COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > Washington inflige des sanctions directes contre Maduro qui rejette les « (...)

Washington inflige des sanctions directes contre Maduro qui rejette les « ordres impérialistes »
- Al Manar

mardi 1er août 2017, par Comité Valmy


Washington inflige des sanctions directes contre Maduro qui rejette les « ordres impérialistes »

Les Etats-Unis ont infligé des sanctions directes au président vénézuélien Nicolas Maduro après l’élection d’une toute puissante Assemblée constituante voulue par le président vénézuélien qui a lui dit rejeter les « ordres impérialistes ».

« Les élections illégitimes d’hier confirment que Maduro est un dictateur qui méprise la volonté du peuple vénézuélien », a tonné le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin cité lundi soir dans un communiqué de son ministère qui annonce le « gel » de « tous les avoirs » que possèderait le président vénézuélien aux Etats-Unis.

Il est extrêmement rare que le gouvernement américain prenne des sanctions contre un chef d’Etat étranger en exercice.

Maduro est seulement le quatrième président à être ainsi sanctionné par Washington, rejoignant un « club exclusif » composé des présidents syrien Bachar al-Assad, nord-coréen Kim Jong-Un et zimbabwéen Robert Mugabe.

La réaction de Washington est survenue au lendemain de l’élection de l’Assemblée constituante voulue par le président socialiste.

« Je n’obéis pas aux ordres impérialistes, je n’obéis pas aux gouvernements étrangers, je suis un président libre », a affirmé quelques heures plus tard M. Maduro dans une allocution télévisée.

Selon le président vénézuélien, les décisions du gouvernement américain soulignent « l’impuissance, le désespoir, sa haine » à l’issue du vote de dimanche.

« Je suis tellement fier, M. Trump, allez-y alors », a lancé le président socialiste, avant d’ajouter « je suis puni parce que je n’obéis pas aux ordres des gouvernements étrangers ».

« Qu’ils prennent les sanctions qui leur plaisent, mais le peuple vénézuélien a décidé d’être libre », a ajouté M. Maduro.

La Constituante de 545 membres, qui doit diriger le pays pour une durée indéterminée, doit s’installer mercredi au siège du Parlement dominé depuis 2016 par l’opposition, qui ne reconnaît pas la nouvelle Assemblée.

Cette dernière, qui se situe au-dessus de tous les pouvoirs, y compris du président, doit rédiger une nouvelle Constitution remplaçant celle promulguée en 1999 par le défunt président Hugo Chavez.

Maduro a qualifié d’historique le scrutin auquel ont participé plus de huit millions d’électeurs, soit 41,5% du corps électoral.

Le résultat de l’élection a été accueilli par des condamnations internationales. Avant la décision de Washington de geler les avoirs de Nicolas Maduro, l’Union européenne avait fait part de sa préoccupation sur le « sort de la démocratie » au Venezuela.

Une dizaine de pays, des Etats-Unis à la Colombie, en passant par l’Argentine ou l’Espagne, ont annoncé qu’ils ne reconnaîtraient pas la Constituante.

A l’inverse, la Russie, Cuba, le Nicaragua, la Bolivie et le Salvador ont apporté leur soutien à M. Maduro. La Havane a dénoncé lundi soir une « opération internationale » contre le Venezuela dirigée par les Etats-Unis pour ne pas reconnaître « la volonté » du peuple vénézuélien.

Répondant sur le ton du défi à cette opprobre –« on s’en fiche de ce que dit Trump ! Ce qui nous importe c’est ce que dit le peuple du Venezuela ! »–, M. Maduro a souhaité que la Constituante lève l’immunité des parlementaires de l’opposition pour qu’ils soient jugés.

Source : Avec AFP

1er août 2017


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette