COMITE VALMY

Accueil du site > - L’UNION de la RESISTANCE, le CNR, son programme, NOS REFERENCES. > Adhésion de la FSU à la CES : les syndiqués ont-ils leur mot à dire (...)

Adhésion de la FSU à la CES : les syndiqués ont-ils leur mot à dire ?

dimanche 28 novembre 2010

Front Syndical de Classe

Créé par des militants CGT et FSU

Site :www.frontsyndical-classe.org -

Courriel : frontsyndical.classe@laposte.net

« Rien ne fait plus de mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse : renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement. »

H. Krasucki

Le Front Syndical de Classe est affilié à la FSM

Déclaration du Front Syndical de Classe

Alors que le peuple irlandais riposte massivement contre le plan d’austérité drastique imposé par son gouvernement marionnette de l’UE et du FMI,

Alors que les grèves générales en Grèce, Espagne, Italie, au Portugal, les grèves reconductibles en France, les actions des étudiants britanniques, attestent de la colère populaire et de la montée de la résistance contre les diktats de l’oligarchie européenne,

La direction de la FSU a une urgence : adhérer à la Confédération européenne des syndicats (CES), « afin de participer à la construction d’un rapport de forces en faveur des salariés au niveau européen » (extrait du Congrès de Lille en 2010)…

Quand on voit l’incroyable immobilisme dont a fait preuve la CES face aux luttes de millions de travailleurs à travers l’Europe depuis plusieurs mois, on ne peut que se poser la question : quelle est la vraie raison de l’irrésistible attirance de la FSU pour ce « partenaire social » privilégié des instances de l’UE ?

Les conditions dans lesquelles la direction de la FSU recueille l’avis de ses syndiqués, pour ou contre son adhésion à la CES, ne laissent pas d’interroger également sur le fonctionnement de la démocratie interne à notre Fédération, pourtant proclamée dans ses statuts.

Qu’on en juge :

- Décision du Congrès de Lille, en février 2010 : « La FSU se donne jusqu’à décembre 2010 pour mener les débats en son sein en fournissant tous les éléments aux syndiqués. Elle organise une consultation de ses adhérents par les syndicats nationaux selon des modalités déterminées par le CDFN et en accord avec ceux ci. »

- Décision du SNES, à sa Commission administrative du 16 novembre : « C’est à partir des votes exprimés lors du Congrès de Perpignan (mars 2009) sur la partie 4 du thème 4 (qui contient le mandat d’adhésion) que seront réparties les 63409 voix correspondant au nombre de syndiqués à la fin de la dernière année scolaire (donc 52127 voix pour l’adhésion). Il mandate la délégation du SNES au CDFN pour que le résultat de la consultation fédérale et donc que la position de la FSU résulte de l’agglomération des résultats de la consultation des syndiqués de chaque syndicat national, le CDFN validant le résultat de cette opération.

- Modalités de consultation d’autres syndicats de la FSU (pour ne citer que quelques exemples) : le SNUipp, syndicat des professeurs des écoles (53 000 syndiqués), charge ses Conseils syndicaux de « consulter ou non les adhérents selon leurs possibilités » ; le SNEP, syndicat des profs d’EPS, consulte ses adhérents (environ 9000) par voie électronique ; le SNASUB (administratifs et personnels de bibliothèque) interrogera ses adhérents lors d’Assemblées générales académiques ; le SNUEP et le SNESup prévoient apparemment d’en rester à la consultation de leurs principales instances délibératives (composées seulement de militants élus).

La FSU comporte 24 syndicats qui, visiblement, appliquent des modalités de consultation de leurs adhérents non seulement très diverses, mais aussi des plus aléatoires, voire inexistantes.

Comment la direction de la FSU osera-t-elle « agglomérer » des voix obtenues par ses syndicats nationaux selon de telles modalités ?

La FSU n’a eu de cesse, à juste raison, de dénoncer les nombreux « passages en force » des Président et ministres.

Pour adhérer à tout prix à la CES, les directions de la FSU et de ses « plus gros syndicats » recourent à des méthodes qui dépossèdent les adhérents des véritables éléments d’un nécessaire débat, et transforment la décision de Lille en mascarade de consultation.

N’est-ce pas cela, qu’on appelle un « passage en force » ?

2 Messages de forum

  • Adhésion de la FSU à la CES : les syndiqués ont-ils leur mot à dire ?

    5 décembre 2010 11:02, par JEAN LOUIS ex permanent confederal
    dire que la CES ne fait rien n’est pas le mot juste.mais elle existe et je dirais qu’il faut tout faire à l’intérieur pour qu’un combat de classe s’organise.celà ne doit pas étre un tremplin de l ’union europeenne. les salariés attendent plus de cette union. pourquoi pas un smig europeen. ! alors que toutes les directives vont à l’inverse(age de la retraite, chomage,salaire qui stagnent....) alors chaqun doit se retrousser les manches, car la fsm n’existe plus ou si peu.moi je serais pour une organisation mondiale des syndicats.la crise n’est elle pas mondiale.c’est à se prix qu’on luttera peut étre à armes égales (pacifiquement) avec la finance et le grand patronat.jean louis un futur retraité..
  • la question importante est de bien classer la CES. Est-ce un syndicat, une fédération syndicale ou un organe (subordonné) de l’UE ? Son financement, son action jusqu’au style de ses textes, en font très clairement davantage une courroie de transmission de l’autorité européenne vers les syndicats. L’adhésion à la CES de la CGT s’est fait par un changement de programme et un alignement sur les thèses trsè social-chrétienne de la CES. Est-ce cela que veut la FSU ?

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>