COMITE VALMY

Accueil du site > - GEOPOLITIQUE > Le pétrole russe va en Chine, l’Europe est inquiète

Source : Voix de la Russie - 28.09.2010,

Le pétrole russe va en Chine, l’Europe est inquiète

mardi 5 octobre 2010, par Comité Valmy


Le président de Russie Dmitri Medvedev et son homologue chinois Hu Jintao ont présidé la cérémonie d’inauguration de l’oléoduc Russie-Chine. Les livraisons du pétrole russe par embranchement « Skovorodino-Daqing » commenceront à partir du 1er janvier 2011 et représenteront 15 millions de t par an. Ensuite viendra le tour des contrats importants pour la livraison du gaz naturel russe en Chine. La sortie de la Russie sur le marché asiatique change la donne sur le marché mondial des ressources énergétiques.

Jusque là les pays européens étaient les principaux consommateurs du pétrole et du gaz naturel russes. Une bonne partie de l’industrie du Vieux Monde fonctionne avec des matières premières russes. Les hydrocarbures extraits dans la mer du Nord ne suffisent plus à couvrir les besoins du continent. Les nouvelles sources d’énergie, plus écologiques - éolienne, solaire, biocarburant - pour le moment ne sont pas de même capables de satisfaire l’essentiel des besoins. Sans déjà parler de l’industrie chimique, qui est inconcevable sans le pétrole et le gaz. Et il en sera ainsi encore assez longtemps. On le comprend très bien en Europe. On comprend également que la Russie est en droit de s’attendre à des avantages à tirer de la diversification dans la sphère de l’énergie, est persuadé Kirill Tanaïev, directeur général du Fonds de la Politique efficace :

La perspective est évidente ! Puisque l’Europe négocie assez durement avec la Russie les modalités des livraisons d’hydrocarbures. Nous pouvons désormais différencier nos exportations. De la même façon l’Europe considère normal et justifié pour elle d’avoir des tracés alternatifs d’importation d’hydrocarbures afin de les obtenir de différents marchés et non de la seule Russie. Notre pays se doit absolument de développer de nouveaux tracés d’exportation de ses hydrocarbures, pour ne pas dépendre trop d’un seul client.

Ce nouveau partenariat énergétique de la Russie a suscité de l’inquiétude en Europe. Nombreux sont les médias à considérer qu’en tournant ses regards du côté de la Chine, Moscou diminue sa dépendance vis-à-vis de l’Europe. Désormais il lui sera beaucoup plus difficile d’obtenir des hydrocarbures russes à bas prix. D’autre part, la Chine est aussi un négociateur dur. Pour le moment on n’a pas réussi à se mettre d’accord sur le prix du gaz naturel russe. Mais c’est là une question du temps. Gazprom russe a annoncé avoir déjà concerté les modalités du contrat sur la livraison à la Chine de 30 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an. Pour sa part, le vice-Premier ministre de Russie Igor Sétchine a déclaré que Moscou était prête à couvrir tous les besoins de la Chine en gaz naturel.

2 Messages de forum

  • Depuis le temps que je (me) dis qu’il faudra arriver à se passer du pétrole... Ces géants tomberont du même coup !
  • Le pétrole russe va en Chine, l’Europe est inquiète

    8 octobre 2010 14:13, par Frouville A. R
    On ne se passera pas du pétrole. La Russie est devenue le producteur majeur de l’Eurasie. Elle aurait une large avance technologique dans la prospection _exploitation sur l’Occident. La Chine lui offre des débouchés illimités. Le centre du monde est en train de se nicher là. Ce centre aspire l’Iran et la Caspienne. Les gesticulations américaoines ne peuvent pas changer la géographie. Les pays d’Europe, sans ressources, vont devenir folkloriques à la périphérie de l’Eurasie. Ils pourraient surmonter le handicap s’ils en prenaient conscience. Ce n’est pas le cas actuellement. ARF.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette