COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Les à côtés de l’assassinat de l’ambassadeur russe en Turquie par Karine (...)

Les à côtés de l’assassinat
de l’ambassadeur russe en Turquie
par Karine Bechet-Golovko

mardi 20 décembre 2016, par Comité Valmy


Les à côtés de l’assassinat
de l’ambassadeur russe en Turquie

L’assassinat de l’ambassadeur russe, Andreï Karlov, ne remettra pas en cause le processus de paix en Syrie, initié par la Russie avec la Turquie et l’Iran. La position présidentielle est sans appel, un groupe d’enquêteurs a été envoyé par ailleurs assister la police turque afin de découvrir qui se cache derrière cet acte de terrorisme international. Après la libération d’Alep et le lancement d’un processus de paix en Syrie qui échappe à la mainmise américaine, cet attentat fait réfléchir.

Lors de l’inauguration au musée d’art contemporain de l’exposition "La Russie par les yeux des turcs", le 19 décembre, A. Karlov, ambassadeur de Russie en Turquie depuis 2014, a été tué de plusieurs balles dans le dos par un homme en costume de la sécurité situé derrière lui.

Il est décédé très rapidement. Le tireur a été tué. Son identité a été rapidement révélée par la Turquie, il s’agit d’un ancien policier, qui a été limogé suite au coup d’état pour son implication avec Gullen, actuellement résidant et protégé par les Etats Unis et soupçonné par la Turquie d’être derrière le coup d’état. Selon CNN turc, il serait également affilié à Al Nusra.

Les condoléances n’ont pas tardées, et de l’ONU, et de l’UE et des Etats Unis. Les Etats Unis qui ont par ailleurs proposé leur "aide" pour l’enquête. La Russie, sur ordre du Président et après en avoir discuté avec la Turquie, a déjà envoyé une équipe d’enquête sur place. Car si l’identité du tireur est établie, il reste à découvrir qui est derrière.

Et la déclaration du Président russe ne laisse aucune place au doute quant à la détermination de la Russie :

Selon V. Poutine, cet attentat est une provocation visant tout à la fois à remettre en cause le rapprochement entre la Russie et la Turquie, mais également à compromettre le processus de négociations politiques lancé par la Russie, avec la Turquie et l’Iran à propos de la Syrie. Processus qui cour-circuite la coalition américaine, qui jusqu’à présent, n’a pas été capable de conduire l’opposition à un dialogue politique et protège certains groupes affiliés à Al Nusra.

Le ministre russe des affaires étrangères doit recevoir aujourd’hui à Moscou ses homologues turc et iranien, au sujet de la Syrie, ainsi que les ministres de la défense de ces pays. Ensuite, le dialogue doit se construire avec les opposants et le pouvoir syrien, non pas à Genève où l’échec et le manque de volonté fut évident pour chacun, mais au Kazakhstan. Cette initiative n’est pas pour plaire à la coalition américaine, qui perd la main.

L’attentat contre l’ambassadeur turc à la veille d’un évènement de cette ampleur complique, certes, la situation mais ne remet pas en cause le processus. Même si, justement, A. Karlov, travaillait en Turquie sur la question des relations avec l’opposition en Syrie et était très au fait de la situation sur le terrain. Son assassinat n’est pas un hasard.

Paix à son âme.

Karine Bechet-Golovko
mardi 20 décembre 2016

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>