COMITE VALMY

Accueil du site > UNION DU PEUPLE DE FRANCE - Arc Républicain de Progrès > Occidentalisme : L’armée française vassalisée admet avoir tué par accident 4 (...)

Occidentalisme : L’armée française vassalisée admet avoir tué par accident 4 civils afghans le 6 avril

lundi 3 mai 2010

30 avril 2010. A l’issue de trois semaines d’enquête, l’armée française a reconnu jeudi avoir tué accidentellement quatre jeunes civils afghans lors d’un tir de missile terrestre antichar visant des insurgés le 6 avril à l’est de Kaboul.

"A notre connaissance, c’est la première fois qu’un tel événement se produit pour les militaires français" engagés sur le sol afghan, a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’état-major des armées, Christophe Prazuck.

Lors du point-presse hebdomadaire du ministère de la Défense, il a expliqué que l’enquête ouverte après l’accident, désormais "close", avait permis d’établir que "le tir français" d’un missile Milan (Missile d’infanterie léger antichar) avait causé la mort de quatre jeunes.

Ce 6 avril, lors d’une opération associant des soldats français et afghans dans la vallée de Bedraou, les renseignements recueillis permettent de détecter "un renforcement insurgé" préalable à "une manœuvre de débordement" contre les forces françaises en présence, a ajouté le porte-parole de l’état-major.

"Sept insurgés armés" sont repérés en position d’attente "à 1.500 mètres, derrière un mur", et au bout d’une heure, "aucun mouvement civil" n’ayant été détecté, l’autorisation de tir de missile est donnée par "le commandant du bataillon de Kapisa".

Les jeunes civils se retrouvent "polycriblés" par des éclats, alors qu’ils se trouvaient à "une quinzaine de mètres" des insurgés visés mais étaient cachés des tireurs par des arbres, a encore précisé l’amiral Prazuck.

Parmi le groupe de cinq adolescents, un seul a réchappé de l’explosion et son interrogatoire sur son lit d’hôpital en Afghanistan a été déterminant dans l’enquête.

"Il y a régulièrement dans cette province de Kapisa (est) des combats assez durs, dans une région où la population est assez dense, avec donc des règles d’ouverture du feu très strictes qui jusqu’à présent avaient permis d’éviter un incident malheureux", a dit Christophe Prazuck.

Lors du point-presse du 8 avril il avait annoncé l’ouverture d’une enquête par les forces de l’Otan (Isaf) pour déterminer "dans quelles conditions exactes" cinq jeunes Afghans "âgés d’une dizaine à une quinzaine d’années" avaient été touchés par l’explosion.

Le ministre français de la Défense Hervé Morin, en visite jeudi à Mexico, a dit "regretter profondément" la mort des quatre jeunes afghans, évoquant "un dramatique et terrible concours de circonstances".

Il a néanmoins souligné que "l’armée française a respecté de toute évidence toutes les procédures" d’engagement lors de cet incident et que les soldats français "n’ont pas fauté".

Le 12 avril Hamid Karzaï avait accusé les troupes de l’Otan d’avoir tué quatre civils, en ouvrant le feu sur un autobus qui s’était approché d’un convoi des militaires étrangers dans le sud du pays.

Selon une étude de l’ONU rendue publique en janvier, 2.412 civils ont été tués en Afghanistan en 2009. En hausse de 14% par rapport à 2008, ce bilan est le plus lourd depuis le déclenchement de la guerre en 2001.

http://www.almanar.com.lb

Le titre de cette brève n’engage pas Al Manar, CB


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>