COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Macron à Washington et la chute de la France. par Alexander (...)

Macron à Washington et la chute de la France.
par Alexander Mercouris

vendredi 27 avril 2018, par Comité Valmy


Macron à Washington et la chute de la France.

Le sommet de Macron avec Trump
met en lumière l’insignifiance géopolitique de la France

La visite aux Etats-Unis du président français Emmanuel Macron ne mérite pas l’attention que lui prêtent les médias.

Macron n’a rien à offrir à Trump. La France n’est qu’un petit joueur dans la guerre syrienne. La contribution militaire de la France au raid syrien était symbolique. La France ne dirige pas l’Europe, l’Allemagne le fait. Elle ne décide pas de la politique de l’UE, qui est décidée non pas à Paris mais à Berlin.

Macron a des idées sur l’accord nucléaire iranien et le changement climatique, qui sont complètement différentes de celles de Trump. Cependant, il ne changera pas le point de vue de Trump sur ces deux sujets. Au contraire, c’est Macron qui est forcé de changer ses idées pour les adapter à celles de Trump.

Le langage corporel entre les deux hommes a tout dit très clairement. Trump est le partenaire majoritaire dominant. C’est Macron qui suit.

WASHINGTON, DC - 24 AVRIL : Le président américain Donald Trump conduit le président français Emmanuel Macron au bureau ovale lors d’une visite d’Etat à la Maison Blanche le 24 avril 2018 à Washington, DC. (Photo par Chris Kleponis-Pool

C’est une tragédie pour la France.

Il y a bien longtemps, sous les ordres du Général De Gaulle et de ses successeurs immédiats Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing - qui avaient tous deux travaillé pour De Gaulle - la France comptait réellement. Elle l’a fait également brièvement dans les années 2000, lorsque Jacques Chirac - qui a également travaillé pour De Gaulle et Pompidou - était président.

Le secret de l’importance de la France sous De Gaulle et ses partisans était l’éloignement de la France des États-Unis, l’affirmation de ses intérêts nationaux et une forte opposition au « supranationalisme » au sein de l’UE. Cela allait de pair avec une relation étroite avec la Russie. De Gaulle en particulier était très ami avec la Russie.

Par opposition, les dirigeants de centre-gauche qui ont suivi Giscard d’Estaing - Mitterrand, Hollande et maintenant Macron comme Sarkozy - ont poursuivi la politique inverse : la plus grande proximité possible avec les États-Unis et le plus grand degré d’intégration « supranationaliste » au sein du UE.

Le résultat est que, en dépit de la posture napoléonienne de Macron, la France d’aujourd’hui n’a plus aucune importance.

Alexander Mercouris
26 avril 2018


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette