire de l’époque, la somme de 200 millions de francs.

          5) L’Etat va prendre à sa charge les dettes de M. Tapie. Contrairement à ce qui est répété en boucle, l’Etat ne va rien récupérer de ses créances. C’est lui qui va payer pour les dettes du groupe Tapie, totalement extérieures à l’affaire Adidas, et qui n’ont jamais été honorées. En particulier, le groupe de M.Tapie a depuis des années des millions de dettes fiscales et sociales vis-à-vis de l’Etat et de l’Urssaf. "Qui paye ses dettes s’enrichit." Ici, c’est l’Etat qui paye les dettes de M. Tapie, et c’est M. Tapie qui s’enrichit.

          6) 285 millions d’euros, c’est l’équivalent de la totalité des salaires annuels des 11000 postes d’enseignants supprimés cette année. C’est une somme tellement astronomique que le citoyen ne peut pas s’en faire une idée. Traduite en salaires d’enseignant, c’est plus de 11000 postes à l’année. Si on y adjoint les intérêts, on atteint 400millions, cela représente une somme suffisante pour effacer l’essentiel du déficit des hôpitaux publics du pays.

          7) 45 millions d’euros pour "préjudice moral", c’est une insulte. A l’intérieur de cette addition, les 45 millions d’euros pour "préjudice moral" (le mot ne manque pas de sel) sont une insulte pour le citoyen. Quelques comparaisons pour en prendre la mesure : cette somme est l’équivalent de 4 000 années de travail au SMIC. Et l’indemnité moyenne pour une veuve après la mort d’un conjoint victime de l’amiante est de 45 000 euros, soit mille fois moins.

          8 ) Tout était fait pour que l’affaire passe inaperçue. La décision d’arbitrage, dont le principe avait été décidé en catimini, largement orientée à l’avance par des montants d’indemnisation définis noir sur blanc, a été annoncée à un moment bien choisi : le vendredi soir ouvrant le week-end du 14 juillet à 17h30, pour que toutes les procédures soient entérinées avant le 15 août.

          9) Pendant ce temps, on pressure les pauvres gens jusqu’au dernier centime. On va supprimer les allocations aux chômeurs qui refuseront un emploi trop éloigné de chez eux ou sous-payé. Je connais une jeune femme qui a été contrainte de rembourser une année de RMI parce qu’elle avait fait quelques heures de ménage sans les déclarer. Les faibles sont sans défense, mais le pouvoir enrichit avec complaisance ses affidés.

          10) Le problème, ce n’est pas M. Tapie, c’est l’Etat et ceux qui sont à sa tête. Il y a toujours eu, il y aura toujours, des aventuriers qui se jouent des banques, du fisc, de la loi. Mais en principe l’Etat est là pour faire respecter les règles de droit et l’argent public.

          Ici, au contraire par le fait du prince, parce qu’il s’agit de soutiens ou de complices dans un certain nombre d’opérations politiques, passées, présentes ou à venir, l’Etat protège et enrichit ceux qui se moquent de sa loi. Le message est clair : sous ce régime, " qui n’est pas avec moi est contre moi ", et qui est avec moi est protégé et peut sabler le champagne. L’affaire Tapie donne la mesure de l’abaissement de l’Etat.

          Voir en ligne : http://www.lemonde.fr/politique/art...

        • CIVILISATION

          Chaban-Delmas avait inventé : « La nouvelle Société » et on a jamais su ce que c’était. Le ZEBULON de l’Elysée, en tirebouchonnant du cou a parlé de « nouvelle civilisation ». Pour l’explication, il nous a renvoyés à son philosophe préfère MORIN. Depuis 20 siècles, nous sommes dans l’ère chrétienne et l’on qualifie notre civilisation de Judéo-chrétienne. Au début, elle était presque uniquement catholique, puis, peu à peu, elle s’est judaïsée par les greffages de la réforme, entre autres. L’inquisition a bien essayé, par une réaction violente, de revenir à la domination catholique, mais, à partir de 1789 on a vu décliner l’influence catholique. Le Concordat Napoléonien a fait « long feu » et en 1905, la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat a consacré le déclin chrétien inéluctable. Notre civilisation judéo-Chrétienne devenait de moins en moins chrétienne. Enfin, dès 1962 et la décolonisation, le phénomène s’est accentué par l’immigration galopante A partir de 1974, et après que Wouari Boumédienne, Président de la république islamique d’Algérie déguisée en « démocratie populaire » ait affirmé à l’ONU :

          Nous ferons la conquête des pays riches avec le ventre de nos femmes.

          Valéry Giscard d’Estaing a obtempéré en ouvrant les frontières à l’Islam africain surmultiplié par l’invention du catastrophique REGROUPEMENT FAMILIAL. Son successeur en a rajouté en leur disant :

          Vous êtes ici chez vous

          Merci Monsieur Mitterrand et vive le socialisme à la française. Et notre civilisation, dans tout cela ? Elle est confiée a ce qui reste du judéo Chrétien.

