COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Le Livre (du coup d’état) Blanc par Manlio Dinucci

L’art de la guerre

Le Livre (du coup d’état) Blanc
par Manlio Dinucci

mercredi 15 février 2017, par Comité Valmy


Italie. Réunion du Conseil suprême de Défense : lignes directrices du Livre blanc et limites infranchissables aux réductions des dépenses

Le Livre (du coup d’état) Blanc

Pendant que les projecteurs médiatiques étaient braqués sur Sanremo (festival de la chanson, ndt), où s’est exhibée même Roberta Pinotti (ministre italienne de la « défense », ndt) chantant les louanges des missions militaires qui « ramènent la paix », le Conseil des ministres a approuvé le 10 février le projet de loi qui permettra la mise en application du « Livre Blanc pour la sécurité internationale et la défense » sous signature de la ministre Pinotti, déléguant au gouvernement « la révision du modèle opérationnel des Forces armées ». Révision, dans le sens « amélioratif », de celui opéré dans les guerres auxquelles l’Italie a participé depuis 1991, en violant sa propre Constitution.

Après être passé pendant 25 années d’un gouvernement à l’autre, avec la complicité d’un parlement presque totalement consentant ou inerte qui ne l’a jamais discuté en tant que tel, il est maintenant sur le point de devenir loi de l’Etat. Un coup d’état blanc, qui est en train de passer sous silence.

Aux Forces armées se trouvent assignées quatre missions, qui renversent complètement la Constitution. La défense de la Patrie établie par l’Article 52 se trouve reformulée, dans la première mission, comme défense des « intérêts vitaux du pays ». D’où la seconde mission : « contribution à la défense collective de l’Alliance Atlantique et au maintien de la stabilité dans les aires incidentes sur la mer Méditerranée, pour la tutelle des intérêts vitaux ou stratégiques du pays ». La répudiation de la guerre comme instrument d’atteinte à la liberté des autres peuples et comme moyen de résolution des conflits internationaux, établie par l’Article 11, est remplacée dans la troisième mission par la « gestion des crises en dehors des aires d’intervention prioritaire, afin de garantir la paix et la légalité internationale ».

Le Livre Blanc démolit ainsi les piliers constitutionnels de la République italienne, qui se trouve reconfigurée comme puissance s’arrogeant le droit d’intervenir militairement dans les aires donnant sur la Méditerranée - Afrique du Nord, Moyen-Orient, Balkans- en soutien de ses propres intérêts économiques et stratégiques, et, en dehors de ces aires, partout dans le monde où sont en jeu les intérêts de l’Occident représentés par l’Otan sous commandement USA.

La Loi cadre entrée en vigueur en 2016 est fonctionnelle à tout cela : elle institutionnalise les missions militaires à l’étranger, constituant pour leur financement un fonds spécifique auprès du Ministère de l’économie et des finances. Enfin, comme quatrième mission, on confie aux Forces armées sur le plan intérieur la « sauvegarde des libres institutions », avec des « devoirs spécifiques en cas d’extraordinaire nécessité et urgence », formule vague qui se prête à des mesures autoritaires et à des stratégies destructrices.

Le nouveau modèle accroît fortement les pouvoirs du Chef d’état-major de la dé-fense y compris sous le profil technico-administratif et, en même temps, ouvre la porte des Forces armées à des « dirigeants provenant du secteur privé » qui pour-ront assumer les charges de Secrétaire général, responsable de l’aire technico-administrative de la Défense, et de Directeur national des armements. Charges clé qui permettront aux puissants groupes de l’industrie militaire d’entrer avec des fonc-tions dirigeantes dans les Forces armées et de les piloter selon leurs intérêts liés à la guerre.

L’industrie militaire est définie dans le Livre Blanc comme « pilier du Sistema Paese 1) » parce qu’il « contribue, à travers les exportations, au rééquilibre de la balance commerciale et à la promotion de produits de l’industrie nationale dans des secteurs à haute rémunération », en créant « des emplois qualifiés ».

Il ne reste plus qu’à réécrire l’Article 1 de la Constitution, en précisant que notre république, autrefois démocratique, est fondée sur le travail de l’industrie guerrière.

Manlio Dinucci

Edition de mardi 14 février 2017 de il manifesto
https://ilmanifesto.it/il-libro-del-golpe-bianco/
Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Pour les versions non italiennes, Constitution de la République italienne (1947) : ART. 1er : L’Italie est une République démocratique, fondée sur le travail. La souveraineté appartient au peuple, qui l’exerce dans les formes et dans les limites de la Constitution.
ART. 11 : L’Italie répudie la guerre en tant qu’instrument d’atteinte à la liberté des autres peuples et comme mode de solution des conflits internationaux ; elle consent, dans des conditions de réciprocité avec les autres États, aux limitations de souveraineté nécessaires à un ordre qui assure la paix et la justice entre les Na-tions ; elle aide et favorise les organisations internationales poursuivant ce but.
ART. 52  : La défense de la Patrie est un devoir sacré du citoyen.
Le service militaire est obligatoire dans les limites et selon les normes établies par la loi. Son accomplissement ne porte atteinte ni à la situation de travail du citoyen, ni à l’exercice de ses droits politiques. L’organisation des Forces armées se conforme à l’esprit démocratique de la République.
https://www.senato.it/documenti/repository/istituzione/costituzione_francese.pdf

1) Néologisme politicien pour désigner le système productif du pays, ndt.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette