COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > Le Front de gauche perd une voix... Edgar, La lettre volée

Le Front de gauche perd une voix... Edgar, La lettre volée

vendredi 12 mars 2010

Non à l’Europe fédérale des Länder !


Le Front de gauche perd une voix...

La mienne.

Les élections régionales me semblent surréalistes. Les suppressions d’emploi ont battu un record l’an dernier ; la Grèce est mise sous tutelle par une armée d’eurocrates qui trouvent que même l’intervention du FMI ne serait pas assez douloureuse ; les drapeaux européens ont envahi nos plaques d’immatriculation bien plus sûrement que les burqas n’encombrent nos rues ; on parle de faire encore avancer un FME, un gouvernement économique de l’Europe et autres joyeusetés qui nous livreront encore plus aux doctrinaires européens.

Dans tout cela, se passionner pour le prix du ticket de métro est un peu difficile.

Mais je m’étais dit qu’il fallait encourager le Parti de gauche, dont j’avais cru percevoir, à partir des interventions de Mélenchon, qu’il se durcissait contre l’Union européenne.

En Île-de-France la tête de liste a été obtenue par un apparatchik du PC au détriment de Mélenchon, mais même ça j’étais prêt à l’avaler. Et puis ce matin, Marie-Georges Buffet sur France Inter.

Qui se lance dans un grand discours sur "il faut un Front Populaire européen", "je suis internationaliste", "l’Europe est une solution..."

Elle gagne là son brevet de bien-pensance, on pourra la ranger sagement à côté de Bayrou, Aubry, Sarkozy, Marine le Pen (même si je constate que le programme du FN se durcit lui aussi à l’égard de l’Europe) et autres européens et alter-européens.

Marie-Georges n’a rien compris, et elle trahit deux fois ceux qu’elle croit défendre.

1. Pour qu’un Front populaire européen soit efficace, il faudrait à la fois une majorité de gauche au Parlement, mais également à la Commission. La probabilité que le Front de gauche arrive au pouvoir en France est déjà faible, celle qu’un Front populaire européen ait une quelconque efficacité est infinitésimale.

2. Pour faire de l’internationalisme, il faut des nations. L’Union européenne vise à créer une nation unitaire et à dissoudre les nations, il n’y a rien d’international là-dedans, juste de l’autoritarisme qui se donne du temps.

Je range donc le Front de gauche à côté des partis inutiles.

Partis qui soit donnent dans le maximalisme sachant qu’ils ne seront jamais au pouvoir (NPA, LO ; pour lesquels de toute façon, France ou Union européenne c’est le même capitalisme), soit vendent l’espoir d’un changement européen de la même façon que l’église vendait l’espoir d’un accès au paradis : "soyez sages maintenant, après ce sera mieux".

L’Europe est un opium du peuple dont le Front de gauche vient d’accepter de se faire le revendeur.

Pour la forme, j’évoque rapidement le pauvre Bayrou. Il s’interroge gravement pour comprendre pouquoi son parti semble avoir perdu la baraka. C’est assez simple à mon sens. Les français ont bien vu qu’au moment de ratifier Lisbonne il a plié, alors même qu’il avait avancé que cela ne pourrait se faire sans référendum. Chacun est libre de croire qu’il y a d’autres raisons. Il est cependant incontestable que Bayrou s’était fait une tête de candidat du changement le temps d’une présidentielle, et qu’en acceptant les orientations européennes il a renoncé à une quelconque différence (s’il s’agit de redresser les finances publiques jusqu’au dernier chômeur, la BCE et le FME s’en chargeront très bien, avec ou sans Bayrou).

Finissons, avec le Parti Socialiste.

Comme Marie-Georges Buffet, Martine Aubry vend l’espoir d’un changement européen. Elle réclamait hier à France Inter le droit à des services publics forts etc, comme si ce n’était pas précisément l’Union européenne qui mettait ceux-ci à plat.

L’UMP me vient soudain à l’esprit.

Eux ont au moins le mérite de la cohérence. L’Europe libérale qui pèse sur les salaires et plombe la croissance ça leur va très bien, et de tous temps la droite a préféré l’ordre au respect des aspirations majoritaires. Voilà un parti qui a son utilité, même s’il n’aura pas ma voix.

Il manque au paysage politique français un parti utile en face de l’UMP. Un parti qui posera comme condition première à son action la nécessité de sortir de l’euro et de l’Union européenne. Les autres partis se condamnent à faire de la figuration, ou à gagner sur les défaites de l’UMP, par défaut et par hasard (ce qui laisse à Bayrou une chance, non pas en raison de son talent, mais des lois de la probabilité et des tirages aléatoires).

Il me restera donc à ne pas voter dimanche, comme je vais finir par en prendre, à regret, l’habitude...

9 Messages de forum

  • Mais c’est sûr qu’il ne faut pas aller voter ! Présenter des candidats aux régionales c’est déjà cautionner ipso facto l’Europe des régions.

    Pour ma part, ils ne me feront pas plier ni de cette façon ni d’une autre. Comme chantaient les alsaciens-lorrains annexés par l’Allemagne :

    "Vous avez pris l’Alsace et la Lorraine mais malgré vous nous resterons français, Vous avez pu germaniser la plaine mais notre coeur, vous ne l’aurez jamais !"

    je resterai française malgré eux. Non à notre colonisation rampante par un noyau de bureaucrates et d’affairistes de tous poils .

    VIVE LA REPUBLIQUE UNE, INDIVISIBLE ET LAÏQUE !

    • Europe = une des marches du NWO : Le turn over Européen au service de la destruction des acquis sociaux a permis de supprimer les retraites aux Grecs ! Quelle sera la prochaine avancée ? Les syndicats étaient favorables à l’Europe rêvant d’une internationale syndicale = cruelle déception ! Les syndicats se trouvent en solde chez Tati ?
  • Le Front de gauche perd une voix... Edgar, La lettre volée

    12 mars 2010 21:45, par GAUCHERAND CLAUDE
    Il avait déjà perdu la mienne dès sa création à Saint Ouen où je me trouvai, pour déjà les mêmes raisons. J’irai donc ailleurs que dans un bureau de vote comme j’en ai pris l’habitude depuis une certaine ratification du traité de Lisbonne par les élus du peuple trahissant le peuple.
  • Les médias et politicards vont encore bien rigoler du peuple français... Il recommencent leur stratégie qui leur a tant réussi aux européennes : s’adressant aux mécontents " (quasiment 70% des Français) ils leur disent : il faut voter ! But visé : Réagissant comme un seul homme, les mécontents décident de contrarier le Prince : "ils veulent qu’on vote, eh bien on ne va pas voter, Na !" Résultat : fallait voir les têtes réjouies et victorieuses des gugusses de l’UMPS-verts et de leurs serviteurs médiatiques, qui avaient réussi à faire que les 70% de français qu’ils ont sacrifié ferment leur gueule. Comme s’ils n’existaient pas ! Ce qu’il faut faire c’est voter pour un parti qui s’affirme contre l’Europe des landers. Pour la sauvegarde de la France et des valeurs républicaines. Quel qu’il soit. Nous avons mangé notre pain blanc. Un fascisme financier et criminel est là et nous sommes sous sa botte. Ne pas voter, c’est se taire.
  • Ecoutez, non je ne peux pas être d’accord avec cette prise de position ! La "gauche caviar" qui se balance le pouvoir avec les tenants de la dogmatique capitaliste, ça suffit ! La crise capitaliste est en pleine phase de son développement et plonge sur le tapis et dans ses drames des millions de nouveaux opprimés. Cette sitation de M. G. Buffet dont je n’étais pas au courant est critiquable, certes, mais je ne crois qu’il faille attendre que nous soyons tous d’accord à 100% sur tout ce qui est à changer sinon on en sortira jamais ! J’ai pour principe de faire la balance entre les points positifs et négatifs et c’est cela qui détermine ma position. Un rassemblement de gauche de progrès est en cours, il faut avancer sur un programme qui entamera une marche vers une alternative possible et répondant aux espoirs de la majorité de nos citoyens. Réfléchissez !
  • Le Front de gauche perd une voix... Edgar, La lettre volée

    13 mars 2010 18:01, par Monique MATHIEU

    Bien sûr qu’il faut s’abstenir ! Voter pour une liste, c’est affirmer une certaine confiance aux personnes constituant cette liste. Je suis personnellement "de gauche" donc particulièrement ulcérée quand j’entends les partis et personalités se réclamant de la gauche parler d’Europe sociale. Où peut être la place du "social" dans ce corset ultra-libéral ? Il faut bien leur dire que nous ne supportons plus ce discours.

    Ce qui serait formidable pourtant, ce serait de s’abstenir en faisant du bruit en quelque sorte, que l’on ne puisse pas dire : "le Peuple se désintéresse des affaires", "le Peuple ne comprend pas le rôle de la région" etc. ... Il faudrait arriver à constituer un mouvement-parti qui ne se préoccupe que de sortir de cette europe là. Après seulement on pourra parler de Gauche et de Droite.

  • Bonjour, Je trouve que l’article est bien pessimiste. Il y a certes encore des européistes au Front de Gauche. Mais les partis qui l’ont créé ont refusé de signer le traité de Lisbonne, ce qui n’est pas si mal. Et puis, le Front de Gauche évolue : il y a un an, Mélenchon défendait une position fédéraliste. Maintenant dans le programme des régions, il défend l’idée d’une désobéissance européenne, idée lancée par le M’PEP (Mouvement Politique d’Education Populaire) qui prône la sortie de l’UE (voir le site www.m-pep.org). Donc le Front de gauche progresse dans la bonne voie et il est de toutes façons moins européen que le PS, Europe Ecologie, etc. S’abstenir, c’est laisser le champ libre à ces partis et même à l’UMP. Christian
  • Il manque sans doute un parti utile en face de l’UMP mais il y a pourtant des mouvements politiques ou des groupes de réflexion qui ont des idées sérieuses et réfléchies pour nous sortir du système capitaliste, oppresseur et natio destructeur. Je pense à Debout la République de M. Dupont-Aignan, à Solidarité et Progrès de M. Cheminade, à l’Arc Républicain etc... L’alternative n’est plus entre parti de droite et parti de gauche, elle est dans le rassemblement de tous ceux qui ont envie de restaurer la République, de respecter le peuple et de mettre au pas les systèmes de destruction et d’oppression. C’est l’oeuvre de salut public qu’il faudra bien entreprendre. N’attendons plus !
    • D’accord avec Mauricette et Johannes. Il faut voter Dimanche. Il y a encore à gauche, la vraie des gens sincères qui ont prouvé par le passé qu’il soutenait le peuple et continuent à exprimer les revendications et les espoirs de nous tous. Il ne faut pas juger Marie-george sur un mot qu’elle n’a pas eu le loisir de développer. c’est vrai aussi que nous avons chacun des sensibilités différentes mais en face le capitalisme pur et dur n’a lui aucun état d’ame alors faisons "FRONT" DE GAUCHE , nous pinaillerons après. et comme Dimanche 2l c’est le 2éme tour acceptons quelques alliances sans perdre notre âme En famille aussi nous devons faire quelques compromis inter générationnels, voire homme-femme. A dimanche. Eliane Pessel

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>