          Qu’ont de commun :

          Muammar Khadafi, Nicolas Sarkozy, Dominique Strauss Khan, Bernard Kouchner, Djack Lang, Jacques Attali, Laurent Fabius…..Etc.… Nos maîtres à penser ? Réponse :

          N° 1 - LEURS MAMANS

          N°2 – L’OUBLI DE LEUR DEVOIR DE MEMOIRE

          Citation extraite du web Les devoirs de mémoire Ils sont indispensables pour éviter le renouvellement des conséquences tragiques. Car il y a deux devoirs de mémoire : le devoir de mémoire des causes et le devoir de mémoire des conséquences. Ce n’est pas en stigmatisant les conséquences qu’on peut espérer que les causes renouvelées n’engendreront pas les mêmes conséquences. Cela risque d’arriver, avec d’autres peuples, si une communauté supérieure maintient une autorité abusive sur une autre communauté dite inférieure. La colonisation en fut un exemple......

          Cette citation montre bien que d’une civilisation judéo-chrétienne on glisse inexorablement à la civilisation judéo musulmane.

          Pour substituer la charia au code pénal et pour contourner la loin de 1905 Zébulon a trouvé l’adjectif idéal : le signe algébrique. Pour le code pénal, la discrimination, devenue positive, contournerait à la loi. Pour la constitution, la laïcité positive échapperait à la loi de 1905. Pourquoi pas ! Puisque l’on contourne l’inaliénabilité du domaine public par le mot « déclassement ». Le référendum pour une constitution européenne débile devient obsolète en remplaçant constitution par « règlement ». Après tout, le droit public comme le droit constitutionnel ou le droit pénal, ce n’est qu’une question de vocabulaire….semble-t-il ?

          A un peuple de « vaincus » on peut tout faire avaler

          Alors que faire ?

          De la grammaire, en mettant au pluriel le vieux slogan anticlérical :

          « A bas les calottes »

          Toutes les calottes, de toutes les sectes, mafias et Eglises, conquérantes et dominatrices.

          Puisqu’on est en pleine mondialisation commençons en Anglais par le plus urgent :

          ISLAM GO HOME

          EMIGRATION ET DEVELOPPEMENT

          L’émigration vers l’Europe appauvrit les pays de départ autant que les pays d’arrivée. On peut redresser la situation. Pour développer et aider les pays de départ ce ne sont pas des ONG qu’il faut et surtout pas des « blancs »., Des « blancs », ils n’ en veulent plus. C’est bien connu : ils sont colonialistes et racistes. Il faut les prendre en otages et leur faire la peau. Tous ces pauvres gens que l’on s’est ruinés à nourrir, loger, soigner et former peuvent retrouver leur fierté. Pourquoi ne feraient-ils pas comme DANTON qui préféra la guillotine à l’exil en proclamant :

          « On emporte pas sa patrie à la semelle de ses souliers »

          Cela s’appelle le retour au pays avec de nouvelles valeurs morales et des connaissances techniques indispensables au développement. Vive le MRAP (Mouvement pour le retour au pays). Les imbéciles qui nous gouvernent ne rêvent, comme les militaires, que des « gros bataillons ». Notre général de Gaulle voyait déjà la France de 100 millions d’habitants. Or elle stagne à 45 millions de Français en cours de métissages avec 20 millions d’émigrés dont au moins 15 millions d’origine musulmane, toutes couleurs confondues.

          C’est ce qu’on appelle chercher des problèmes aux solutions.

          On voit même un JUPPE et un ATTALI prôner la reprise massive de l’émigration comme si, seule, la fameuse « répartition » devait payer les retraites….avec des chômeurs. Quels beaux économistes avons nous là. Un jour, ils vont redécouvrir ce qui fit la fortune de leurs ancêtres israélites : la thésaurisation. Elle redevient possible dès que les gouvernants n’ont plus la possibilité de faire « marcher la planche à billets ». Or, quand on a le courage de lire les idioties de la fameuse constitution Giscardo-européenne, on trouve un article où le déficit budgétaire est prévu puisqu’on le limite un peu. Vous pouvez en faire autant de votre propre budget, c’est déjà officialisé, et on appelle cela le surendettement. On a même prévu que la responsabilité du prêteur était inexistante et que c’était au contribuable de payer. Cela : c’est ce fameux génie économique qui est une forme de l’exception française. …..

          Marseillaise !

    • La Résistance continue même si elle n’a pas pris les armes. Dans tous les cas, pour s’en sortir il faut commencer par décontaminer la population, c’est-à-dire, prendre en main les médias et en premier la télé, de gré ou de force : Internet ne suffit pas, et nos "représentants", à quelques exceptions près ne pensent qu’à eux.

      Voir en ligne : Résister


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>