COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Emmanuel "Rothschild" Macron : La réponse des globalistes à Trump, Poutine (...)

Macron premier couteau de l’oligarchie

Emmanuel "Rothschild" Macron :
La réponse des globalistes à Trump, Poutine et Le Pen
par Ruslan Ostashko

mercredi 22 février 2017, par Comité Valmy


Emmanuel "Rothschild" Macron :
La réponse des globalistes à Trump, Poutine et Le Pen

La situation entourant les élections françaises montre clairement de quel genre d’adversaires habiles et expérimentés il s’agit. L’oligarchie supranationale et la bureaucratie sont des adversaires véritablement dangereux qui ne sont pas simples à traiter, même si Poutine et Trump acceptent de coopérer contre eux.

La caractéristique la plus dangereuse de cette oligarchie supranationale et de cette bureaucratie que Poutine a mentionnée à Valdai, n’est pas ses ressources financières ou son accès aux leviers du pouvoir - bien que cela soit très important. L’aspect le plus dangereux est la capacité des Soroses et des Kagans à apprendre. Les élites supranationales qui, jusqu’à récemment, contrôlaient complètement les Etats-Unis et influencent désormais de façon décisive la politique européenne, ne ressemblent en rien au dernier Politburo soviétique, décrépit et inadéquat. Ils sont un groupe d’hommes d’affaires et de politiciens intelligents et expérimentés qui peuvent encore répandre beaucoup de sang.

Regardez ce qui se passe en France et vous verrez à quel point, subtilement, efficacement et prudemment, ils ont trompé les électeurs français et manipulé leurs émotions en leur faveur.

Il y a tout juste un mois, la majorité des experts préféraient le candidat François Fillon, aimé du public français, qui avait un taux élevé d’approbation, un fort soutien du parti et qui pouvait profiter du fait que les électeurs sont malades et fatigués de l’establishment politique existant et de François Hollande en particulier. La candidature de Fillon convenait tout à fait à la Russie et il semblait que tout irait bien. Mais non.

L’oligarchie supranationale et la bureaucratie infligèrent un double coup. Tout d’abord, ils ont trouvé sur Fillion une saleté ridicule, même selon les normes européennes. Étant donné la promotion totale des médias, sa cote d’approbation s’est effectivement effondrée. Même ses camarades membres du parti ont maintenant exigé qu’il jette l’éponge.

Deuxièmement, l’oligarchie supranationale a clairement démontré qu’elle a tiré les leçons de la victoire de Trump aux États-Unis et a rapidement organisé l’apparition d’un candidat soi-disant indépendant et anti-système qui va s’attaquer à ce même électorat protestataire qui est fatigué des politiciens ennuyeux et corrompus.

Rencontrez Emmanuel Macron - un politicien français, ex-ministre de l’économie, et ancien banquier d’investissement pour les Rothschild. Les employés des services de renseignement aimeraient bien sûr préciser qu’il n’y a pas d’anciens banquiers.

L’histoire de l’émergence de Macron dans la course présidentielle montre la facilité avec laquelle les banquiers d’investissement, les spécialistes de relations publiques et les médias sont capables d’élaborer un candidat anti-système. Il ne se présente pas à l’élection de partis ennuyeux : il a formé son propre mouvement qui est considéré comme ni de gauche ni de droite, mais qui peut prendre le maximum d’électeurs insatisfaits dans toutes les extrémités du spectre politique. Son programme est intitulé ni plus ni moins que "Révolution !" Et promet aux électeurs d’être bon pour tout et contre tout ce qui est mauvais - sans beaucoup de détails.

L’image du banquier révolutionnaire me paraît un peu débile. Mais, à en juger par les enquêtes, certains électeurs n’y voient pas de contradiction. Même si nous admettons la possibilité que ces enquêtes exagèrent délibérément la cote de Macron, les résultats de sa campagne de relations publiques sont tout de même impressionnants.

Les agents de relations publiques de Macron ont maintenant réussi à combiner dans son image deux choses incompatibles : c’est comme s’il était pour un néolibéralisme économique doux, pour l’homme du commun et contre l’establishment. Il est aussi en faveur de l’Europe et du multiculturalisme, mais ils essaient de ne pas tenir compte de ces aspects : vous ne savez jamais à quel moment la prochaine attaque terroriste ou le viol en masse pourront avoir lieu.

Il est très probable que le prochain tour des élections en France verra s’affronter Marine Le Pen et Macron. Il faut reconnaître que cet ancien banquier Rothschild a une grande chance de gagner puisque tous les médias et les partis de l’establishment s’agiteront pour lui. Sa victoire ne pourrait être contrecarrée que par un scandale très sérieux comme l’exposition des correspondances secrètes de Hillary Clinton, ou par une mobilisation sans précédent des eurosceptiques français. En général, les espoirs reposent tous sur les hackers russes et Julian Assange (*).

Enfin je vous le dit non pas parce que ça, ou les prochaines élections françaises, sont très intéressantes, mais pour souligner que la victoire de Macron ne serait en rien tragique - nous y survivrons certainement. Mais en observant la façon dont son image publique est construite et les messages qui sont envoyés dans sa campagne électorale, on ne peut pas oublier que nos adversaires géopolitiques sont certainement en train de préparer leur propre Macron pour les élections présidentielles en Russie. Ils ont même plusieurs Macrons potentiels qu’ils vont déguiser en révolutionnaires, populistes, diseurs de vérité, et combattants contre la corruption et l’establishment. Les efforts dans ce sens sont déjà en cours.

Regardez comment on construit les images de Navalny, Kasyanov, et même de Roizman. Les stratèges politiques de Moscou s’empressent déjà de chuchoter la candidature de ce dernier. Mais je voudrais dire qu’heureusement la Russie n’est pas la France. Il n’y a pas ici de candidat qui ait autant de chances, et c’est très bien.

Ruslan Ostashko
14 février 2017

* Note de la rédaction : les organisateurs de la campagne de Macron ont pris les devants et déjà répondu l’attaque supposée de fausses nouvelles (voir l’article http://comite-valmy.org/spip.php ?article8250)

Ruslan Ostashko est l’éditeur en chef du site PolitRussia.com (http://politrussia.com/) et de sa chaine Youtube (https://www.youtube.com/channel/UCjxq8PsQ_On_-gI5LqNoVzA)

Source :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette