COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES MARXISTES, documents et apports communistes > TRUCAGES ET TOURS DE PASSE - PASSE : L’ILLUSION DE LA DEMOCRATIE Jean (...)

TRUCAGES ET TOURS DE PASSE - PASSE : L’ILLUSION DE LA DEMOCRATIE Jean Lévy

dimanche 13 septembre 2009

Source : canempechepasnicolas

Il est parfois plaisant d’avoir recours au dictionnaire pour percevoir la véritable sens des mots pour mieux discerner le vrai du faux, dans les affaires du monde.

Prenons, par exemple, si l’on en croit « le dictionnaire historique de la langue française, d’Alain Rey », le terme « illusion » est passé du sens premier de « fausse apparence, l’erreur de perception, dont elle est la cause ». pour signifier par la suite « illusion se dit d’un trucage, d’un tour de passe-passe ».

L’actualité, telle que les médias nous la décrivent - un théâtre d’ombres, où la réalité se dissimule derrière un écran de fumée - semble n’être que faux semblants et illusions, pris dans le sens de trucage, de tour de passe-passe.

De quoi alarmer notre bon Baratin de Matuvu, maître en la matière, qui n’apprécie guère la concurrence abusive que lui font, indûment, les politiques !

Certes, trucages et tours de passe-passe ne sont pas une exclusivité française.

Tant au Gabon qu’en Afghanistan, pour ne citer que des Etats où les forces militaires de notre pays sont plus que présentes, les résultats des dernières « élections » officiellement annoncés, tiennent plus de la farce que de la mathématique. Et les connaisseurs de l’Afrique considèrent que le procédé est largement répandu dans l’ancien Empire colonial français. Sans que les autorités officielles de la République s’en émeuvent. Au contraire, elles s’en félicitent. !

L’illusion de la démocratie règne en maître.

Le phénomène a franchi la Méditerranée et se répand sur le territoire national.

Il atteint, si l’on en croit un certain livre et maintes déclarations péremptoires, la rue de Solferino, et le siège du PS. : la direction du parti ne l’aurait emporté que grâce aux bourrages d’urnes et aux résultats truqués.

Mais sans recourir à ces moyens vulgaires, les dirigeants de l’autre bord, qui règnent à l’Elysée – et leurs médias serves, utilisent une forme sophistiquée du trucage mental : les sondages.

On ne s’abaisse pas à modifier les résultats issus des urnes. On agit en amont, avant l’élection, sur la conscience des électeurs, en téléguidant les choix de ceux-ci. Les sondages sont publiés pour influencer. On peut ainsi présenter le candidat ou les challengers, soit disant portés par l’opinion*, et qui, de ce fait, auraient seuls les moyens de gagner. Pourquoi, dans ces conditions, perdre son temps à miser sur un « mauvais cheval » ? Ainsi sont exclus, dès avant l’élection, les représentants de forces qu’on veut éliminer. Il suffit, de présenter des sondages en yo-yo, dont la courbe descend, au fil du temps….

Avec, à la clef, un duo présélectionné au second tour.

Cette méthode n’a-t-elle pas bien fonctionné lors de la Présidentielle de 2007 ?

Comme dans les spectacles, « l’illusionniste » manipule l’opinion.

Les activités de « l’artiste » s’étendent bien au-delà des élections.

C’est au niveau de « l’information » que se constate l’activité première de ceux qui présentent sous « une fausse apparence, les faits », responsable d’une « erreur de perception » des évènements. Le recours au non-dit constitue le moyen le plus utilisé. L’actualité comme l’histoire est présentée hors du contexte, soigneusement écarté. Ce procédé (par exemple, le rappel du « pacte entre Hitler et Staline » ne faisant mention, ni des « pactes » précédents entre l’Allemagne nazie et les alliés occidentaux, ni de l’isolement programmé de l’Union soviétique par ces derniers), fausse tout jugement objectif, toute réflexion critique et abuse de la crédibilité publique.

Tous les JT, tous les bulletins d’informations des diverses radios, ont recours – et sur tous les sujets – à cette pression idéologique pour influencer l’opinion, par le « trucage » quotidien et ses « tours de passe-passe », d’une illusion, « mot qui désigne une opinion fausse, une forme l’esprit et qui l’abuse par son caractère déduisant », pour reprendre la définition du dictionnaire d’Alain Rey.

* Les pourcentages, affichés par les sondages, ne prennent pas en compte les sondés qui refusent de répondre aux questions. Ainsi, lorsque 60% de ceux-ci s’abstiennent, les avis favorables, notés à 55%, ne représentent guère que quelques 33% de réponses positives !

Par Jean Lévy - Publié dans : Lutte de Classe

2 Messages de forum

  • Tout est dit, rien à rajouter. Sauf que tout le mal vient des médias et surtout de la télé à quoi se résume notre démocratie actuelle. Alors que faire ?

    Voir en ligne : Télécratie

    • Ce qu’il nous manque c’est le droit de possession de l’opposition de médias radios et télévisés ! C’est évident que nous combattons à armes inégales avec de plus en plus des médias aux ordres privés ou d’Etat. Je pense que ça devra être aussi une exigence d’un programme de gauche ! Les Gouvernements Progressistes d’Amérique-Latine n’avaient pas le droit à la parole en arrivant au pouvoir. S’ils n’avaient pas pris des mesures pour se faire entendre ils seraient déjà renversés ! Car l’opposition économique dans l’opposition a gardé ses médias privés et ne se privent pas de s’en servir pour des fausses nouvelles et plus grave, pour fomenter la subversion, les complots, la corruption aggravée, les sabotages économiques et j’en passe et des meilleures sans doute car ils ont aussi usés du "pousse au crime" !!! Alors c’est ça que veulent défendre ceux qui prêchent encore le capitalisme , c’est la démocratie ? De qui se moque-t-on, ils ne veulent pas savoir c’est pas possible qu’ils ne sachent pas la réalité ! Enfin, est-ce que nous dans l’opposition nous nous comportons ainsi ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>