COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > MANÁOS MANTA : Nouvel axe stratégique en Amérique du Sud par Comaguer

MANÁOS MANTA : Nouvel axe stratégique en Amérique du Sud par Comaguer

lundi 6 octobre 2008, par Comité Valmy

Le Comité VALMY est républicain, progressiste, patriote et internationaliste. Anti-impérialiste, il souhaite l’alliance des peuples du monde et des nations souveraines ou en cours de libération. Nous combattons pour une France libre et de progrès mais aussi pour un monde multipolaire, contre le Choc des civilisations voulu par les néo-libéraux conduits par les impérialistes étasuniens et autres "occidentalistes". L’évolution du rapport des forces en Amérique du Sud en faveur des peuples, face à la menace américaine de guerre est un élément géo-politique déterminant pour la paix mondiale. CB

Photo de la réunion de Manáos

Quatre chefs d’Etat d’Amérique du Sud se sont réunis et ont lancé officiellement le projet de construction d’un nouvel axe de transport transcontinental reliant le port fluvial brésilien de Manáos, capitale de l’Amazonie brésilienne, au port équatorien de Manta sur la côte Pacifique. Etaient donc rassemblés le 30 Septembre à Manáos les présidents, bolivien brésilien, équatorien et vénézuélien.

L’axe prévu traversera d’Est en Ouest la partie aujourd’hui la plus difficile d’accès de l’immense bassin amazonien et permettra aux trois pays qui n’ont pas d’accès direct à l’Océan Pacifique : Brésil, Bolivie et Venezuela de s’ouvrir ainsi un chemin vers le cœur de l’économie et du commerce contemporains. Jusqu’à présent, la Colombie est le seul pays d’Amérique du sud à être baigné par les deux océans : Atlantique et Pacifique.

Il manque bien sûr une signature sur l’accord : celle du Pérou car, si la Bolivie et le Venezuela ont une frontière commune avec le Brésil et pourront donc se connecter sur le nouvel axe à Manáos, ce n’est pas le cas de l’Equateur qui en est séparé par la partie amazonienne peu peuplée et peu accessible du Nord du Pérou.

Le projet est très ambitieux

Du point de vue économique il s’agit :
- d’ouvrir un axe de transport du bassin amazonien vers le Pacifique qui combinerait transport fluvial sur l’Amazone (Manáos est accessible à des navires de mer) et transport routier
- de faire de Manáos, où aboutissent les routes en provenance de Bolivie et du Venezuela, le carrefour des transports amazoniens
- de désenclaver une énorme partie de ce bassin
- de développer à Manta un nouveau port de dimension internationale

Pour l’Equateur en particulier ce projet constitue l’étape suivant nécessairement la fermeture de la base militaire US de Manta dont le bail vient à échéance en 2009 et dont la reconduction est désormais impossible puisque la nouvelle constitution équatorienne adoptée par 65 % des électeurs interdit la présence de bases militaires étrangères sur le sol de la république. Dans un pays pauvre où le dollar US est encore la monnaie officielle, il est facile de comprendre que les dépenses des militaires US basés à Manta et le loyer des terrains que l’armée US occupait (sur une base aérienne équatorienne préexistante) constituait une source de revenus qu’il va falloir remplacer. Le gouvernement équatorien s’en est préoccupé et deux décisions ont été prises : celle d’installer à Manta une raffinerie de pétrole qui sera construite avec la société nationale pétrolière du Venezuela (PDVSA) et celle d’y créer un nouveau port de grande taille et au gabarit des plus grands navires actuels dont la construction a été confiée à la multinationale portuaire chinoise de Hong-Kong HUTCHINSON PORTS HOLDING. Ce nouveau port viendra progressivement prendre la place du premier port équatorien actuel de GUAYAQUIL. Situé sur l’embouchure d’un fleuve et au milieu de la plus grande ville équatorienne, GUAYAQUIL ne peut être agrandi et il se créera autour de Manta un nouveau pôle de développement concurrent. La bourgeoisie de GUAYAQUIL, principal point d’appui de la droite pro-US et qui est, à proprement parler, une bourgeoisie bananière (l’Equateur est le premier exportateur mondial de bananes) est très mécontente de ces projets et la ville de GUAYAQUIL a été le seul endroit où le NON à la nouvelle constitution l’a emporté et encore de fort peu (un point d’écart).

Du point de vue militaire et stratégique : Cet axe est manifestement une réponse à la pénétration des forces spéciales composites (colombo-israélo-étasuniennes) qui, dans la forêt amazonienne, circulent aux confins du Pérou et de la Colombie et s’occupent d’infiltrer les pays considérés comme « ennemis » par l’Internationale Noire : Venezuela, Equateur et Bolivie.

