COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > Révolution : Renouvin répond à Gauchet

Source : Marianne2 - Samedi 24 Juillet 2010

Révolution : Renouvin répond à Gauchet

mardi 27 juillet 2010, par Comité Valmy


Bertrand Renouvin revient sur la tribune publiée par Marcel Gauchet dans « Le Monde ». Selon lui, le programme d’une révolution économique et sociale existe, seuls manquent un homme et un parti capables de l’incarner.

L’affaire Bettencourt n’est pas terminée mais Marcel Gauchet a livré au Monde (18-19 juillet) les principales conclusions politiques que nous pouvons en tirer :

Les promesses de Nicolas Sarkozy sont devenues odieuses : les déjà-riches nous annonçaient l’enrichissement par le travail. Mais « la France qui se lève tôt » découvre chaque matin que les riches décomplexés sont toujours plus riches, échappent à l’impôt, se livrent à maintes turpitudes et vivent en osmose avec les dirigeants politiques. Or Monsieur Woerth, au cœur de la tornade, prépare une réforme qui appauvrira les retraités ; Monsieur Fillon, qui le couvre, annonce la rigueur qui implique la baisse du pouvoir d’achat et la récession ; Monsieur Sarkozy, qui dépense des sommes folles pour sa propagande, défend bec et ongles le bouclier fiscal qui fait faire de bien belles économies à Madame Bettencourt. Celle-ci, soit dit en passant, devrait se trouver en garde à vue depuis belle lurette.

Toute l’équipe dirigeante est discréditée mais cette fraction droitière de l’oligarchie réagit comme la gauche naguère visée par des affaires pas plus reluisantes : elle est persuadée que le peuple français oubliera ce feuilleton, comme tant d’autres. Elle se trompe. Marcel Gauchet a raison de dire qu’il y a « une sorte de dimension subliminale de la mémoire politique dans une société ». L’amnésie est illusoire : depuis la nuit du Fouquet’s, les déceptions et le ressentiment s’accumulent d’autant plus fortement que « le culte de la chose publique est plus fortement intériorisé en France que partout ailleurs ». D’où l’échec, irrémédiable, du supposé président : « Les gens sont donc très choqués quand les individus au pouvoir se comportent en individus privés. La plus grande faille de Nicolas Sarkozy, c’est qu’il n’a pas le sens de l’institution. Le côté privé du personnage prend toujours le dessus. Il n’arrive pas à être un homme d’Etat ».

Cette situation n’est pas réjouissante car les dirigeants socialistes feraient la même politique ultralibérale que leurs compères de droite – mais en prenant soin d’y adjoindre quelques mesures fiscales et deux ou trois ambulances sociales. D’où le constat de Marcel Gauchet : « Le climat de la société française n’est pas révolutionnaire, mais il est habité par une révolte sourde et un sentiment de distance radicale à l’égard du personnel dirigeant ». Je partage ce point de vue mais je me sépare du rédacteur en chef du Débat lorsqu’il affirme ce qui suit : « Pour qu’il y ait une révolution, il faut qu’il y ait un programme révolutionnaire [...] Or, nous sommes dans des sociétés dont le climat moral est dépressif, parce qu’elles sont confrontées à des problèmes dont elles ne voient pas la solution ».

Pourtant, le programme de la révolution économique et sociale existe : Jacques Sapir a récemment mis au clair ses principes, sa stratégie et sa tactique, ce qui permet aux « hétérodoxes » de débattre en toute connaissance de cause (1) et de présenter les nouvelles idées et les précisions qui pourraient nous permettre de sortir de la crise provoquée par les ultralibéraux.

Ce programme révolutionnaire est celui d’une petite fraction des élites françaises – chercheurs, journalistes, syndicalistes, fonctionnaires – et de petits groupes de citoyens fidèles au gaullisme ou au socialisme authentiques. Mais il est vrai que la plupart des responsables politiques et syndicaux refusent d’envisager un protectionnisme européen, thème qui est ignoré dans l’opinion publique parce que les grands médias continuent d’imposer le débat convenu entre ultralibéraux et socio-libéraux et de donner la parole à des « experts » qui sont pour la plupart liés aux milieux financiers. Sur ce point, Marcel Gauchet a raison : la société française n’est pas informée de l’alternative à l’ultralibéralisme et il est urgent que le courant hétérodoxe développe ses moyens d’expression.

L’obstacle médiatique ne serait pas insurmontable si le programme révolutionnaire était promu par un parti politique et par des dirigeants capables de se faire porter au pouvoir.

Là est l’impasse. L’ultralibéralisme agonise sous nos yeux, l’oligarchie est discréditée, le programme de salut public est au point, les étapes de la politique de redressement peuvent être rapidement précisées – mais il n’y a pas de chef de guerre (sociale) pour nous rassembler et nous conduire à la victoire. Nous ? La masse militante importante, peut-être considérable, formée par les orphelins du gaullisme, les socialistes patriotes, les anciens du Parti communiste, les syndicalistes déçus par leurs chefs, les libéraux qui ont pris la mesure, grâce à Maurice Allais et Jean-Luc Gréau, de la catastrophe libre-échangiste.

Cette masse pourrait s’organiser au sein d’un Parti républicain (royalistes compris, car nous avons tous le même souci de la chose publique) ou si l’on veut être plus précis d’un Parti patriote révolutionnaire. Mais Dominique de Villepin, enfermé dans la droite gaulliste et Jean-Luc Mélenchon, qui se voit seulement en héros de la gauche radicale, refusent d’accomplir leur propre révolution afin de devenir des hommes de rassemblement. Ils nous déçoivent mais surtout ils font courir un risque très grave au pays : la percée fulgurante d’un tribun de la plèbe qui reprendra le thème nationaliste et l’adaptera à la crise économique et sociale.

(1) cf. ma chronique n°23 : Les propositions de Jacques Sapir.

3 Messages de forum

  • Révolution : Renouvin répond à Gauchet

    11 août 2010 14:12, par Germinal
    Villepin révolutionnaire ? Allons, soyons sérieux ! Mélanger l’eau et le feu ? On ne sait que trop bien ce qu’il adviendra dans ce cas de la Révolution : elle sera récupérée inexorablement par les plus forts, c’est à dire les bourgeois les plus riches qui n’hésiteront pas à ce moment là à se situer sur l’échiquier politique.
  • Révolution : Renouvin répond à Gauchet

    12 août 2010 22:02, par Jean-Michel DARIOSECQ

    Voilà en effet exactement la question politique de notre époque : "La masse militante importante formée par les orphelins du gaullisme, les socialistes patriotes, les anciens du Parti communiste, les syndicalistes déçus par leurs chefs, les libéraux qui ont pris la mesure de la catastrophe libre-échangiste" pourrait-elle "s’organiser au sein d’un Parti républicain patriote révolutionnaire" ?

    On peut certes regretter qu’il "n’y ait pas de chef de guerre (sociale) pour nous rassembler et nous conduire à la victoire". Et que les médias dominants occultent systématiquement toute solution anti-libre-échangiste, avec la complicité de tous les leaders politiques actuels, que ce soit dans les partis dits "de gouvernement" ou dans ceux qui leur servent (à gauche ou à droite) de rateaux à voix.

    Mais si cela ne se fait pas, c’est qu’il y a probablement des raisons multifactorielles : épuisement social pour la survie quotidienne, découragement face au politique en général (depuis que la France a adopté le modèle bipartidaire blanc bonnet et bonnet blanc), aggravation des mentalités individualistes et consuméristes (en particulier chez les jeunes générations), poids écrasant des médias de masse (de marché ou d’Etat) dans le formatage idéologique, etc.

    Il y a aussi le fait important que les vrais opposants au libéralisme (donc au libre-échange sous tous ses aspects) sont assez hétérogènes sur bien d’autres sujets économiques, politiques, sociaux et environnementaux. Le plus basique étant la "croissance", considérée sincèrement par certains comme la seule solution pour sortir de la crise et par d’autres comme une impasse désormais condamnée.

    C’est pourquoi il peut paraitre plus sage de ne pas espérer un nouveau grand parti unique idéal, mais de se contenter de "fronts", provisoires et hétérogènes, rassemblant des organisations variées, chaque front étant focalisé sur un seul objectif à la fois et programmé pour s’auto-dissoudre automatiquement une fois celui-ci atteint. Inutile donc de le qualifier définitivement de républicain, patriote, révolutionnaire, populaire, etc...

    Or l’urgence aujourd’hui, c’est la sortie de l’Euro comme monnaie unique (mais pas comme monnaie commune) et de l’Union Européenne (qui en l’état et de par les traités mêmes, n’est pas amendable et ne sera jamais sociale).

    Donc pourquoi ne pas appeler à la création d’un "front provisoire hétérogène pour la sortie de l’Euro et de l’Union Européenne", rassemblant toutes les bonnes volontés sur ce seul objectif ?

    Tout comme la Résistance avait d’abord celui de chasser l’occupant nazi, ce front aurait celui de se libérer du joug européiste, puisque l’UE joue pour les peuples européens exactement le même rôle que le FMI pour les peuples du Tiers Monde, tous deux au service des "marchés".

    On sait d’avance que les programmes pour "après" des diverses composantes de ce front sont et seront différents voire opposés. Mais plutôt que de s’épuiser en négociations interminables ou à rechercher un consensus introuvable, autant unir nos forces dans un seul but commun mais limité.

    Le problème pour les potentiels leaders, c’est qu’un front provisoire qui prévoit de s’auto-dissoudre, ce n’est guère porteur en terme de carrière...

    • Révolution : Renouvin répond à Gauchet 4 octobre 2010 14:44, par Martin GUILHEM
      Pour aller dans le sens de Bertrand Renouvin et Jean-michel Dariosecq : Vous touchez là le coeur du probleme de la situation actuelle ; je ferais un ajout : on pourrait peut etre elargir en plus de la sortie de l’Euro a 2 ou 3 autres objectifs et ne pas penser a priori que ce FRONT se dissoudra rapidement . Pourquoi ne commencerions nous pas a presenter un candidat commun pour les prochaines legislatives ? Martin GUILHEM(Aude). Jean-Pieere CHEVENEMENT2002,ex-RIF et actuellement a DLR.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>