COMITE VALMY

Accueil du site > COMITE VALMY ANALYSES ET PROPOSITIONS - > L’éloge de Poutine pour Kim Jong-un contient un message pour Trump Par MK (...)

L’éloge de Poutine pour Kim Jong-un
contient un message pour Trump
Par MK BHADRAKUMAR

mardi 16 janvier 2018, par Comité Valmy


L’éloge de Poutine pour Kim Jong-un
contient un message pour Trump

Si un homme d’État « A » continue de qualifier un homme d’État « B » « d’homme intelligent », mais que celui-ci, au lieu de lui rendre la pareille, fait l’éloge d’une personne « C » le qualifiant » d’homme politique habile et mature « , alors que cet homme « C » est l’ennemi bien connu de l’homme d’État « A », le message devrait être assez évident.

Lorsque le président russe Vladimir Poutine a fait l’éloge de son homologue nord-coréen Kim Jong Un, que le président américain Donald Trump ridiculise en le traitant de » Litle Rocket Man » avec un « petit bouton », c’est à la fois symbolique et significatif pour les relations américano-russes.

Lors d’une réunion avec les principaux éditeurs russes jeudi dernier au Kremlin , Poutine a déclaré à propos de Kim :

« Je pense que Kim Jong Un a évidemment gagné cette manche. Il a atteint son objectif stratégique. Il a une ogive nucléaire, et maintenant il a aussi un missile avec une portée globale de 13 000 kilomètres, qui peut atteindre presque n’importe quelle partie du globe, du moins sur le territoire de son adversaire potentiel. Et maintenant il veut éclaircir, adoucir ou calmer la situation. C’est un homme politique habile et mature.

« Cependant, nous devrions être réalistes, et … agir de manière extrêmement prudente. Si nous voulons atteindre l’objectif difficile de dénucléariser la péninsule coréenne, nous devrons le faire par le dialogue et les pourparlers … nous pouvons accomplir cette mission si toutes les parties, y compris les Nord-Coréens, sont convaincues que leur sécurité peut être garantie sans armes nucléaires.

Pour le dire simplement, Poutine a félicité Kim pour avoir mené Trump en bateau tout en se concentrant résolument sur la réalisation de l’objectif central de « destruction mutuellement assurée » (MAD) vis-à-vis des États-Unis. Kim a maintenant son ogive nucléaire et son système de lancement. Désormais, la dénucléarisation de la Corée du Nord ne peut être possible que si les Etats-Unis et la Corée du Nord « deviennent convaincus que leur sécurité peut également être garantie sans armes nucléaires ».

Poutine a voulu dire que les petits pays ayant un sens aigu de la vulnérabilité ont recours à la voie nucléaire comme réponse asymétrique aux menaces perçues. Son avertissement est venu à la veille de la décision capitale de Trump vendredi de maintenir les Etats-Unis dans l’accord nucléaire iranien en renonçant à une série de sanctions jusqu’au 12 mai.

Les similitudes sont frappantes. Dans les deux cas, il n’y a vraiment aucune option militaire ouverte aux États-Unis, à l’exception des options comportant un risque énorme de destruction de ses propres ressources et vies humaines.

La capacité de l’Iran à contrecarrer l’agression américaine n’est pas plus petite que celle de la Corée du Nord. Tous deux se sont sentis obligés de s’engager sur la voie de la maîtrise nucléaire à la lumière de la menace existentielle que leur imposaient les États-Unis. Le nationalisme s’est transformé en anti-américanisme et aucune diabolisation ne peut cacher cette vérité désagréable.

Les risques américains ont été marginalisés. Poutine a souligné que Moscou voit très bien ce qu’il y a derrière la tentative occidentale de « détruire » les relations de la Russie avec l’Iran et la Turquie, et ajoute : « nous montrerons de la solidarité les uns avec les autres. » Ses remarques vont à l’encontre du compte à rebours de Trump.

Encore une fois, la Russie se positionne pour agir si les pourparlers entre les deux Corées gagnent du terrain, en prolongeant la ligne ferroviaire transsibérienne via la Corée du Nord jusqu’en Corée du Sud et en construisant des oléoducs et des gazoducs reliant la Sibérie et l’Extrême-Orient russe aux marchés coréens.

Sur un plan plus large, Poutine, sans aucun doute, avait également à l’esprit les pourparlers russo-américains actuels concernant un nouveau START (Strategic Arms Reduction Treaty). En fait, il a mentionné les pourparlers comme un addendum à ses remarques élogieuses sur le défi stratégique de Kim à l’égard des États-Unis.

Washington insiste sur le fait qu’il se réserve le droit de convertir unilatéralement certains de ses vecteurs (avions et sous-marins) et silos, tandis que Moscou soutient que le traité actuel donne expressément à la Russie la prérogative de vérifier ces conversions et de s’assurer qu’elles n’impliquent pas de » potentiel de réaffectation – en d’autres termes, que les silos, aéronefs et sous-marins ne vont pas être adaptés au lancement d’armes nucléaires.

À première vue, les éloges de Poutine sur l’habileté de Kim à être plus intelligente que les États-Unis sont une déclaration de fait, mais ils contiennent aussi un message plus large à l’intention des élites américaines. Poutine a effectivement cité les exemples de la Corée du Nord et de l’Iran (et de la Turquie) pour dénoncer la réalité géopolitique selon laquelle les États-Unis seront contrés dans leur tentative (selon la Stratégie de sécurité nationale 2017 de Trump) de modifier l’équilibre stratégique mondial en leur faveur.

L’idée maîtresse du message de Poutine est qu’il est grand temps que les élites américaines se rendent compte qu’il n’est pas judicieux de rechercher une « sécurité absolue » dans le système international naissant.

MK Bhadrakumar
15 janvier 2018

Traduction : Avic Réseau International

MK Bhadrakumar a été diplomate de carrière dans les services des affaires étrangères pendant plus de 29 ans. Il a occupé, entre autres, les postes d’ambassadeur en Ouzbékistan (1995-1998) et en Turquie (1998-2001). son blog : Indian Punchline

Source :


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>