COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Forces de sécurité aux frontières : les Etats-Unis s’attaquent à l’intégrité (...)

Forces de sécurité aux frontières : les Etats-Unis s’attaquent à l’intégrité territoriale de la Syrie
par Karine Bechet-Golovko

lundi 15 janvier 2018, par Comité Valmy


Forces de sécurité aux frontières : les Etats-Unis
s’attaquent à l’intégrité territoriale de la Syrie

Le combat contre Daesh ayant été perdu par la coalition américaine en Syrie, puisque non seulement Assad est toujours en place, mais il va le rester, les Etats-Unis ont mis en place un Plan B : armer une Force de sécurité aux frontières afin de réactiver le conflit en jouant, notamment, la carte kurde contre la Syrie et ses alliés.

Le journal The Defense Post dévoilait le 13 janvier la nouvelle opération lancée par les Etats-Unis en Syrie : créer des Forces de sécurité aux frontières composées à hauteur de 15 000 membres des Forces Démocratiques Syriennes (SDF), elles-mêmes composées de Kurdes (YPG) et d’arabes proches de l’Armée syrienne libre, dont on ne sait toujours pas si elle combattait Daesh ou Assad... S’y ajouteront les membres d’autres groupes d’opposition soutenus par la coalition. En tout, ces forces doivent atteindre le nombre de 30 000 hommes, encadrées par 2 000 militaires américains.

En soi, l’on pourrait penser que créer des forces de garde-frontière est une bonne chose. Tout Etat a besoin de frontières pour exister et les frontières ont besoin d’être gardées. Mais toute la question étant de savoir quelles frontières et dans quel but. Ici l’on voit une tentative à peine voilée des Etats-Unis de réactiver le conflit en provoquant d’une part la Turquie avec les Kurdes et d’autre part en mettant en place les conditions d’un nouveau conflit intérieur contre les forces de l’armée régulière syrienne, qui doivent défendre l’Etat contre le séparatisme.

Comme on peut le lire, ces Forces de sécurité aux frontières seront situées sur les zones contrôlées par les Etats-Unis (et leurs alliés) en fonction de leur origine : les Kurdes le long de l’Euphrate et les Arabes dans leurs régions. Officiellement, elles garderont les frontières avec la Turquie et l’Irak. Soit. Mais qui les empêche de garder "leurs" frontières, à l’intérieur de la Syrie et de conduire ainsi au morcellement du pays ?

Cette démarche n’est acceptée ni par la Syrie, ni par la Russie et les forces alliées concernées :


Le gouvernement du président syrien Bachar al-Assad, soutenu par la Russie et l’Iran, a récemment dit considérer les FDS comme des "traîtres" et les 2 000 soldats américains qui les encadrent comme une force d’occupation étrangère.

Ainsi, n’ayant pu sortir Assad de l’échiquier politique, les Américains tentent de déstabiliser la situation. Tout d’abord en provoquant la Turquie pour la forcer à intervenir contre les Kurdes du YPG, qu’elle considère comme des terroristes liés au PKK, mais que les Etats-Unis ont utilisé contre Daesh. Bien que, selon The Guardian, la Turquie ne soit pas la seule à considérer le PKK comme terroriste, le soutien à l’YPG n’est pas remis en cause par la coalition américaine. Mais les Kurdes iront-ils jusqu’à entrer à nouveau en guerre contre l’armée syrienne pour obtenir un Kurdistan indépendant, ce n’est pas évident. Au-delà du Kurdistan, réarmer et perfectionner les forces de l’opposition à Assad est une autre carte lancée pour affaiblir le processus de paix. Rappelons que l’opposition armée a refusé de participer aux négociations de paix à Sotchi. Les Etats-Unis jouent à nouveau sur l’opposition, recréant les conditions d’un conflit armé.

Par ailleurs, lors de l’audition au Sénat, David Satterfield, l’assistant du Conseilller pour le Moyen-Orient a déclaré que maintenant que Daesh est détruit, les Etats-Unis doivent se concentrer contre le rôle de l’Iran en Syrie. Autrement dit, la Turquie, l’Iran, il est important d’affaiblir les alliés de la Syrie.

Comme l’affirme le député russe V. Chamanov :

«  Le but (de Washington) est évident. Maintenir sa présence sur le territoire syrien et continuer à créer les conditions d’une déstabilisation pour renverser le régime d’el-Assad. (...) L’établissement de leur présence pour défendre leurs intérêts incompréhensibles a déjà dépassé toutes les limites possibles de la décence  »

Le conflit syrien entre ainsi dans une nouvelle phase. Alors que la Russie prépare la Conférence pour la paix en Syrie à Sotchi, les Etats-Unis préparent une nouvelle armée contre Assad, tentant ainsi de redistribuer les cartes pour une nouvelle partie. Chacun retrouvant son rôle, en quelque sorte.

Karine Bechet-Golovko
lundi 15 janvier 2018

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette