COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > L’opposition, l’Europe et le discours politique Jean Lévy

Source : canempechepasnicolas

L’opposition, l’Europe et le discours politique
Jean Lévy

lundi 22 novembre 2010, par Comité Valmy


Manifestation d’étudiants en Irlande


Sur tous les médias, la parole politique coule à flots. A la radio, à la télé, dans les journaux, les prises de position des uns et des autres, les interviews des leaders se succèdent, s’entrecroisent, se répondent.

Mais, fait incroyable : personne n’évoque l’Europe, personne ne fait allusion à l’appartenance de la France à l’Union européenne. Pourtant chacun sait que 80% des lois et décrets ne sont que la simple traduction en français des directives de Bruxelles.

Que Nicolas Sarkozy fasse l’impasse sur le sujet, on le comprend. Le président compte suffisamment d’opinions hostiles à sa politique sans en ajouter davantage. De là, son silence complet sur l’Europe, lors de sa dernière intervention télévisée.

Mais, ce qui s’explique moins, c’est la même abstention du côté de ceux qui se réclament de "l’opposition". Les socialistes ont pourtant poussé jusqu’au lyrisme leur dévotion à l’idée européenne. Ils ont été jusqu’à l’inscrire dans leurs récents statuts, et de se glorifier d’en être les initiateurs. Mais vous pouvez écouter un discours de Martine Aubry, de Benoît Hamon, le porte-parole du PS, ou de tout autre dirigeant, jamais aucun d’eux ne fait référence aux traités qui lient notre pays aux engagements européens, en particulier sur les retraites.

Certes, on comprend leur retenue, à dix-huit mois des élections présidentielles !

Mais du côté du PCF, du Parti de Gauche, du NPA, c’est aussi le grand silence blanc.

On se demande un peu pourquoi.

" L’Europe" focalise toutes les colères et les désespérances populaires. Le pouvoir le sait et se garde bien de demander l’avis des citoyens sur les traités qui aliènent leur souveraineté.

Le référendum de mai 2005 a servi de leçon.

Il serait donc de bonne politique, pour " la gauche de la gauche", de faire sienne la perspective de soustraire notre pays aux diktats permanents de l’Union européenne.

Il n’en est rien. Motus et bouche cousue sur le sujet.

Pourquoi ?

Même "l’opposition interne" au PCF est muette, toutes composantes du "réseau" inclues.

Il est temps de poser la question et de provoquer le débat.

"canempechepasnicolas" a rappelé en maintes occasions la responsabilité de tous les communistes.

Dernièrement encore, notre blog a interpellé le pcf, direction et opposition, à partir d’un discours d’André Chassaigne, candidat à la candidature pour la prochaine présidentielle.

A propos du discours d’André Chassaigne :

"canempechepasnicolas" pose la question

Sans réactions jusqu’à présent.

De même, à propos d’un dernier "Vivement Dimanche" avec Jean-Luc Mélenchon, nous avons souligné l’absence de référence à l’Europe dans le discours du dirigeant du Parti de Gauche.

Et "l’Europe" Jean-Luc Mélenchon ?

Et bien sûr, nous avons insisté sur la prestation de Dominique Strauss-Kahn, à France Inter, lundi dernier.

Mais là notre commentaire ne sollicitait pas de débat, seulement un slogan :

"FMI, c’est exquis, DSK, c’est extra". Ce qui résumait la situation en :

"A quelle sauce, voulez-vous être mangé ?" DSK vous offre "la sauce tomate" !


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>