COMITE VALMY

Accueil du site > - ANTI-IMPERIALISME - Solidarité entre les peuples et nations (...) > Le ministère brésilien des AE affirme son rejet de toute ingérence étrangère (...)

Le ministère brésilien des AE affirme son rejet de toute ingérence étrangère dans les affaires intérieures de la Syrie

vendredi 9 mars 2012

Brasilia / Le secrétaire général du ministère brésilien des affaires étrangères, M. Ruy Nunes Pinto Nogueira, a affirmé le rejet par son pays de toute ingérence étrangère dans les affaires intérieures de la Syrie, soulignant la nécessité de soutenir le dialogue entre les Syriens pour sortir de la crise que traverse la Syrie.

Recevant l’ambassadeur de Syrie au Brésil, M. Mohammad Khaddour, M. Nogueira a indiqué que son pays trouve que la cessation de la violence est une question pressante, tout en affirmant que les réformes réalisées en Syrie sont colossales et qu’elles comportent des initiatives positives qui assurent au peuple syrien l’opportunité d’un dialogue politique susceptible de rétablir la sécurité et la stabilité dans le pays et y ancrer le pluralisme politique.

De son côté, M. Khaddour a fait savoir que la Syrie déployait de grands efforts pour traquer les groupes terroristes armés qui jouaient de la sécurité et de la stabilité du pays et visaient l’unité du peuple syrien et son attachement à la souveraineté de sa décision nationale, et qu’elle surmonterait la crise grâce à la maturité et aux sacrifices de son peuple et au soutien de ses amis.

M. Khaddour a aussi été reçu par la députée fédérale Manuela d’Avila, présidente de la commission des relations et de la défense nationale dans la Chambre brésilienne des Députés qui a affirmé que le gouvernement brésilien suit avec grand intérêt les développements de la situation sur la scène syrienne.

Mme D’Avila a fait savoir que le terrorisme et le meurtre qui sévissent actuellement en Syrie sont venus de l’extérieur dans l’objectif de la déstabiliser.

Elle a indiqué qu’elle examinera avec le ministère brésilien des affaires étrangères les moyens par lesquels son gouvernement peut aider la Syrie à surmonter sa crise.

Mme D’Avila a également souligné la nécessité de réactiver les relations parlementaires entre les deux pays.

A. Chatta / Gh.H. - 08 Mar 2012


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>