COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Les chrétiens d’Orient : un message d’espoir du général Aoun - Par Soraya (...)

Les chrétiens d’Orient : un message d’espoir du général Aoun - Par Soraya Hélou

mercredi 29 septembre 2010, par Comité Valmy


C’est un sujet délicat et de la plus haute importance : y a-t-il encore un rôle pour les chrétiens dans la région, après leur exode massif d’Irak et de Palestine et l’émigration constante des jeunes au Liban ? Les chrétiens du Liban n’aiment pas évoquer ce sujet car, comme ils le font depuis des années, ils préfèrent se cacher la tête dans le sable et continuer à se comporter de façon suicidaire en favorisant les divisions entre eux sans avoir une vision claire pour l’avenir. Un homme a voulu pourtant briser ce mur du silence et tout en rappelant le rôle pionnier des chrétiens dans l’ensemble de la région, il a voulu leur faire prendre conscience des dangers qui menacent leur présence, tout comme il a voulu les pousser à s’entendre avec leurs partenaires musulmans, puisque, en fin de compte, tous vénèrent un même Dieu. Cet homme, c’est le général Michel Aoun, qui a profité de la tenue prochaine du synode pour le Moyen Orient, organisé par le Vatican à partir du 10 octobre, pour adresser un message d’ouverture et d’entente aux chrétiens du Liban, aux musulmans et au monde entier.

Dans un exposé clair et concis, le général Aoun a expliqué sa vision du rôle essentiel des chrétiens dans la région, mais un rôle conçu en harmonie avec les musulmans. « Plus nous nous rapprochons de nos frères dans la patrie, a dit le général, et plus nous réussissons ».

Allant à l’encontre de la tendance actuelle occidentale qui cherche à diaboliser l’islam et à ne retenir de lui que l’image des quelques groupes extrémistes, Aoun a expliqué que les causes de l’émigration chrétienne de la région ne sont pas uniquement dûes à la crainte de l’extrémisme religieux. Il a insisté sur le fait que la création d’"Israël" et le partage de la Palestine ainsi que l’instabilité politique et économique sont aussi en grande partie responsables de l’émigration des chrétiens.

Le général Aoun a repris pour son compte la cause palestinienne, demandant au monde occidental à quoi serviraient les chrétiens s’ils perdaient le berceau du Christ ?

Sans le dire explicitement dans le document qu’il a adressé aux participants au synode, Aoun a quand même laissé entendre que l’Occident est aussi responsable de l’exode des chrétiens, notamment en Irak où près d’un million d’entre eux est parti alors que les troupes américaines occupent le pays. Il a aussi mis l’accent sur les pressions exercées par les Israéliens pour faire fuir les habitants de Jérusalem et pour obtenir une reconnaissance de la judaïsation d’"Israël", bafouant ainsi toute idée de tolérance et d’acceptation de l’autre et modifiant la physionomie de l’ensemble de la région.

En parlant ainsi-et ce document ne s’adresse pas seulement aux Libanais, puisqu’il est destiné à faire partie des outils de travail proposés aux évêques de la région en présence du Pape Benoît XVI- Aoun a lancé un appel vibrant aux chrétiens et à ceux qui se soucient de leur sort de ne pas abandonner leur terre et au contraire de s’y accrocher pour donner au monde une leçon d’ouverture, d’harmonie entre les religions et de tolérance. Si les chrétiens quittent la région, déclare Michel Aoun, le Mal règnera alors et cela signifiera que les extrémistes auront eu raison et que les religions et les civilisations ne peuvent que s’affronter. Lui fait le pari contraire et il a donné un message d’espoir aux chrétiens, en leur assurant qu’il y a un avenir pour eux dans la région à travers l’entente avec leurs frères musulmans. A travers ces propos, le général Aoun confirme une fois de plus le choix qu’il a fait le 5 février 2006 en signant un document d’alliance avec le Hezbollah qui a changé la vie et la perception de nombreux chrétiens à l’égard de ce parti. Il l’avait dit ce jour-là, cette alliance est stratégique car elle repose sur une vision et la conviction d’un avenir commun. Il le confirme aujourd’hui à travers le document envoyé au Synode, qui doit en principe constituer un témoignage fort de la situation des chrétiens dans la région donné par un chrétien qui a connu des moments de gloire et des revers et qui a tiré toutes les leçons du passé pour le bien des Libanais, des chrétiens et des Arabes. Aoun a aussi invité les chrétiens à ne pas avoir peur, à briser les barrages psychologiques qu’on leur a dressés avec les musulmans et surtout à écouter les principes de leur religion qui est faite d’amour et de tolérance et le message que leur donne leur terre qui leur crie chaque jour : ne me laissez pas.

Par ce document, le général Aoun a donc laissé de côté les considérations politiques courantes, pour replacer les problèmes dans leur dimension stratégique : "Israël" et ses alliés cherchent à effriter la région et à la diviser en entités ethniques et religieuses hostiles pour pouvoir les dominer et leur faire accepter l’implantation des réfugiés palestiniens, après le départ massif des chrétiens. Vue de haut, l’équation est simple, tellement simple qu’on ne comprend pas comment tous les Libanais ne la voient pas. Mais certains ont malheureusement choisi de fermer les yeux et ce sont eux qui demain, critiqueront Aoun pour faire oublier ce message très important.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>