COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Syrie : des snipers français interpelés par les forces régulières syriennes (...)

Syrie : des snipers français
interpelés par les forces régulières syriennes
par Karine Bechet-Golovko

vendredi 18 mai 2018, par Comité Valmy


Syrie : des snipers français
interpelés par les forces régulières syriennes

La question de la présence militaire française au sol en Syrie est une question extrêmement délicate, la Syrie est un Etat souverain, qui n’a en rien appelé la République à son secours. Des forces au sol seraient donc signe d’une ... occupation. Or, 60 snippers français viennent de se faire interpeller par l’armée régulière syrienne, après s’être perdus. Rassurez-vous, ils furent libérés, mais que faisaient-ils là-bas ? Que faisons-nous là-bas ? Etrangement, aucune info ne filtre dans la presse française ...

Les faits : 60 militaires français au sol
en Syrie hors mandat international

Le 1er mai, à la frontière entre l’Irak et la Syrie, un cortège de 20 Jeeps blanches avec 60 militaires français rencontre un groupe des Forces démocratiques syriennes (Kurdes) qui doit les accompagner sur le territoire syrien.

Sortant d’Irak, les militaires français et le groupe Kurde devaient ensemble se rendre à El Qâmichli, que les forces kurdes et régulières syriennes se partagent. Mais arrivés à la ville de Al-Malikiyah, étrangement, les deux groupes se séparent et les Français continuent seuls.

C’est alors que dans la région de El Hassekeh, ils se trompent et au lieu de passer par le poste de contrôle tenu par les Kurdes, ils se dirigent droit sur le poste de contrôle tenu par l’armée syrienne régulière, à laquelle ils se rendent sans aucune résistance.

En fouillant, les véhicules, les soldats syriens découvrent des fusils de snipers, des viseurs de nuit et différentes armes de guerre. Etrange arsenal pour des "conseillers", comme le déclare Paris :

Le ministère français de la Défense avait reconnu en juin 2016 la présence de forces spéciales françaises en Syrie "pour conseiller les FDS contre l’EI

Après interrogatoire, l’on apprend que ces militaires, snipers français, devaient ensuite se diriger vers le centre de la Syrie, à El Hassekeh puis encore plus profondément à Deir ez Zor, cette zone tenue par les Américains qui ont la fâcheuse tendance de tirer sur l’armée régulière syrienne qui ose se rapprocher de trop près ... sur son territoire ...

Les Kurdes sont intervenus et ont négocié leur libération, ce qui fut fait, puisque les Forces démocratiques syriennes se sont récemment ralliées aux forces gouvernementales dans la lutte contre l’Etat islamique. Mais les Français n’ont pas expliqué quelle était leur mission en territoire étranger.

L’aide française aux Kurdes

La question de la présence française au sol en Syrie pose la question de la légalité de l’intervention française dans un pays souverain, hors mandat de l’ONU et hors demande du pays concerné. Dès 2016 le ministère de la défense reconnaissait une "certaine" présence française, sans jamais préciser ni son ampleur, ni ses missions, ni son déploiement. Le floue est de mise lorsque l’illégalité est patente.

En mars de cette année, le Président Macron déclare qu’il faut aider les Kurdes, contre les Turcs. Et cela en Syrie. Sur quel mandat ? Aucun. Mais il faut. La Présidence française tente de troquer la légalité indéfendable par une légitimité communicable. Toutefois, ici aussi, la politique louvoie. Et pour cause, l’opération reste totalement illégale :


Après la rencontre avec Emmanuel Macron, un représentant des Kurdes syriens à Paris a déclaré que le président français avait promis l’envoi de troupes françaises dans la région de Manbij. Vendredi, l’Élysée a démenti cette déclaration, affirmant que "la France ne prévoit pas de nouvelle opération militaire sur le terrain dans le nord de la Syrie en dehors de la coalition internationale anti-Daech (acronyme de l’EI en arabe)".

Lorsque la Russie est intervenue en Syrie, il y a eu un débat au Parlement, une décision présidentielle officielle entérinant un concensus politique. Lorsque la France intervient en Syrie, elle se cache dans les juppons des Etats-Unis, envoie des snipers qui se perdent dans le désert.

Le Gouvernement français pourrait peut-être nous expliquer quel combat nous menons en Syrie et sur quel fondement ?

Karine Bechet-Golovko
jeudi 17 mai 2018

Russie politics


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>