COMITE VALMY

Accueil du site > - ANALYSES MARXISTES, documents et apports communistes > DK et DSK - Par Jean Lévy

DK et DSK - Par Jean Lévy

mercredi 13 janvier 2010

D K, c’est Denis Kessler et DSK c’est Dominique Strauss-Kahn.

Le premier est président de la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA), vice-président du Medef, président e la SCOR, société de réassurances, administrateur de Paribas, de Dexia, Bolloré, Dassault-Aviation. Il est également président du Siècle*, l’un des cercles où se retrouve tout le gratin des affaires, de la politique et des médias.

DK, pour les intimes, a les dents longues. Il se verrait bien, cette année, succéder à Laurence Parisot, à la tête du Medef. Il en a toutes les qualités : promoteur de la notion de risque, comme moteur de l’entreprise et de la société. Il a su se mettre, dès 1997, au service de l’héritier de l’empire de Wendel, le baron Seillière, devenu « patron des patrons », aujourd’hui à la tête de Businesseurope, le Médef européen.

DK se fait l’apôtre de la contre-révolution sociale : Ainsi, le 4 octobre 2007, peu de mois après l’élection de Nicola Sarkozy à la présidence de la République, il détaille dans Challenges, la feuille de route du quinquennat, saluant « la profonde unité de (son) programme ambitieux ».

Et de conclure :

« La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il ‘agit aujourd’hui de sortir de 1945 et de défaire méthodiquement le programme du Conseil National de la Résistance ».

Qui dit mieux ?

Mais Denis Kessler n’a pas que de amis à droite. A gauche, aussi, il a pris des « assurances ». En particulier, il connaît bien Dominique Strauss Kahn, le Directeur Général du FMI, par ailleurs, dirigeant (en congé) du PS.

La rencontre s’est faite à HEC, DSK ayant été le professeur de DK en « microéconomie ».

Le futur ministre socialiste de l’Economie a toujours aimé l’entourage de grands patrons. C’est ainsi qu’il a fondé le « Cercle de l’Industrie »**, participé aux Rencontres du Groupe de Bilderberg, haut lieu de contacts entre la crème du capitalisme international et les sphères politiques du monde entier, sans oublier le fameux club Le Siècle où ses liens se sont renforcés avec Denis Kessler.

Les ambitions de ce dernier – accéder à la présidence du Médef – et celles de Dominique Strauss-Kahn à la tête de l’Etat, pourraient se conjuguer dans la mesure où le capital, inquiet de l’avenir de Nicolas Sarkozy, miserait sur un autre cheval pour conduire, au fond, la même politique.

Comme en Grèce, lors des dernières élections...

*Dans les année 2000, parmi le convives qui ont participé aux dîners, on peut citer : George Pébereau, Vincent Bolloré, Alain Juppé, Serge July, François Hollande, Lionel Jospin, et souvent aussi, un certain Nicolas Sarkozy, aux côtés de ses futurs ministres « d’ouverture » Jean-Pierre Jouyet, Jean-Marie Bockel ou Bernard Kouchner.

** Créé en 1993, à l’initiative de Dominique Strauss-Kahn, alor ministre de l’Industrie, le Cercle de l’Industrie est un lieu de réflexion et d’influence.

Le Cercle de l’Industrie rassemble une vingtaine de présidents de grandes entreprises françaises, ainsi que des hommes politique.

Les entreprises membres du Cercle de l’Industrie représentaient un chiffre d’affaires cumulé de 600 milliards d’euros et 2 millions d’emploi dans le monde. La majorité d’entre elles sont cotées au CAC 40.

Le Cercle de l’Industrie se distingue par un engagement pour la construction européenne et le bipartisme politique. Jean LEVY


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette