COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > CONSEIL ATLANTIQUE NORD À BRUXELLES L’Otan non « obsolète » se prépare avec (...)

CONSEIL ATLANTIQUE NORD À BRUXELLES
L’Otan non « obsolète »
se prépare avec Mattis à d’autres guerres
par Manlio Dinucci

samedi 18 février 2017, par Comité Valmy


Le Secrétaire à la défense américain James Mattis et le Secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg, donnent une conférence de presse à Bruxelles, le 15 février 2017.

CONSEIL ATLANTIQUE NORD À BRUXELLES

L’Otan non « obsolète »
se prépare avec Mattis à d’autres guerres

A la réunion du Conseil Atlantique-Nord, qui s’est ouverte le 15 février à Bruxelles, la ministre Pinotti et les autres ministres européens de la Défense ont poussé un soupir de soulagement : l’Otan n’est pas « obsolète », comme avait dit le président Trump. Dans sa première déclaration officielle hier à Bruxelles, le nouveau secrétaire étasu-nien à la Défense, Jim Mattis, a assuré que l’Otan reste « la base fondamentale pour les Etats-Unis ».

C’est « l’alliance militaire qui dans l’histoire a eu le plus grand succès », a-t-il dit aux journalistes pendant qu’il était en vol vers Bruxelles, apportant comme preuve de l’engagement étasunien dans l’Alliance le fait que l’unique commandement Otan avec quartier général aux Etats-Unis est celui du Commandant suprême allié pour la transformation (Sact), charge déjà assumée par Mattis lui-même. Le Sact, responsable du Comité militaire (la plus haute autorité militaire de l’Otan), « promeut et contrôle la transformation continue des forces et capacités de l’Alliance ». Dans les 20 dernières années, a souligné Mattis, l’Otan s’est transformée (elle a en effet englobé tous les pays de l’ex Pacte de Varsovie, trois de l’ex URSS et trois de l’ex Yougoslavie), mais « doit continuer à se transformer pour s’adapter à ce qui s’est passé en 2014, année de tournant dans laquelle nos espoirs de quelque partenariat avec la Russie se sont démontrés infructueux ». Il faut pour cela « êtres certains que le lien transatlantique reste fort ». Pour preuve de cela, le secrétaire général de l’Otan Stoltenberg, dans sa déclaration conjointe avec le secrétaire Mattis, a confirmé hier que « des troupes et équipements étasuniens sont en train d’arriver en Pologne et dans les pays baltes, montrant clairement la détermination des Etats-Unis de rester aux côtés de l’Europe dans cette période tourmentée ».

Sous commandement des Etats-Unis (à qui revient la charge du Commandant suprême allé en Europe), l’Otan continue ainsi à s’agrandir à l’Est, à renforcer le déploiement sur le front oriental en fonction anti-Russie, malgré les intentions déclarées du président Trump d’ouvrir une négociation avec Moscou. En même temps, l’Otan potentialise le front méridional avec de nouveaux dispositifs militaires. « Aujourd’hui nous déciderons de constituer un nouveau Hub pour le Sud auprès de notre Commandement de la force conjointe à Naples », a annoncé Stoltenberg, en soulignant que « cela nous permettra d’évaluer et affronter les menaces provenant de la région, en complément du travail réalisé par notre nouvelle Division de renseigne-ment constituée ici au quartier général Otan ».

Avec grande satisfaction pour la ministre Pinotti, l’importance de l’Italie augmente dans ce que Stoltenberg, en ouvrant le Conseil Atlantique Nord, a défini comme « projection de stabilité au-delà de nos frontières ». Le nouveau « Hub pour le Sud », qui sera réalisé à Naples, constituera la base opérationnelle pour la projection de forces terrestres, aériennes et navales dans une « région » aux contours indéfinis, comprenant Afrique du Nord et Moyen-Orient mais aussi des aires au-delà de celles-ci. Pour de telles opérations est disponible la « Force de riposte » de l’Otan, augmentée à 40 mille soldats, en particulier sa « Force de pointe à très haute rapidité opéra-tive », qui peut être projetée en 48 heures « partout à n’importe quel moment ». Le nouveau « Hub pour le Sud », réalisé auprès du Commandement de la force conjointe allié avec quartier général à Lago Patria (Naples), sera sous les ordres de l’aguerrie amirale étasunienne Michelle Howard qui, en plus d’être à la tête du Commandement Otan, est commandante des Forces navales USA pour l’Europe et des Forces navales USA pour l’Afrique. Ainsi même le nouveau « Hub pour le Sud » entrera dans la chaîne de commandement du Pentagone.

Tout cela a un prix. Mattis a rappelé la demande péremptoire que tous les alliés européens portent la dépense pour la « défense » à au moins 2% du PIB. Seuls cinq pays Otan ont atteint ou dépassé ce niveau : Etats-Unis (3,6%), Grèce, Grande-Bretagne, Estonie et Pologne. L’Italie est derrière avec « à peine » 1,1% du PIB, mais elle est en train de faire des progrès : selon les données officielles Otan, la dépense italienne pour la « défense » a augmenté en 2015-2016 de 17.642 à 19.980 millions d’euros, équivalents en moyenne à 55 millions d’euros par jour. La dépense militaire effective est beaucoup plus haute, car le bilan de la « défense » ne comprend pas les missions militaires à l’extérieur, financées par un fonds spécifique auprès du Ministère de l’économie et des finances, ni le coût d’importants armements financés aussi par la Loi de stabilité. Stoltenberg, heureux, annonce qu’enfin l’Otan « a tourné une page », en accroissant la dépense militaire en 2015-2016 de 3,8% en termes réels, c’est-à-dire d’environ 10 milliards de dollars. La ministre Pinotti est confiante dans le fait que l’Italie arrivera aux 2%, c’est-à-dire à dépenser 100 millions d’euros par jour pour la « défense ».

Le chômage augmentera, mais nous aurons la satisfaction d’avoir à Naples le nouveau « Hub pour le Sud ».

Manlio Dinucci

Edition de jeudi 16 février 2017 de il manitesto
https://ilmanifesto.it/altro-che-obsoleta-la-nato-con-mattis-si-allarga-a-sud-con-un-hub-di-guerra/
Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette