COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > La Russie lance une grande offensive en Syrie par Karine (...)

La Russie lance une grande offensive en Syrie
par Karine Bechet-Golovko

jeudi 17 novembre 2016, par Comité Valmy


Frégate Amiral Grigorovich

La Russie lance une grande offensive en Syrie

Peu après cette conversation téléphonique entre V. Poutine et D. Trump qui fait trembler l’UE et les néoconservateurs qui la soutiennent, la Russie a lancé une opération de grande envergure en Syrie. Au-delà de l’effet militaire, cette décision a un effet psychologique et politique loin d’être négligeable, tant pour la position de la Russie sur la scène internationale que pour la force de d’attraction des groupes terroristes.

Le 14 novembre, à l’initiative conjointe du président russe et du président nouvellement élu des Etats Unis, s’est tenue la première conversation téléphonique entre les deux grandes puissances. Le ton a rapidement été donné, cordial, les deux présidents regrettant tous les deux l’état actuel des relations russo-américaines, étant d’accord pour travailler à leur normalisation et à la mise en oeuvre d’une lutte commune contre le terrorisme. Forcément, la position radicalement anti-russe de l’UE, position liée au pouvoir des néoconservateurs et néo-trotskystes aux Etats Unis, s’intègre difficilement dans ce nouveau panorama. D’où l’inquiétude. Mais pas uniquement. Car même si un nouveau Président a été élu, les tenants de ces groupes représentent des forces qui n’ont pas disparues, se battent encore et vont devoir, temporairement ou non, se déplacer vers un nouveau "centre". Le cerveau a besoin d’un corps pour exister.

Suite au lancement de la campagne russe en Syrie, l’on voit encore ces réactions résiduelles, lancées par l’Observatoire des droits de l’homme syrien basé en Grande Bretagne, repris par les porte-paroles américains,accusant la Russie d’avoir bombardé 5 hôpitaux à Alep, Alep où elle ne vole plus depuis près de 30 jours. Le ministère de la défense russe a évidemment réfuté ces acusations, encore une fois, portées sans preuve, le but étant non pas de protéger réellement des civils en Syrie - auxquels ils n’apportent pas d’aide humanitaire - mais de continuer la guerre de l’information, autant que possible, avant de devoir laisser la place à une nouvelle équipe.

En attendant, la Russie a diffusé les images des cibles touchées sur le site du ministère de la défense.

Lancement des missiles Kalibr et Bastion :

Pour cela, le porte-avion Amiral Kuznetsov a été préparé à sa première intervention militaire. La guerre en Syrie étant également l’occasion pour la Russie de tester son armée et de perfectionner son armement.


"Today, we started a major operation to launch massive strikes on Daesh and al-Nusra Front targets in the Idlib and Homs provinces [in Syria]," (...) "The Admiral Kuznetsov aircraft carrying cruiser began taking part in operations for the first time in the history of the Russian Navy. Our Su-33 aircraft began working from this cruiser today. Before this, we carried out very careful, thorough reconnaissance of all targets," Shoigu said.

La frégate russe Amiral Grigorovich a lancé l’opération avec les missiles :

Afin de protéger la population civile, la Russie a décidé de ne pas toucher Alep, mais s’est concentrée sur des cibles très précises, dans lesquelles l’on ne compte pas de civils. Ainsi, les casernes furent également exclues, pour ne pas risquer de toucher l’opposition "modérée".


Shoigu said that the Russian Armed Forces launch strikes on terrorists’ plants in Syria, especially those producing poisonous substances. "It’s clear that it’s a well-organized industrial production, that’s why we carry out strikes [on terrorist plants]." (...) "Ammunition depots, terrorist training centers and plants producing different means of unconventional weapons are the main targets of the strikes."

Cette démonstration de force conjuguée à l’offensive que continue de mener l’armée syrienne au sol et avec son aviation porte un coup dur aux groupes terroristes en Syrie. Dans la mesure où la bataille de Mossoul conduit à une fuite colossale des groupes armées en dehors de la ville, voire du pays, il est important de faire en sorte qu’ils ne puissent être "bien acueillis" en Syrie.

par Karine Bechet-Golovko
mercredi 16 novembre 2016

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>