Le Brésil n’est pas considéré à Washington comme un ennemi mais l’armée brésilienne qui veut rester maitresse chez elle se préoccupe depuis plusieurs années de la pénétration étrangère clandestine dans cette zone difficile. Qu’il ait accepté récemment le survol de cette zone par les bombardiers supersoniques russes TU 160 venus en visite au Venezuela est une preuve tangible de cette inquiétude.

Il y a fort à parier que ce projet va déclencher l’ire des mouvements écologiques occidentaux les plus radicaux qui vont mettre en avant la protection de la forêt amazonienne pour le combattre. Sans nier ce type de problèmes il faut souligner que la nouvelle constitution équatorienne est très avancée sur le chapitre de la protection de l’environnement et de la biodiversité et que les donneurs de leçon « occidentaux » risquent de servir de paravent à une riposte impérialiste au projet qui ne saurait tarder. Le caractère de « bonne conscience impérialiste » de ces mouvements se mesure non pas sur les problèmes qu’ils soulèvent, qu’il ne faut pas nier, mais sur la liste de leurs priorités d’intervention et sur l’origine géographique et sociale des financements et qu’ils reçoivent. La déforestation engendrée par le développement de la culture des agro-carburants est évidemment d’une toute autre ampleur que celle provoquée par l’ouverture d’un axe de transport qui, sur une bonne partie de son parcours, sera le fleuve lui-même.

Avec ce nouveau projet qui isole la Colombie (et auquel elle pourrait facilement s’associer en cas de changement de régime à Bogota), une nouvelle entreprise « bolivarienne » d’importance est lancée et se franchit un nouveau pas dans le long desserrement, de l’étreinte impérialiste sur le continent sud-américain.

En vert la forêt amazonienne et le bassin amazonien. L’Amazone a des sources dans 5 pays

Comaguer : Bulletin n°200– semaine 41 – 2008

comaguer@nomade.fr

2 Messages de forum

  • MANÁOS MANTA : Nouvel axe stratégique en Amérique du Sud par Comaguer

    7 octobre 2008 03:20, par Rodrigue Aristide alias"Rodrigo del Caribe"
    Caribéen de Guadeloupe, géographiquement américain (ne pas confondre avec "états-unien"),militant du développement durable, je me pose des questions quant à l’impact écologique de ces projets. Je remarque en passant que je n’ai pas vu de commentaires sur l’élargissement du canal da Panama et sur le fait quil faudra adapter des ports aux exigences Panamax, donc draguer, bouleverser des écosystèmes côtiers et marins. Faut-il continuer la compétition dans la démesure des projets de mal développement ? Rodrigo del Caribe alias Rodrigue Aristide.
  • MANÁOS MANTA : Nouvel axe stratégique en Amérique du Sud par Comaguer - Yannick

    Les grands projets d’infrastructures lourdes relèvent d’une vision du développement économique héritée du passé industriel ancien, qui a au moins 50 ans de retard : il est prouvé depuis longtemps que les investissements dans la recherche scientifique et l’éducation sont les plus rentables de tous pour la société considérée dans son ensemble et sur le long terme.La domination du Nord réside en grande partie dans sa maîtrise des technologies de pointe (ce n’est pas un hasard si les capitalistes américains ont fait de leur pays la plus grande puissance scientifique). Le développement du transport n’a de sens que dans le cadre d’une croissance continue du commerce international, qui rentre pleinement dans les objectifs des capitalites et impérialistes (ce type de projet est approuvé en silence par les instances internationales comme l’OMC) On peut y voir toute la difficulté de la révolution bolivarienne à rompre réellement avec le modèle hérité de la mondialisation capitaliste.Ce n’est pas de cette manière que les pays concernés pourront développer une économie plus auto-centrée, ni valoriser dans le futur un potentiel naturel qui ne pourra être utilisé efficacement sans un énorme progrès scientifique et une élévation considérable du niveau d’éducation scientifique de la population. S’il fallait un seul exemple du lien entre le projet d’infrastructres de transport et celui de l’impérialisme, il est évident que l’axe stratégique servira à exporter vers les USA les agro-carburants qui aggravent la déforestation en Amazonie, les exportations illégales de bois, de plantes et d’animaux, de viande bovine provenant des grandes exploitations dénoncées par les paysans pauvres, etc. C’est rendre un bien mauvais service à la Révolution Bolivarienne que de l’inciter à maintenir une spécialisation dans l’exportation de matière première ou de produits de base à faible valeur ajoutée, appelés inéxorablement à se dévaloriser face aux produits et , de plus en plus , aux services incorporant une haute valeur ajoutée d’origine scientifique ou technologique.La Révolution vit aujourd’hui d’une rente procurée par les hydro-carbures, ce qui la rend de facto dépendante du modèle économique nord-américain. Son grand défi sera d’en sortir, faute de quoi son échec est plus que probable.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>