COMITE VALMY

Accueil du site > - L’UNION de la RESISTANCE, le CNR, son programme, NOS REFERENCES. > " Comment empêcher les enfants des pauvres en Irlande d’être à la charge de (...)

" Comment empêcher les enfants des pauvres en Irlande d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays » par Jean LEVY

lundi 29 novembre 2010, par Comité Valmy


Dans la triste infortune où se trouvent les Irlandais, un écrivain défend âprement son pays. Usant d’un humour féroce, il rédige un pamphlet corrosif : « Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres en Irlande d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays et pour les rendre utiles au public »

On peut y lire :

« les Irlandais regarderaient comme un grand bonheur d’avoir été vendus pour être mangés à l’âge d’un an et d’avoir évité par là toute la série d’infortunes par lesquelles ils sont passé et l’oppression des propriétaires ».

Dans le même temps, face à ceux qui asservissent sa terre, il émet sa « Proposition pour l’usage universel des produits d’Irlande » enjoignant de « brûler tout ce qui venait d’Angleterre, sauf le charbon ».

Car à son époque, ce n’était pas encore « l’Europe » responsable des malheurs nationaux, mais l’Angleterre. En effet, nous sommes en 1729, et l’illustre écrivain se nomme Jonathan Swift, l’auteur des « Voyages de Gulliver ».

De nos jours, l’humour noir a changé de camp. Il s’est mué en propos cyniques proférés par les nantis et leur porte-parole. C’est des victimes qu’on se moque. Ainsi, les « élites » européennes – politiques et médiatiques - dissertent gaillardement sur l’obligation de faire payer aux pauvres les centaines de milliards d’euros nécessaires nous dit-on, pour « sauver les banques » et « rassurer les marchés ». Pressurer davantage les plus pauvres pour enrichir les plus riches, devient la médecine de choix des couches privilégiées de Bruxelles, de Berlin, de Londres et de Paris..

Aujourd’hui, il n’y a plus de Swift pour stigmatiser comme il convient, l’Union européenne et le FMI. Heureusement, le peuple irlandais, sans attendre de nouveaux polémistes, est descendu dans la rue. « Les gens de Dublin » étaient 150.000, samedi dernier.

A nouveau, « Le vent se lève » sur le vert pays, comme du temps du combat pour l’Indépendance, décrit dans le film de Ken Loach. Il se révolte contre ses nouveaux oppresseurs, comme le font les Grecs, les Portugais, les Espagnols, et les Français, aussi.

Chaque peuple aspire, comme déjà les Irlandais au siècle passé, à recouvrer l’indépendance et la souveraineté.

1 Message

  • J’ai souhaité et je souhaite encore que des jeunes de moins de trente ans se lèvent et propose leur candidature aux élections cantonnales de 2011. Ce serait un premier frémissement pour dire aux partis politiques que la politique doit changer, que nous devons nous mettre au service des jeunes générations, qu’épuiser la planète n’a pas de sens, qu’il est temps de changer la politique et qu’il nous faut travailler pour les vivants et non pour l’argent. C’est une idée parmi d’autres. L’avantage des jeunes c’est qu’ils sont inclusifs et non discriminants comme leurs aînés

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>