COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > « Trump le twitteur contre la Russie » par Bruno Adrie

« Trump le twitteur contre la Russie »
par Bruno Adrie

jeudi 12 avril 2018, par Comité Valmy


« Trump le twitteur contre la Russie »

Suite à la prétendue attaque chimique mise en scène au milieu des décombres de la Ghouta par les comédiens recalés de la compagnie des Casques blancs sous éclairage extrémiste modéré, Donald Trump a averti la Russie – car Donald Trump parle à la Russie – dans un tweet qui a fait le tour de la presse :


« Tiens-toi prête Russie, parce qu’ils vont arriver [les missiles], tout beaux, tout neufs et « intelligents » ! Tu ne devrais pas t’associer avec un Gas Killing Animal qui tue son peuple et prend plaisir à le faire ! »

Mais à qui s’adresse Trump en parlant de la sorte et qui plus est sur Twitter ? A la Russie ? Certainement pas, car s’il avait voulu ne s’adresser qu’à la Russie, il l’aurait fait par l’intermédiaire des canaux classiques de la diplomatie. Et d’ailleurs, il l’a fait puisque nous avons tous en tête les menaces proférées par Tough Nikky devant la foule bien élevée de ses auditeurs onusiens.

J‘imagine mal Vladimir Poutine suivre le compte Twitter du président tout de blond méchu afin de connaître les orientations de la politique étrangère choisie par la Maison Blanche… non, pardon, par le Council on Foreign Relations qui est certainement l’instance la plus connue de ce qu’on appelle aujourd’hui l’État profond.

Non, bien entendu, Trump, aussi lourdingue soit-il, n’a pas choisi de tweeter pour faire trembler Moscou. Il l’a fait pour faire vibrer l’Amérique, une Amérique tout de suite mise au courant du communiqué par une presse réduite à relayer les élucubrations, forcément très calculées, du pouvoir.

Car à qui peut bien s’adresser Trump à travers ce tweet sinon aux Américains, à ses électeurs, qui seuls pourront croire que leur président s’insurge avec sincérité contre le massacre considéré comme avéré – les Casques blancs faisant office de source sûre dans le conflit qui ravage le pays – de pauvres Syriens gazés par le « Gas Killing Animal » Assad.

Ce ne peut être qu’aux Américains que s’adresse le président Trump, à des Américains incultes et imprégnés jusqu’à la moelle de culture western, du duel inlassablement répété devant les caméras hollywoodiennes entre le bon et le méchant. Ils le voient, le bon, les yeux mi-clos sous les rafales de sable qui poussent des touffes d’herbes à travers la rue soudain désertée ; ils le voient son chapeau suant enfoncé jusqu’à ses sourcils froncés – car on ne rit pas en Amérique, surtout pas dans un moment comme celui-là – ; ils les voient ses bottes cliquetantes d’éperons ; ils la voient sa main sur le revolver qui brille, barillet repu, contre sa cuisse tendue sous la toile poussiéreuse de son pantalon ; ils le voient, son poncho mexicain, relevé pour mieux dégainer ; il les voient, les habitants planqués pour éviter les balles perdues – l’épicier dans sa blouse, le télégraphiste sous sa visière, le barman avec son torchon, la prostituée dans sa robe de satin, amoureuse car sauvée la veille par le beau justicier, au saloon, sous les notes crevées du piano, d’une bande de brutes avinées aux faces rougeaudes et rigolardes.

Elle en est pétrie l’âme américaine de cette scène où l’éternel surhomme de l’ouest s’apprête à abattre la fine gâchette recrutée par l’exploiteur, l’exécuteur des basses besognes du Robber Baron qui ne tolère pas que des concurrents – très honnêtes, très croyants et non violents – grattent la terre pour ramasser quelques pépites autour de sa mine d’or.

C’est à ces gens que s’adresse Trump, à ce public qui ne sait pas ou se fiche bien de savoir que l’Amérique a tué les Indiens, réduit des Africains en esclavage, provoqué des guerres, assassiné des opposants, utilisé des armes chimiques et lâché par deux fois l’arme nucléaire sur des cibles civiles.

C’est à ces gens que s’adresse Trump, à cette populace sans mémoire ni culture, à ces consommateurs de fake news que les canaux du vrai pouvoir diffusent jour et nuit pour l’égarement du troupeau qui ne doit pas réfléchir.

Les tweets de Trump ne s’adressent pas à la Russie mais aux bons Américains qui veulent croire que leur président est le justicier qui s’apprête à battre en duel le sadique Assad qui tue, mais ce n’est pas le plus grave, le plus grave étant qu’il tue à l’arme chimique, sans raison, par caprice, pour le plaisir.

Les tweets de Trump sont les extraits d’un conte de fée vulgaire raconté à des adultes de huit d’ans d’âge mental afin de les préparer à accepter une guerre juste réclamée par les propagandistes du Rien.

Les tweets de Trump, c’est de la politique intérieure.

Et c’est cette même politique intérieure que le courtois macronyme essaie d’importer en France.

Bruno Adrie
11 avril 2018

Photographie : Donal Trump par Gage Skidmore


In cauda venenum


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>