COMITE VALMY

Accueil du site > - EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (...) > Les banques se préparent au retour de la drachme en Grèce Reuters

Les banques se préparent au retour de la drachme en Grèce
Reuters

dimanche 13 mai 2012

Les banques de la planète se préparent en toute quiétude à faire travailler avec une nouvelle devise grecque. Certains établissements financiers n’ont jamais effacé la drachme de leurs systèmes informatiques après l’adoption de l’euro par la Grèce en 2001. Ils seraient prêts en un clin d’oeil si le problème de la dette contraignait le pays à revenir aux bonnes vieilles pièces et billets libellés en drachmes.

/Photo prise le 9 mai 2012/REUTERS/Yorgos Karahalis

"Les salles de marchés spécialisées dans les changes peuvent être prêtes assez vite. Cela dépend exactement comment se passe la sortie de la zone euro", commente Lewis O’Donald, directeur des risques basé à Londres de la banque d’affaires japonaise Nomura.

Les devises qui ne sont pas librement négociables, comme le yuan chinois, sont suivies sur des marchés à part via l’utilisation d’instruments dérivés comme des contrats à terme par exemple.

Si la Grèce choisit un taux de change fixe, tout dépendra de la parité retenue. Si le gouvernement choisit un euro pour une nouvelle drachme, une telle parité ne serait pas tenable très longtemps et entraînerait de lourdes pertes pour les banques.

Les banques ont étudié les possibilités pour se protéger mais peu ont pris de mesures concrètes.

"Les banques sont très, très réticentes pour commencer à crier au feu. Elles savent ce qui se passe(rait) et à quoi ressemblerait une panique", commente un avocat de Londres chargé de conseiller les établissements financiers.

La plupart se contentent de vérifier le droit applicable à leurs contrats, se couvrent contre un défaut et examinent tous les problèmes juridiques qu’une sortie de la Grèce de l’euro pourraient soulever.

Des simulations ont bien été faites. Mais on ne sait pas vraiment comment fonctionnerait une sortie.

"Pour les transactions libellées en euro, quel sera leur statut en cas de changement dans la nature de cette devise ?" s’interroge Miles Kennedy, associé chez PricewaterhouseCoopers.

Danielle Rouquié pour le service français

http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRPAE84B00U20120512 ?pageNumber=2&virtualBrandChannel=0


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette
<>